Décision du président de la république de surseoir à son projet de révision constitutionnelle Des membres de la plateforme se prononcent

Nouhoum Togo, conseiller à la communication du chef de file de l’opposition non moins membre de la plateforme AN TE A BANA : « Cette décision du président de surseoir au projet de révision constitutionnelle est une victoire écrasante de la plateforme »

Dès le début de notre lutte, nous étions sûrs que le président de la république allait nous écouter car une très grande partie du peuple Malien est avec nous. La décision du président de surseoir au projet de révision constitutionnelle est une victoire écrasante de la plateforme .Deux mois durant, nous l’avons écrit pour qu’il nous écoute. Nous avions organisé deux grandes marches et deux géants meetings mais il n’a pas voulu nous écouter et aujourd’hui, on ne peut que nous réjouir s’il a accepté d’écouter le message du peuple qui l’a élu. Le peuple malien savait que cette révision constitutionnelle n’arrangerait pas le pays et il s’est battu pour que le président IBK écoute son message. La plateforme restera au service du Mali pour combattre pour l’intérêt du Mali. J’en suis convaincu qu’il ne va plus jamais revenir sur ce projet référendaire car non seulement ça divise le Mali mais aussi la situation sécuritaire ne nous permet pas d’organiser un referendum. Le président ne devrait malheureusement pas attendre jusqu’à ce jour pour surseoir à cela ; s’il nous avait écouté dès le début, on ne serait pas arrivé jusque-là. Je profite de ce meeting pour féliciter et remercier tous ceux qui, pendant ces deux mois, ont accepté de se sacrifier pour préserver la forme républicaine de notre pays.

Dr Ibrahima Fomba, professeur d’université et membre de la plateforme : « la décision du président de la république est une victoire non pas pour la plateforme seulement mais pour le peuple Malien et la démocratie malienne »

Dr Brahima Fomba
La décision du président de la république est une victoire non pas pour la plateforme seulement mais pour le peuple Malien et la démocratie malienne. Pour moi, il n’y a ni perdant ni gagnant car c’est pour le Mali que la plateforme a lutté et cette victoire est pour tous les enfants du Mali. Je suis fier aujourd’hui parce que derrière tous les efforts fournis par la plateforme et cette décision du président, j’ai constaté que la démocratie malienne a beaucoup triomphé. Les gouvernants doivent savoir qu’ils doivent écouter le peuple qu’ils gouvernent .En prenant cette décision, il a agi en démocrate et nous ne l’avons demandé que cela dès le début. Nous lui remercions pour avoir écouté son peuple même s’il a pris beaucoup de temps avant de le faire. La démocratie malienne doit évoluer en sens .Lorsque nous leur disons que quelque chose ne va pas, ils doivent nous écouter pour le bon fonctionnement du pays. J’ai aujourd’hui un sentiment de fierté pour la victoire de l’ensemble du peuple Malien.

Abdramane Diarra, président de la jeunesse de l’URD :

Abdrahamane Diarra, nouveau présidente de la jeunesse URD
Abdrahamane Diarra
« Nous nous glorifions partout et nous pouvons dire que la décision du président de la république est une victoire de la plateforme »

La sortie du président de la république sur les antennes de l’ORTM ne m’a pas surpris parce que nous savons que cette révision constitutionnelle était illégale et savions aussi que nous avions raison dès le début de nos démarches. Nous savons que notre lutte était légitime car le peuple malien, dans son ensemble, était très mobilisé contre ce projet qui a tant divisé les enfants de ce pays. Le président a finalement su qu’il a été élu par les Maliens et pour les Maliens et il doit respecter le choix de ceux qui ont fait de lui le premier magistrat. Nous nous glorifions partout et nous pouvons dire que la décision du président de la république est une victoire de la plateforme et tous les citoyens Maliens qui se sont battus contre ce projet référendaire. Notre sortie de ce matin prouve la détermination des membres de la plateforme contre le projet de la révision de notre constitution. On ne finit pas une lutte sur le chemin mais nous luttons pour un objectif et cet objectif est d’inviter le président de la république à laisser ce projet pour s’intéresser aux choses sérieuses. Nous allons rester plus que mobilisés pour que le président de la république respecte ses engagements. Nous sommes et resterons vigilants pour le bonheur des maliens et pour l’unité de ce pays. Nous, leaders politiques, d’associations et d’opinions, devons jouer notre partition pour l’émergence de ce pays.

Cheick Oumar Diallo, secrétaire politique de l’ADP-Maliba également porte-parole de la plateforme AN TE A BANA : « Après deux mois, la plateforme a gagné son premier combat »

Nous accueillons cette déclaration du président de la république avec soulagement. Après deux mois, la plateforme a gagné son premier combat. Notre lutte, nous l’avons faite pour le Mali et nous allons continuer à nous battre pour ce beau pays. Nous avions demandé au président de la république de retirer ce projet parce que le Mali a d’autres priorités. Aujourd’hui, la situation sécuritaire de notre pays est dégradante et le président de la république doit faire face à ces problèmes. Les membres de la plateforme sont très fiers car ils ont gagné une première victoire. Nous sommes fiers de la jeunesse malienne qui a pris son destin en main pour inviter le président de la république de surseoir à son projet qui a tant divisé les Maliens. Nous restons soudés non pas contre qui que ce soit mais contre la révision de notre constitution pendant qu’une grande partie du pays est sous occupation. Nous sommes en tout cas satisfaits que le président nous ait écoutés.

