Emploi jeune: Le baromètre de la paix sociale au Mali

L’auditorium du Centre de perfectionnement et de reconversion de l’Agence nationale pour l’emploi (ANPE) a servi de cadre le jeudi 17 août 2017 à la tenue de la rencontre d’échanges et de validation du programme d’activités de la Cellule d’appui à l’emploi et la formation professionnelle des diplômés et formés en Arabe (CEFORPA). La mise en œuvre de ce programme permettra, à coup sûr, d’insérer une frange importante des diplômés formés en arabe dans le tissu économique. Ladite rencontre était présidée par le représentant du ministre de l’emploi et de la formation professionnelle, Boucary Togo, en présence de la directrice nationale de l’emploi, Mme Dicko Fatoumata Abdourahamane, du président de l’Union des jeunes musulmans du Mali(Ujma), Macky Bâ et d’autres personnalités.

Après les mots de bienvenue de la directrice nationale de l’emploi, Mme Dicko Fatoumata Abdourahamane, le représentant du ministre de l’emploi et de la formation professionnelle, Boucary Togo a fait savoir que la problématique de l'insertion des diplômés de l'école malienne constitue une préoccupation majeure des plus hautes autorités, qui ont mis en place un cadre institutionnel dont l'objectif est de procurer à chaque citoyen une éducation et une formation lui permettant de s'insérer dans le tissu économique. Avant d’ajouter que l'insertion dans le tissu économique, qui n'est autre chose que l'exercice d'une activité économique donc un emploi, est devenue le baromètre de la paix sociale. Selon lui, la création de cette Cellule est l'aboutissement d'un long processus qui a commencé depuis 2011, avec la signature d'une convention de partenariat entre l'Agence pour la Promotion de l'Emploi des Jeunes et l'Union des Jeunes Musulmans du Mali.

A travers cette convention, dit-il, des jeunes diplômés formés en langue arabe ont été placés en stage de formation professionnelle. « Certains ont, en plus, bénéficié de la formation en GERME, qui veut dire Gérer mieux son entreprise. De même, une soixantaine de plan d'affaires ont été transmis à l'Agence pour la Promotion de l'Emploi des Jeunes - APEJ, pour financement. Cette dynamique s'est étendue aux autres structures de promotion de l'emploi et de la formation professionnelle comme l'Agence Nationale Pour l'Emploi - ANPE, le Fonds d'Appui à la Formation et à l'Apprentissage - FAFPA, et le Projet d'Appui au Renforcement des compétences des Jeunes - PROCEJ - à travers la Direction Nationale de la Formation Professionnelle - DNFP, entre autres », a-t-il dit.

Aux dires de Boucary Togo, la CEFORPA a été créée sous l'autorité du ministre de l'Emploi et de la Formation Professionnelle par la Décision N°2016- 0241/MEFP-SG du 7 Novembre 2016 et rattachée à la Direction nationale de l'Emploi. Elle a pour mission, dit-il, d'entreprendre toute action appropriée, visant à renforcer l'employabilité des diplômés et formés en langue arabe. « Il s'agira pour nous à travers cette Cellule, de prendre en compte les spécificités de cette couche et d'adapter nos interventions en conséquence.

Longtemps marginalisés, les diplômés et formés en langue arabe sont une couche particulièrement sensible de jeunes et en tant que représentant des pouvoirs publics, donc garant de l'intérêt général et de la cohésion sociale, je vous exhorte à des actions vigoureuses, cohérentes et inscrites dans la durée pour leur prise en charge dans la mise en œuvre des activités de promotion et de création d'emploi. Il s'agit, en quelque sorte, de développer leur employabilité et de les rendre compétitifs dans tous les domaines de la vie économique de l'emploi et de la formation professionnelle, sans tenir compte de la langue de formation », a conclu le représentant du ministre.

Aguibou Sogodogo

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here