“Société AGRO CACH” : Une arnaque planifiée ?

Plusieurs producteurs de maïs du cercle de Koutiala ont été arnaqués par une société dénommée “Agro Cach“ qui s’est fait passer pour un grand projet appuyant les producteurs de maïs.

Les faits de cette histoire rocambolesque remontent au mois de mai passé. Les responsables de cette société courent toujours et selon nos informations le coordonnateur de ce projet serait un Malien installé aux Etats-Unis. Il a finalement regagné les USA en juillet en catimini laissant ses collaborateurs dans la tourmente.

Créée pour appuyer les producteurs de maïs de la région de Sikasso dans la production de masse et de qualité en vue d’importer aux USA, “Agro Cach” n’est pas connue à l’ambassade des USA au Mali a fortiori ces responsables.

Les promoteurs de cette société fictive ont-ils mis la charrue avant les bœufs ? Evidemment oui car au lieu de passer par la voie légale en cherchant l’accréditation en la matière, la société a procédé au recensement plusieurs producteurs de Sikasso et de Koutiala qui ont adhéré à son projet moyennant 500 F à hectare.

Elle a promis des semences et l’engrais pour chaque producteur membre dès le début de l’hivernage. Mais la déception a été grande du côté des producteurs car non seulement la société n’a pas pu honorer ses engagements mais aussi les responsables se sont volatilisés dans la nature.

Un natif de Farakala, un village de la région de Sikasso, figurait parmi les responsables de cette société. Il est aujourd’hui dans la tourmente. Il est recherché par les producteurs qui se disent victimes d’une arnaque d’un pseudo projet qui n’a jamais vu le jour. La colère est à son comble à Ngolokouna un petit village de Koutiala dont les producteurs sont devenus très hostiles aux projets venant même des services agricoles d’Etat.

Le ministre de l’Agriculture est interpellé dans cette affaire. Un des acteurs étant localisé il est facile de mettre la main sur les autres. Celui-là même qui a menti aux paysans lors du recensement en disant que la société était légale vit en clandestinité à Farakala dans son village à Sikasso.

Nous l’avons joint au téléphone au 70 73 41 69 pour savoir pour quelle raison sa société a abusé des pauvres et honnêtes paysans ? Il a répondu que c’est l’Etat qui a empêché son bailleur de s’installer sans plus de détails. Il a en outre affirmé que le coordonnateur est retourné aux USA pour se mettre en règle. Et il ne sait pas s’il reviendra oui ou non.

Zou

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here