Restaurant GOUADOUMAN : pas si accueillant !

Un restaurant digne ne se résume pas uniquement au chiffre d’affaires. Derrière il y a de la rigueur, de la passion ,de l’amour du travail bien fait, de la discipline et de la considération pour les clients.

Dans le quartier huppé, ACI 2000 de Bamako, un restaurant s’identifiant GOUADOUMAN, la bonne cuisine en bambara, fait beaucoup parler de lui. Dans ledit restaurant, les clients sont négligés comme des moins que rien. A tel point, qu’il convient de s’interroger sur les compétences du promoteur.
En effet, un restaurant valable et digne de ce nom, est un restaurant dans lequel les clients sont accueillis avec joie et bonne humeur. Cela est naturellement dû au fait que les gens qui s’y rendent pour la plus part ont faim. Hors, quand on a faim, on n’est pas forcement de bonne humeur.
En tout cas, cela est bien connu par tous les restaurants, grands et petits du monde entier. Il s’agit bien évidemment des restaurants dignes et valables. Pas du genre comme le fameux restaurant GOUAGOMAN, dont nous parlons ici. En réalité, ledit restaurant est tout sauf une destination sûr, en tout cas pour ceux qui ont faim.

Les faits

Dans la nuit du mercredi 16 août 2017, aux environs de 22 heures, je me suis rendu avec un ami au restaurant GOUADOUMAN. On venait de prendre part à une réunion qui a duré plus que prévu et nous avions tous les deux faim. Quand nous sommes rentrés, nous avons pris place au niveau de la table qui fait face à l’entrée du restaurant. Espérant que, tout comme dans les restaurants sérieux, qu’un garçon allait vite se présenter avec le menu. Nous sommes restés environ 30 minutes à attendre, mais RAS. Impatient, mon ami est rentré dans le restaurant et s’est adressé à un des gérants qui lui dira calmement : on arrive !
Pourtant, 45 minutes passèrent et personnes ne s’est adressée à nous. Pire, quand un des employés du restaurant est passé près de nous, nous lui avons expliqué qu’on allait finalement partir si personne ne veut s’adresser à nous. Ce dernier répondra, tout comme le premier par : on arrive ! Après avoir passé environ une heure sans réaction aucune, nous avons décidé finalement de partir voir ailleurs.
En tout cas, nous ignorons si cela est une habitude au niveau de ce restaurant. Mais force est de reconnaitre que le patron dudit établissement hôtelier doit vite prendre des dispositions pour mettre fin à de pareilles pratiques qui ternissent l’image de son restaurant. Ne dit-on pas qu’une simple négligence, une faute nous fait perdre quelquefois sans retour le fruit de plusieurs années de prudence et de travail ?

A bon entendeur, salut.

KANTAO Drissa

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here