Projet Mali Femmes: Un espoir pour les femmes productrices et les communautés vulnérables de la région de Kayes

84

Pour faire face aux effets néfastes des changements climatiques, le Gouvernement du Mali avec l’appui des Partenaires Techniques et Financiers notamment le Fonds pour l’Environnement Mondial (FEM) et le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) ont élaborés un ambitieux projet appelé le Projet « Renforcement de la Résilience des Groupes de Femmes Productrices et des Communautés Vulnérables aux Changements Climatiques au Mali » ou « Projet Mali Femmes ».

Ce projet, démarré en 2015 pour une durée de 05 ans est financé par le Fonds des Pays les Moins Avancés (LDCF) à hauteur de 8, 5 millions de dollars, soit environ 5 milliards de FCFA. Il vise à offrir une réponse aux besoins urgents et immédiats d’adaptation aux effets néfastes des changements climatiques pour les groupes de femmes productrices et les communautés vulnérables des communes de Yéréré, Séro Diamanou, Bema ( région de Kayes) Kiban, Boron, Sagabala (région de Koulikoro), Tella, Sincina- Nampossela, Bougoula Hameau, Yorosso (région de Sikasso). Sur le terrain, selon les communautés bénéficiaires dans la région de Kayes, les résultats sont satisfaisants.

Séro Diamanou est une commune rurale du cercle de Kayes. Située à environ 70 Kilomètres de la première région administrative du Mali, la population de Séro Diamanou qui est estimée à 30.000 habitants, a comme activités principales : l’agriculture, l’élevage et la pêche. Dans cette localité les changements climatiques est une réalité car c’est à la date du 12 Août 2017 que la commune a enregistrée la plus grande pluie depuis le début de l’hivernage. Pour donner de l’espoir aux paysans de cette localité, le Projet Mali Femmes est venu en appui aux communautés avec la distribution d’une importante quantité de semence hâtive résistant à la sécheresse composé de maïs, sorgho, niébé dans la commune de Yéréré, Bema et Séro Diamanou dans la région de Kayes.

Pour constater de visu les réalisations faites par le projet Mali Femmes dans la commune de Séro Diamanou, Le Républicain s’est rendu sur les différents sites réalisés avec le maire et les membres du comité consultatif du projet dans ladite localité. D’abord à l’entrée, on note la construction par le projet d’une banque de céréale logé à côté de la mairie ayant une capacité d’accueil de 80 tonnes avec à la clé la constitution d’un stock de denrées de 24 tonne composé de riz, maïs et sorgho. Dans le domaine du maraîchage, le projet a réhabilité un micro barrage et en a construit deux autres pour permettre aux femmes de pratiquer le maraîchage le long des côtés du barrage.

Ces réalisations viennent enlever une épine des pieds des femmes qui n’avaient plus d’eau dans les mares à partir du mois de mars. Avec ces 03 barrages, elles auront de l’eau jusqu’au mois de juin et ces barrages serviront également à l’abreuvage des animaux. Le surcreusement de la mare est aussi en cours. Autres réalisations, c’est l’aménagement de 05 hectares pour les femmes dont les travaux sont en cours. D’ores et déjà, on peut constater la construction de 02 forages en attendant le troisième. 04 magasins, des latrines ainsi qu’un hangar ont été construits sur le site.

Tagati Kanté, femme productrice et bénéficiaire du projet, explique ce que le « Projet Mali Femmes » a changé dans leur vie : « avant il y’ avait la sécheresse ici, nos cultures souffraient. Aujourd’hui grâce aux semences de qualité et gratuites que nous avons reçue, nos cultures résistent aux aléas climatiques. Avec les réalisations faites par le projet nous faisons le maraichage pendant toute l’année et nos enfants mangent à leur faim. Nous remercions le projet Mali Femmes ». Joignant sa voix à celle de Tagati Kanté, Moussofin Damba s’est réjouit du projet. Cela nous a beaucoup aidés. Nous pratiquons le maraichage. Nous produisons de l’igname, de la pomme de terre dans nos jardins ».

Pour le maire de la commune de Séro Diamanou, Moriba Hamassi Diallo, ce projet est venu prendre en compte leur préoccupation dans le cadre du maraichage, l’agriculture, l’élevage et la pêche. Il souligne que dans sa commune le problème crucial, c’est le manque d’eau et aussi de vivres. « Le surcreusement de la mare pour accroître le stockage de l’eau qui est en cours va donc beaucoup aider la commune. C’est notre principale préoccupation. 02 barrages ont été construits et un a été réhabilité par le projet. Il est prévu de faire un périmètre fourrager de 10 hectares pour les éleveurs.

La délimitation et les études géophysiques ont été faites», dit-il. Selon Moriba Hamassi Diallo, le projet Mali Femme est salutaire. « Nos femmes ont changé de comportement dans leur manière de s’organiser et de travailler. Les femmes ont trouvé l’espoir avec l’arrivée de ce projet et le plus important c’est que ce projet à créer une cohésion sociale entre nos femmes. Elles font des champs collectifs d’arachides et d’haricots grâce au projet Mali Femmes », explique-t-il.

Quant au point focal du projet à Kayes, Mamadou Abdoul Traoré, il dira que les groupes cibles du projet à Séro Diamanou, Yéréré et Bema adhèrent massivement aux activités du projet. Aussi, dit-il, l’accompagnement des services techniques de l’Etat est indispensable pour la réussite de ce projet.

Notons que le projet Mali Femmes est exécuté par l’Agence de l’Environnement et du Développement Durable (AEDD), les activités du projet sont entre autres : la création/ réhabilitation de réservoirs d’eau à Sero Diamanou, Tella, Nampossela, Sagabala, Kiban et Yéréré ; le surcreusement des mares naturelles pour accroître le stockage de l’eau durant les périodes sèches dans les communes de Séro Diamanou, Tella, Sagabala, Kiban, Sincina (Nampossela) et Yéréré ; la production et le stockage des variétés de semences résistantes à la sécheresse ; l’accroissement de la prise de conscience des groupements féminins, des éleveurs et des paysans possédant du cheptel quant aux pratiques d’adaptation en matière d’élevage.

Sidiki Adama Dembélé, envoyé spécial à Kayes

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here