Assurances, banques et établissements financiers : La paralysie totale

Les employés des banques, établissements financiers, compagnies d’assurances et commerces du Mali observent depuis hier 22 août 2017 une grève de 72 heures. Ce mouvement fait suite au licenciement jugé arbitraire du secrétaire général du comité syndical de NSIA Mali, Issiaka Traoré.
C’est le mercredi 9 août 2017, devant le siège social de la société NSIA Mali, que le secrétaire administratif du Synabef, Hamadoun Ba, a annoncé à la presse une grève de 72 heures à partir du 22 août pour obtenir la réintégration de l’ex- secrétaire général du comité syndical de NSIA Mali, Issiaka Traoré jugé arbitrairement licencié. La menace est mise en exécution depuis hier par tous les établissements banquiers et financiers sont fermés.
Il est reproché à cet agent d’avoir envoyé un e-mail à la direction de NSIA Mali, demandant plus de respect pour son personnel. Dans cette lettre, il réclamait de régulariser leur situation de l’Impôt sur Traitements et Salaires (ITS) suite à la décision de l’Etat malien de réduire l’ITS depuis 2013 et pour en bénéficier, toutes les entreprises devraient régulariser la situation de leurs employés fin 2016.
Vu le retard pris à la NSIA sur la situation, Issiaka Traoré, secrétaire général du comité syndical a envoyé un message par e-mail dans lequel il demandait de régulariser leur situation.
Mme Bosso, directrice adjointe de l’entreprise, n’a sans doute pas apprécié ce email. Elle aurait décidé de son propre chef de licencier le secrétaire général.
Après cette décision, des négociations ont été menées par le Syndicat des Banques afin de trouver un terrain d’entente. Après l’échec de la conciliation, le Synabef a déposé un préavis de grève de 72 heures le lundi 7 août 2017. Elle a démarré ce mardi 22 août et s’achèvera le jeudi 24 août 2017 à minuit.
Dans son préavis de grève, le Synabef demande «la levée de toute entrave à l’exécution du contrat de travail du camarade secrétaire général Issiaka Traoré, victime de violence morale et de pires abus de la part du directeur général et du directeur général adjoint de NSIA.
L’application stricte de l’article 277 du code du travail opportunément invoqué par la direction régionale du travail du district de Bamako dans son courrier du 4 août 2017; la révocation sans délai du directeur général et de son adjointe de NSIA pour la violation flagrante des lois maliennes.
ZMK

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here