Djiguiba Keita, ancien ministre et membre de la plateforme AN TE A BANA : « La déclaration du président de la république est une victoire totale de la plateforme AN TE A BANA »

Djiguiba Keita, dit PPR
Djiguiba Keita, dit PPR
La déclaration du président de la république est une victoire totale de la plateforme AN TE A BANA. La victoire de la résistance contre l’autocratie ; c’est la victoire sur le mépris et l’arrogance ; c’est la victoire du peuple qui a fait IBK du président de la république. Aucun homme ne peut faire face à ces centaines de milliers de citoyens dans les rues et ne pas les écouter mais pendant deux mois, nous avons presque supplié le président mais c’est quand nous avons lancé l’ultimatum qu’il a compris que le peuple du Mali est déterminé. Le meeting de ce matin est celui de la victoire de notre plateforme qui, pendant deux mois, s’est battue malgré les intimidations pour arriver à ce résultat.

Adama Ben Diarra, porte-parole du mouvement « on a tout compris –waati sera » non membre de la plateforme : « la déclaration du président de la république est une première victoire totale de la plateforme »

Moi je crois que le président n’a pas totalement retiré son projet ; il a précisé qu’il va surseoir pour passer aux concertations mais nous serons présents quand il va revenir sur sa décision sans que l’intégrité du pays ne soit menacée. Comme il a la possibilité de réviser cette constitution jusqu’en mois de décembre, peut-être qu’il reviendrait après des concertations inclusives .Ce dont nous exigeons est qu’il ne puisse y avoir de referendum tandis que une partie du pays soit occupée. C’est cela que nous attendions du président de la république il y a longtemps. Personne n’a dit que la constitution de 1992 est parfaite mais il faut aussi un moment pour la réviser. Je félicite tous les membres de la plateforme qui se sont battus durant deux mois pour avoir ce résultat. Pour moi, la déclaration du président de la république est une première victoire totale de la plateforme ; elle sera totale quand il ne va plus revenir sur sa décision et nous espérons bien qu’il ne reviendra plus car dans la situation actuelle du pays, tenir un referendum est impossible.

Souleymane Tièfolo Koné des FARE : « La plateforme est fière car cette décision du président de la république est le résultat de leur lutte »

Souleymane Kone
Souleymane Koné
J’ai suivi l’intervention du président IBK, je crois qu’il a capturé le message et le cri de son peuple. Tout ce qu’on attendait de lui, était d’écouter le peuple malien qui disait que cette réforme constitutionnelle n’était pas appropriée et violait la constitution de 1992. Il est le gardien de la constitution ; c’est à lui que le peuple du Mali a porté toute sa confiance et il doit écouter ce peuple. En acceptant de surseoir à ce projet référendaire, il a fait ce que veut la majorité du peuple Malien. La plateforme est fière car cette décision du président de la république est le résultat de leur lutte.

Ibrahima Kébé, membre de la plateforme AN TE A BANA : « La déclaration du président de la république n’est pas nouvelle pour moi parce que j’étais sûr qu’il allait la faire »

La déclaration du président de la république n’est pas nouvelle pour moi parce que j’étais sûr qu’il alalit la faire. Avant le 09 juillet, nous savons qu’il allait retirer mais nous n’avons jamais imaginé qu’il allait prendre tous ces temps sans le faire. Nous devons rester toujours mobilisés car il n’a jusqu’ à présent pas retiré mais j’espère qu’il ne reviendra plus sur ce problème de révision constitutionnelle. Ce n’est pas le moment de crier à la victoire ; nous devons rester vigilants et déterminés comme un seul homme. Le président doit savoir que le peuple Malien est debout et ne reculera face à aucune intimidation. Nous saluons la motivation de la jeunesse malienne contre ce projet de la révision constitutionnelle.

Djimé Kanté, porte-parole de la plateforme AN TE A BANA : « A travers cette déclaration, le président de la république a prouvé que la lutte de notre plateforme était légitime et patriotique »

Djime Kante
Contrairement à beaucoup de gens, je suis déçu car le président ne devait pas attendre jusqu’à ce temps pour faire ce qu’il pouvait faire dès le début de notre lutte légitime. Le président a attendu jusqu’à ce que des frères s’entre déchirent ; les amis deviennent des ennemis ; les camarades se haïssent et la haine ait pris de la place sur l’amour pour renoncer à un projet auquel il pouvait renoncer dès notre première marche. Le président de la république doit désormais savoir que le peuple qu’il a aujourd’hui est diffèrent du peuple qui l’a élu en 2013.Nous avons un nouveau type de malien et ce type de malien est celui qui ne recule pas quand il s’agit de l’intérêt de la nation. Désormais, le président comprendra que le peuple est déterminé. Je crois que le président de la république ne s’énervera plus lorsque nous lui réclamerons des clarifications sur la mission de la minusma et l’agenda de la France au Mali au nord du Mali. Je dis en tout cas merci au président pour nous avoir écouté car il y’a aussi une petite partie de gens qui croit qu’il avait raison. Je termine par remercier les leaders religieux, les familles fondatrices de Bamako et tous les chefs traditionnels et coutumiers qui ont joué un rôle important pour convaincre le président de la république. A travers cette déclaration, le président prouve que la lutte de notre plateforme était légitime

B . Gundo

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here