L’ex-commissaire islamique de Gao condamne : Les leçons d’un procès pas comme les autres

Tristement célèbre dans la Cité des Askia durant l’occupation terroriste, Aliou Mahamar Touré était le commissaire islamique qui a ordonné les amputations et autres flagellations. A la Cour d’assises, il a écopé dix ans de prison. Retour sur un procès qui marque le début de la lutte contre le terrorisme dans notre pays.

C’est devant ses nombreuses victimes que l’ex-commissaire islamique de la Gao a été entendu vendredi dernier. Et le moins que l’on puisse dire, ce procès est un symbole au moment où de nombreuses attaques terroristes continuent de frapper le pays ces derniers jours. Membre influent du Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest (Mujao), M. Touré a fait régner la terreur sur les habitants de sa ville natale Gao durant l’occupation terroriste.

Vendredi dernier, la justice malienne a condamné à 10 ans de prison Aliou Mahamar Touré, surnommé le “coupeur de mains” de Gao, contrôlée par les jihadistes entre 2012 et 2013 dont il
était le chef de la “police islamique”.

“La Cour déclare l’accusé coupable de tous les faits qui lui sont reprochées, mais avec des circonstances atténuantes, et le condamne à une peine de 10 ans de réclusion criminelle”, a déclaré le président de la Cour d’assises à l’issue d’un procès qui s’était ouvert vendredi matin dans la capitale malienne.

“Je m’attendais quand même à une peine plus lourde. Les crimes de guerre sont établis (…) Mais c’est un procès pour l’Histoire. La Cour a reconnu
coupable l’accusé”, a réagi à l’issue du verdict prononcé dans la soirée un avocat des parties civiles, également président de l’Association malienne de défense des droits de l’Homme (AMDH), Me Moctar Mariko.

“Je regrette la peine infligée à mon client. On n’a pas apporté des preuves irréfutables. En outre, de gros calibres impliqués dans des crimes au nord du Mali pendant l’occupation (des jihadistes) sont à l’air libre, alors que notre
client n’était qu’un second couteau”, a pour sa part déploré un avocat de la défense, Me Tiéssolo Konaré.

Arrêté en décembre 2013 par les forces armées maliennes, Aliou Mahamar Touré, “l’ancien commissaire islamique” de Gao, plus grande ville du Nord du Mali, était notamment accusé d’avoir coupé une main à des voleurs présumés et
fouetté en public des femmes qui ne portaient pas le voile islamique. “Ce n’est pas moi. Ce sont des jihadistes mauritaniens, algériens et sahraoui qui coupaient les mains”, avait affirmé Aliou Mahamar Touré lors
d’unique audience de son procès.

Il répondait aux accusations des parties civiles qui ont défilé à la barre une bonne partie de la journée. Son procès est une première dans ce pays du Sahel où des groupes armés continuent à mener des attaques meurtrières. Au moins huit de ses victimes présumées étaient présentes, face à un jury composé de quatre civils, du président de la Cour et de deux magistrats assesseurs.

“J’ai été arrêté parce qu’on m’a accusé de vol. Aliou et ses compagnons m’ont donné de la drogue avant de couper ma main droite”, a déclaré l’une d’elles. “Les quatre enfants de mon grand frère ont été arrêtés par Aliou. Il n’a
pas voulu les libérer, il a coupé lui-même leurs mains et pieds. Après il s’est promené avec les mains et les pieds”, a témoigné une habitante de Gao, alors que l’accusé gardait la tête baissée.

Accusé également d’avoir fouetté en public des femmes qui ne portaient pas le voile islamique, Aliou est poursuivi pour “atteinte à la sûreté de l’Etat, coups et blessures, détention illégale d’armes de guerre et association de malfaiteurs”. Il risquait jusqu’à 20 ans de réclusion.

Redouté par la population

Originaire de Gao, M. Touré était un pilier du Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest (Mujao), un des groupes jihadistes qui a occupé le Nord du Mali en 2012. Reconnaissable par sa grande taille et son véhicule pick-up qu’il conduisait lui-même, M. Touré, Malien le plus gradé dans les rangs des islamistes armés, était redouté par la population. “Ici, c’est la charia (loi islamique) qu’il faut appliquer. C’est la loi de Dieu. Gao a quitté les mains de mécréants pour tomber dans les mains de Dieu. C’est au nom d’Allah que nous appliquons la charia”, déclarait-il à l’époque à l’AFP.

Hasard de calendrier ou une véritable leçon à donner aux responsables des groupes terroristes ? Une chose est claire, le procès de Aliou Mahamar Touré s’est tenu au lendemain du jugement rendu par la Cour pénale internationale (CPI) déclarant un autre jihadiste malien, Ahmad Al Faqi al Mahdi, coupable d’avoir provoqué pour 2,7 millions d’euros de dégâts en faisant détruire en 2012 des mausolées de la cité historique de Tombouctou.

A. M. C. avec AFP

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here