SOUMBEYLOU B. MAIGA : « L’Etat, méthodiquement, se remet en marche »

61

Sur le plateau de l’émission débat politique d’Africable télévision, le ministre secrétaire général de la présidence, Soumeylou Boubèye Maïga s’est exprimé sur le processus de révision constitutionnelle, le retour de l’administration à Kidal et la vie de l’Asma/CFP, sa formation politique.

Le ministre secrétaire général de la présidence, Soumeylou Boubèye Maïga était l’invité du débat « Politik » de dimanche dernier sur Africable. Pour l’occasion, il est revenu sur les questions brûlantes de l’actualité malienne. Il s’agit du processus de révision constitutionnelle récemment ajourné par le président IBK, du retour de l’administration à Kidal et la vie de son parti politique, l’Asma/CFP.

Selon lui, pour assurer un retour définitif et pérenne de l’Etat à Kidal et partout sur le territoire malien, il est nécessaire de rétablir la confiance. « Certains pensent que seul le retour de l’armée signifie le retour de l’Etat. Non, car il faut le retour de l’administration. Je parle des services sociaux de base et tous les autres structures de l’Etat ». Et d’indiquer : « Notre armée monte en puissance et progressivement nos capacités s’augmentent. Le mérite est au gouvernement et à l’Assemblée nationale qui ont beaucoup investi dans l’armée comme nous ne l’avons jamais fait ».

Abordant le sujet de la révision constitutionnelle, M. Maïga a expliqué que le président IBK est engagé, depuis le début du processus, à écouter l’ensemble du peuple malien y compris ceux qui ne partagent pas sa vision. « Pour la paix, la stabilité, la cohésion sociale et le développement de notre pays, le président de la République est en train de rencontrer les parties politiques, les associations, les leaders religieux, pour trouver ensemble une solution durable » a-t-il précisé.

Par rapport à la vie de son parti, le ministre secrétaire général de la présidence a indiqué que l’Asma/CFP se porte bien. Il a rappelé les résultats engrangés par le parti lors des dernières élections législatives et communales. « En 2013, nous avons créé le parti et nous avons immédiatement soutenu le président de la République. On a eu 300 conseillers aux dernières communales dont 14 maires, 4 députés et des adhésions massives ».

Au cours du débat, il est revenu sur l’opérationnalisation de la Force conjointe du G5-Sahel, les acquis des efforts fournis par le gouvernement pour l’amélioration des conditions de vie de la population et des travailleurs, les projets de développement en cours, etc.

Abdoul

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here