Le Réseau des femmes conseillères municipales du Mali se dote d’un plan stratégique pour un développement durable des communes

Du 14 au  18 août 2017, sous financement de l’USAID, le réseau des  femmes conseillères municipales( REFCOM)  a animé au Centre Aoua Kéïta, un atelier de renforcement de capacités à l’ intention des femmes élues municipales.  

Doter le  réseau des femmes conseillères municipales du Mali d’un plan stratégique pour 5ans ; renforcer les capacités d’intervention  de ses membres dans le cadre de l’amélioration des conditions de vie des populations  et appuyer l’État dans le processus de reconstruction, de paix et de réconciliation nationale, tel était le défis des 4 jours de travaux du REFCOM. Qui a enregistré  la participation d’ une cinquantaine de femmes (conseillères, représentantes du réseau des jeunes femmes leaders issues des partis politiques et des organisations de la société civile). La présidente du réseau,  Djiré Mariam Diallo, élue à la mairie de la commune 3  dans son discours de clôture, tout en saluant l’engagement des participants,  elle n’ a pas manqué de souligner certaines difficultés auxquelles les maires sont butés dans l’ exercice de leur fonction à savoir : la faible mobilisation des ressources financières ; une demande de service sociaux de base dépassant l’offre ; une insuffisance de civisme de la population en plus de  l’insuffisance de confiance entre élus et la population.  Des obstacles qui entravent la mission de développement de nos élus dans nos municipalités. Aussi pour relever ces défis, le REFCOM à travers son plan stratégique, se propose à mener certaines actions de plaidoyer issues des recommandations de son atelier national. Il s’agit entre autres de l’application de la N° 2015/ 052 instituant des mesures de promouvoir le genre dans les fonctions nominatives et électives ; accompagner la nouvelle dynamique de la décentralisation avec la sensibilisation des citoyens pour le payement de la TDRL ; contribuer à la transparence  et à la redevabilité en faisant le monitoring en matière de financement de la réforme de la décentralisation ; solliciter la prise en compte de la budgétisation sensible au genre ; susciter la prise en compte du genre dans le processus de mise en œuvre de la réforme du secteur de la sécurité et du processus du DDR ; susciter la prise en charge au plan règlementaire et législatif de la problématique des violences basées sur le genre  enfin informer et sensibiliser sur les nouvelles formes de menaces.  Pour mieux mener sa mission de développement stable et durable de notre pays, le réseau compte sur l’accompagnent et le soutien des autorités et ses bailleurs.

Khadydiatou SANOGO


Source : Maliweb

Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here