Divagation des animaux en milieu urbain au Mali: Le chien abois la caravane passe

Avec l’urbanisation galopante, la divagation des animaux devient de plus en plus une source d’insécurité pour les usagers de la route. De nombreux accidents de circulation routière sont imputables aux animaux en divagation en pleine ville de la capitale malienne.
Le constat de la divagation des animaux se fait dans tous les quartiers de Bamako et environs dans les quartiers périphériques sans exception. Ils sont nombreux les animaux en divagation soit en troupeau ou individuels partout aux abords de nos routes. Les animaux laissés pou compte ils divaguent comme si ce phénomène est autorisé en république du Mali. Cela constitue un véritable casse – tête pour les citoyens usagers à deux roues de nos routes. A Bamako comme dans les localités périphériques, il ne se passe pas un jour sans assister à un accident imputable à la divagation des animaux.
Pendant les heures de pointe, il n’est pas rare de voir les animaux traverser les routes. La situation a été décriée auprès des autorités compétentes. Mais semble t- on voir le cas comparable à l’adage : « le chien abois la caravane passe ». Le hic est que dans la capitale le problème récurent passe inaperçu et les gens préfèrent de ne pas piper mot pour rester dans le silence qui conduit au désastre. Chacun de nous constate que cela crée de nos jours. Les responsables municipaux de même que les éleveurs présumés des animaux qui divaguent en pleine ville sans subir moindre règlementation doivent rendre des comptes aux autres, a laissé entendre un usager de la route qui s’est renversé entre l’ex Imacy et Badialan I.
Approché par nos soins, un cadre du gouvernorat nous a conseillé d’aller à la rencontre des maires.
Selon lui, la divagation des animaux est formellement interdite et sanctionnée par les textes en république du Mali. Pour lui, la divagation est un phénomène de désordre compromettant la quiétude des usagers dans les axes de circulation routière. À ce rythme, a-t-il dit, il serait difficile de maintenir le cap de la sécurité. Il rassure les populations que toutes les mesures seront prises pour éradiquer ce fléau.
Nous avons entrepris des démarches pour rencontrer certains maires du district de Bamako, a-t-il ajouté ce fonctionnaire du gouvernorat. Pour le moment, toute notre tentative de recouper avec certains maires pour en savoir les dispositions actuelles en vigueur est restée infructueuse. Nous y reviendrons dans nos prochaines parutions.
(A suivre…)
Habib Diallo

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here