Crise foncière: Le village de Niankadina sur une poudrière

Berceau présumé de tous les Traoré, le village de Niankadina, situé à 80 kilomètre près de Bankoumana dans le cercle de Kati, est dans le cœur historique de l’empire Manding, une zone où les rivalités claniques peuvent encore être tenaces. Ici, un conflit foncier oppose deux clans Traoré (Famorola et Damanan). Et rien ne semble apaiser Sékou Traoré, environs 80 ans, qui dit avoir subi un affront dans cette affaire ! Surtout à cause de son passage à la prison de la gendarmerie locale. Les frères ennemis de ce village millénaire sont maintenant suspendus à la décision de la commission de réconciliation mise en place par le maire alors que la justice doit aussi se prononcer.

«Le champ-là leur a été prêté ! Ce n’est pas une donation. Nos ancêtres ont accepté de prêter une partie de leurs terres aux ancêtres de ceux qui sont opposés à nous», explique Sékou Traoré, le patriarche de Famorola, sur un ton qui inspire la pitié. Pour le vieil homme, le problème est que les descendants de ceux qui ont bénéficié des largesses de son clan refusent aujourd’hui de rétrocéder le champ qui est l’objet de la dispute.

Le vieil homme rumine encore sa colère, rappelant qu’il a été jeté en prison, dont il est sorti malade, par des puissants qui veulent retirer leurs terres par la force. «Si on ne reprend pas un champ prêté, à la longue les emprunteurs vont penser que les terres leur appartiennent», ajoute le vieillard qui habite le même village que ses rivaux.

Les gens du Damanan, le clan opposé, auraient exploité le champ litigieux pendant trente ans avant de l’abandonner. «Leur ancêtre qui a emprunté le champ en question s’appelle Walamako. Mon père a confié l’endroit à ce Walamako. Mon oncle Dyara, sur instruction de mon père, est allé montrer à Walamako l’endroit qu’ils ont exploité pendant 30 ans avant de l’abandonner», poursuit le vieux Sékou.

Menaces de mort
Le champ abandonné par les rivaux du vieil homme est au cœur d’un litige depuis deux ans. Pourtant, le patriarche dit ne pas être en mesure de créer des problèmes dans un village où il fut conseillé de la chefferie pendant trois décennies. Ainsi, un arbitrage impliquant plusieurs personnalités et même des représentants d’un village voisin avait apaisé les tensions autour de la parcelle où le clan opposé au vieux avait planté des pieds d’anacarde.

Mais plus tard, les choses se sont compliquées lorsque les planteurs d’anacarde ont eu des yeux pour plus de terres. Les planteurs portent l’affaire devant les autorités de la gendarmerie dans la sous-préfecture de Kourouba, puis à Ouéléssébougou. Le vieux Sékou Traoré et les siens ont déclaré qu’ils n’acceptent pas que des pieds d’anacarde soient plantés sur les terres qu’ils considèrent comme leur héritage.

Les planteurs d’anacarde ont leur propre lecture, estimant que le champ problématique est plutôt son héritage. C’est ainsi que Madou Traoré, 65 ans, estime que son père, avant d’abandonner le champ, l’avait prêté à une tierce personne. «Je ne suis pas aussi bon paysan que cela. Mais nous n’accepterons pas que la moindre partie de nos terres soient dérobée», affirme-t-il à qui veut l’entendre.

C’est le clan des planteurs qui a porté l’affaire devant la gendarmerie parce qu’ils étaient en colère après que des pieds d’anacarde aient été arrachés par leurs adversaires. C’est le moment de reprendre le champ, dit Madou Traoré, pour l’exploiter. Sa famille ambitionne de planter en effet plusieurs hectares d’anacarde.

En attendant, le chef de village Bakary Traoré, 71 ans, souhaite que les deux clans s’entendent enfin pour que la quiétude d’antan revienne. Un moment, les deux clans en étaient venus à se menacer de mort. Mais le maire appelle les deux parties à renouer avec le dialogue surtout que la commission de réconciliation mise en place est censée suivre l’affaire de près.

Soumaila T. Diarra

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here