Chan-2018: Le rêve brise des aigles locaux

chan-2018: Le reve brise des aigles locaux

Après le nul prometteur 2-2 à l’aller à Nouakchott, la sélection nationale locale est tombée au stade Modibo Keïta face à la Mauritanie (1-0) et ne participera pas au prochain CHAN prévu en 2018 au Kenya. C’est une grosse désillusion pour les vice-champions d’Afrique qui rêvaient de soulever le prestigieux trophée, après l’échec de 2016, au Rwanda

Vice-champion d’Afrique, le Mali sera, avec le champion en titre, la RD Congo, l’un des grands absents du CHAN, Kenya 2018. La faute, à la Mauritanie qui, après avoir été accrochée 2-2 à l’aller à Nouakchott, est venue s’imposer 1-0 au stade Modibo Keïta, samedi lors de la manche retour. Qui l’eut cru ? Personne à part peut-être les Mauritaniens eux-mêmes qui se savaient condamnés à l’exploit après leur faux pas de la manche aller et qui ont su profiter de la pression pour piéger les Aigles locaux. Un nul 0-0 ou 1-1 suffisait aux protégés de Djibril Dramé pour se qualifier, mais ces derniers sont complètement passés à côté du sujet et se sont fait éliminer par un adversaire qui était largement à leur portée. La soirée a donc été cauchemardesque pour les Aigles locaux et leurs supporters, avec cette fin de partie très agitée qui poussera la police a faire usage de gaz lacrymogènes pour disperser les inconditionnels.
Les supporters entendaient, ainsi, protester contre un arbitrage jugé très défavorable à leurs yeux, mais le «mal» était déjà fait. Les Aigles locaux venaient de dire adieu au CHAN et les inconditionnels n’avaient que leurs yeux pour pleurer. La déception a donc été très grande, samedi au stade Modibo Keïta.

La fête qui s’annonçait pour les supporters, c’est-à-dire la qualification avec la manière, comme au tour précédent face à la Gambie (4-0), a tourné au fiasco pour ne pas dire au drame. La campagne du CHAN, Kenya 2018 se termine ainsi pour le Mali et c’est la Mauritanie qui s’adjuge l’un des deux tickets qualificatifs de la zone ouest, en attendant le verdict du match Guinée-Sénégal prévu demain mardi à Conakry. Ce sera la deuxième participation des Mourabitounes à une phase finale, après celle de 2014 en Afrique du Sud. Pour le sélectionneur national, Djibril Dramé et ses protégés, il faudra patienter, au moins deux ans, pour prétendre au CHAN et, éventuellement, au prestigieux trophée dont le technicien a été privé en 2016 par la RD Congo (défaite 3-0 en finale). «La rencontre a été très difficile. Déjà après le match aller, j’avais dit que tout était encore possible et que le Mali n’était pas qualifié. Nous avons essayé de nous préparer mentalement pour cette manche retour. Malheureusement, les choses se sont mal passées et l’équipe a perdu. C’est une grosse déception, je suis triste pour les joueurs qui méritaient mieux», a confié le technicien Djibril Dramé à la fin de la rencontre. «Aujourd’hui, les joueurs arrivaient, à peine à se retrouver sur le terrain. Je ne sais pas ce qui s’est passé, mais rien n’a marché. Du point de vue construction de jeu, du point de vue évolution du jeu, on n’a pas été à la hauteur. Je n’ai pas de mots pour expliquer ce qui s’est passé», analysera le sélectionneur malien, avant de conclure : «J’accepte la défaite, ça fait partie de notre métier. C’est la première fois que de telles choses m’arrivent. Il faut analyser tout ça la tête froide».

