Tabaski 2017: Plein d’articles au grand marché mais peu de clients

A deux semaines de la fête de Tabaski, l’affluence est faible au grand marché de Bamako. Les commerçants se plaignent de cette situation qu’ils disent n’avoir pas connue l’année dernière à la même période. Alors que les commerçants se plaignent, de leur côté, les clients expliquent cet état de fait par la cherté des produits et le manque d’argent.
A deux semaines de la fête de Tabaski, les clients ne se bousculent pas encore au grand marché de Bamako. Une situation qui inquiète les commerçants qui ont fait venir de nombreux articles pour l’occasion. Généralement, à l’approche des fêtes, les principaux clients des commerçants du grand marché sont les parents venus acheter des habits de fête pour leurs enfants ou encore les femmes. Mais cette année, explique un commerçant, la situation est très morose et les inquiète au plus haut niveau. Car les autres années, déjà à un mois voire trois semaines de la fête, les clients se bousculent au grand marché. Et malheureusement tel est loin d’être le cas cette année.
Du coté des clients, le discours n’est pas le même. Pour certains chefs de familles que nous avons rencontré, ils n’arrivent pas à satisfaire le goût de leurs enfants à cause la cherté des habits. Mais aussi, à cause de la cherté de la vie car tout est devenu cher dans ce pays. Et du coup, leurs moyens ne leur permettent pas de payer pour leurs enfants, les habits de leur choix.
Face à cette situation, certains préfèrent se tourner vers la friperie où les habits sont moins chers pour habiller leurs enfants.
Par manque de clients, il y a mêmedes commerçants et même des gens appelés ‘’coxers’’ qui tirent les quelques potentiels clients qui se présententpar la main pour les faire découvrir leurs articles dans leurs boutiques. Et à cause de la cherté des articles, rares sont les clients qui parviennent à faire des achats.
Saouti Traoré, vendeur de chaussures (friperie) au marché « worossougou » nous a confié qu’il n’a pas assez de clients cette année. Et même si ceux-ci viennent chez lui avec la volonté de payer plusieurs chaussures pour enfants, par manque d’argent, ils n’achètent que deux ou même une seule paire. Cette situation nous a été confirmée par une cliente du nom d’Assitan Diarra, la quarantaine bien sonnée. Venue avec ses deux enfants pour leur acheter des chaussures pour la fête, elle n’a pas pu acheter les deux. Elle s’est contentée d’une seule paire faute d’argent.
«Je n’ai pas assez d’argent pour prendre les deux. Je vais repasser avant la fête pour la seconde paire », nous a-t-elle confié.
Au marché « worosougou », les chaussures sont vendues à partir de 3000FCFA et plus pour les garçons et les filles. Et pour les habits, c’est à partir 2500FCFA et plus.
Pour les commerçants du grand-marché, les prix des habits et chaussures pour enfants sont discutés à partir de 5000FCFA en fonction de leur qualité. Et à deux semaines de la fête, les commerçants se plaignent du manque d’affluence des clients qui viennent au compte-goutte.
Mamadou Maïga, vendeur de chaussures pour adultes au grand marché de Bamako a expliqué que l’affluence est vraiment faible cette année car il n’ya pas du tout de la clientèle. Selon lui, peut-être que les gens attendent aussi la dernière minute et les salaires pour les fonctionnaires avant de venir faire leursachats pour la fête.
A noter que les quelques rares boutiques où il y’a un peu d’affluence au grand marché sont les boutiques de bazin.
Fatoumata Fofana

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here