Afrobasket féminin Mali 2017: Manque criard de communication autour de la compétition

La 25ème édition du championnat d’Afrique de basketball féminin ouvre ses portes ce vendredi 18 août 2017 au Palais des sports Salamatou Maïga sis à Hamdallaye ACI 2000 de Bamako au grand bonheur des fans de la discipline. La cérémonie inaugurale est prévue dans l’après midi sous la présidence des plus hautes autorités du Mali. Mais force est de constater que la communication fait défaut autour de cette grandiose fête de la balle au panier que la capitale malienne s’apprête à vivre.

L’ouverture de cet événement grandiose qu’abrite la capitale est prévue aujourd’hui. Et pourtant il y a un manque criard de communication autour de cette compétition continentale. Pour preuve, ce n’est que la semaine dernière, à quelques jours seulement du tournoi, que les uns et les autres dont les opérateurs économiques ont été invités, à travers une annonce sur la télévision nationale, à sponsoriser ladite compétition. La majorité des maliens ne savent pas que Bamako abritera un tournoi aussi important que l’Afrobasket féminin dont l’équipe malienne est pourtant favorite.

Pis, la majorité des journalistes qui doivent servir de relai pour donner des informations capitales sur la compétition, n’ont jusqu’à présent pas eu leurs accréditations pour pouvoir remplir leur mission d’information. Les affichages publics sur la compétition sont peu perceptibles à travers la ville de Bamako. Or, dans une interview qu’il a accordé à notre confrère du journal «l’ESSOR», le président de la commission nationale d’organisation de l’Afrobasket, Amadou Diarra Yalcouyé, a précisé que tout est fin prêt pour le démarrage de la compétition. L’objectif du département des sports est que l’équipe féminine de basketball atteigne la finale de la compétition synonyme de qualification au mondial.

Comment peut-on espérer ou avoir une telle ambition quand les moyens adéquats pour y parvenir ne sont pas mis à disposition des actrices? Or, il n’est besoin de rappeler que le basketball est la discipline sportive où le Mali remporte plus de trophées, des minimes jusqu’aux seniors. Les acteurs en charge du sport, dont le département des sports en premier, doivent revoir leur copie pour que non seulement cette compétition puisse se dérouler dans les meilleures conditions, mais aussi, pour que les conditions soient réunies lors des futurs challenges sportifs. L’exemple frappant a été la crevaison récente du pneu du car qui transportait l’équipe nationale juniore de football aux 8èmes jeux de la francophonie d’Abidjan.

Les joueurs ont finalement regagné par vol dans les meilleures conditions. Chose qu’on aurait dû faire depuis le départ. Mais il a fallu attendre cet incident « honteux » pour prendre la bonne décision. Dorénavant, l’anticipation doit être de mise. L’administration étant une continuité, on se rappelle que le même département a été incapable de faire déplacer l’équipe nationale de volleyball, tout prêt, à Abidjan pour qu’elle puisse participer à la compétition continentale de volleyball. En dépit des succès engrangés, œuvrer davantage messieurs et dames en charge du sport pour le bonheur des disciplines sportives et de leurs acteurs.

Aguibou Sogodogo

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here