Pour revenir à la rencontre proprement dite, l’entame de match a été très laborieuse pour les Aigles locaux qui sont apparus méconnaissables. Conséquence : les nôtres seront vite sanctionnés par ce penalty sifflé par l’arbitre égyptien, Ibrahim Nour El Din pour une faute sur l’attaquant mauritanien, Karamokho Traoré. Un avertissement sans frais pour les Aigles locaux, puisque le gardien Djigui Diarra repousse la tentative d’Abdoulaye Gaye et sauve les siens (12è min). Après cette alerte, les hommes de Djibril Dramé haussent le niveau de leur jeu et se lancent à l’assaut des buts mauritaniens. Des attaques auxquelles les visiteurs répondront du tac au tac. Le but planait dans le ciel du stade Modibo Keïta et malheureusement pour les inconditionnels des Aigles locaux, ce sont les Mourabitounes qui vont débloquer le tableau d’affichage. Suite à un contre éclair Karamokho Traoré (encore lui) s’en va battre le portier Djigui Diarra (1-0, 27è min). La réplique des Maliens est immédiate : Salim Bah expédie un missile que tout le stade voyait au fond des filets, mais le gardien mauritanien, Brahim Souleimane repousse le cuir (29è min).
Le deuxième tournant du match intervient à 5 minutes de la pause : suite à un petit accrochage entre le milieu défensif des Aigles locaux, Sékou Diarra et le buteur mauritanien, Karamokho Traoré, l’arbitre sort le carton rouge et expulse le joueur malien (40è min). Comme il fallait s’y attendre, l’exclusion de Sékou Diarra pour avoir bousculé son adversaire, provoque la colère des gradins qui commencent à s’en prendre au trio arbitral. Ibrahim Nour El Din, ses assistants et les joueurs mauritaniens seront ainsi contraints de passer les 15 minutes de la mi-temps sur la pelouse.

Au retour des vestiaires, les Aigles locaux se lacent à l’assaut des buts adverses et multiplient les alertes dans la surface du gardien Brahim Souleimane. Les visiteurs sont acculés dans leur dernier retranchement, mais font bloc derrière et résistent aux attaques maliennes. D’entrée de jeu, Aboubacar Diarra obtient la balle de l’égalisation, mais envoie son tir au dessus de la transversale (49è min). Dans la foulée, Mandala Konté s’ouvre les chemins du but, mais ne cadre pas (53è min). Plus les minutes s’écoulaient, plus la situation se compliquait pour les Aigles locaux. Jusqu’au coup de sifflet final de l’arbitre égyptien, rien ne bougera encore au tableau d’affichage et c’est le cœur meurtri que les supporters quitteront les gradins du stade Modibo Keïta. Avec cette victoire, la Mauritanie prend sa revanche sur le Mali qui l’avait privé du CHAN en 2015 et décroche son billet pour la phase finale du tournoi que le Kenya abritera l’année prochaine.
L’autre coup de tonnerre de ce deuxième et dernier tour des éliminatoires est venu de Kinshasa où le tenant du titre, la RD Congo est tombé devant le Congo Brazzaville. Les Congolais ont vécu le même cauchemar que les Aigles locaux. Au match aller à Brazzaville, ils obtenu le nul 0-0 face aux Diables rouges et avaient toutes les cartes en main pour valider leur ticket chez eux. Mais contre toute attente, les champions d’Afrique en titre ont trébuché à domicile, en concédant le nul (1-1) synonyme de qualification pour les Diables Rouges. Mundélé a marqué pour la RD Congo (35è min) mais Ngombe a égalisé pour les visiteurs (39è min) et envoyé son pays au paradis. Pour la première fois donc depuis le lancement du CHAN en 2009, la RD Congo ne participera pas à la phase finale.

Seïbou S. KAMISSOKO

Samedi 19 août, au stade Modibo Keïta
Mali-Mauritanie : 0-1
But de Karamokho Traoré (27è min).

Arbitrage de l’Egyptien Ibrahim Nour El Din, assisté de ses compatriotes, Ayman Degaish et Samir Gamal Saad.
Mali : Djigui Diarra (cap), Hamed Marius Assoko, Boubacar Samassékou Lassana Samaké, Sékou Diarra, Aliou Dieng (Drissa Keita), Salim Bah Gouné Niangadou (Moussa Coulibaly), Mandala Konté, Boubacar Diarra (Moussa Coulibaly), Mohamed Traoré.

Entraîneur : Djibril Dramé.

Mauritanie : Brahim Souleimane (cap), Moussa Bagayoko, El Mostapha Diaw, El Hassen Houeibib, Demba Trawre, Djiby Diop, Dellah Mohamed Yaly puis Youba Zeidane) , Abdoulaye Gaye (Mouhsine Bodda), Samba Moussa, Karamoko Traoré (El Moctar Salem). Entraîneur : Corentin Martins

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here