22 Août 1967-révolution active : Témoignage d’un héritier !

Il y a cinquante ans, le 22 août 1967, le Comité national de défense de la révolution(C.N.D.R) décidait de dissoudre le Bureau politique national de l’US RDA et d’assumer tous les pouvoirs et prérogatives qu’il détenait. Cet événement politique majeur de notre histoire contemporaine suscite encore beaucoup de passions, de controverses. Le devoir de mémoire impose aujourd’hui au Parti de l’indépendance, de la démocratie et de la solidarité (P.I.D.S) qui revendique l’héritage de l’Union soudanaise RDA de rappeler que le message du 22 août 1967 était un appel au sursaut patriotique pour raffermir l’attachement à l’engagement pris le 22 septembre 1960 par le Peuple malien uni au sein de l’Union soudanaise RDA de construire un État indépendant et souverain déterminé à jeter les bases d’une économie socialiste. Nous le faisons parce que pour notre Parti, l’esprit du 22 août 1967, le souffle du 22 août est plus que jamais d’actualité au regard de la situation actuelle du Mali. Témoignage ! Ce jour, face à l’adversité, à la fulgurance de la menace impérialiste contre l’indépendance et la souveraineté du pays, l’Union soudanaise RDA avait décidé de livrer la bataille de l’avenir, de relever la tête et de poursuivre le combat dans la ligne du 22 septembre 1960 (proclamation de l’indépendance d’un Etat indépendant et souverain, libre de tout engagement avec une puissance extérieure), du 20 janvier 1961 (demande d’évacuation des bases militaires françaises) et du 1 er juillet 1962 (création du franc malien). C’est cela qui ressort du discours du 22 août 1967 du président Modibo Keïta annonçant la dissolution du Bureau politique national et des quelques extraits de l’étude documentaire consacrée à « la conquête de l’indépendance et l’édification du nouvel État du Mali» que nous livrons à la réflexion des patriotes décidés à mener le combat pour un Mali meilleur. Discours du 22 août 1967 du Président Modibo Keïta annonçant la dissolution du Bureau politique national (L’Essor N°5195 du mercredi 23 août 1967) « Maliennes et Maliens, Depuis un mois, la lutte révolutionnaire de notre peuple est entrée dans une phase nouvelle, sous l’impulsion de sa Jeunesse toujours égale à elle-même, de ses travailleurs, de son Armée, de ses femmes et de ses anciens combattants, dont l’action a toujours été prépondérante dans les batailles que nous avons eu à livrer pour l’indépendance nationale et l’édification économique de notre pays. S’il y avait des sceptiques pour douter de la détermination et de la volonté du peuple malien de défendre, quel qu’en soit le prix, sa liberté chèrement conquise et les acquis socialistes de sa construction économique, les événements qui se sont déroulés sur l’ensemble du Mali, ces derniers jours, ont dû les faire revenir de leurs illusions, s’ils ont des yeux pour voir et des oreilles pour entendre. Cette vague révolutionnaire, née de la volonté de l’ensemble des couches saines de notre pays de voir liquider rapidement les aspects négatifs de notre action politique, ne doit pas s’arrêter. L’enthousiasme né de l’espoir de voir résoudre au bénéfice de la révolution, c’est-à-dire des intérêts permanents de notre peuple, les contradictions évidentes qui ne font que s’approfondir entre la base et le sommet, ne doit pas être déçu. La principale condition de l’efficience d’une direction révolutionnaire est son homogénéité. Aussi, le Comité national de défense de la révolution s’est réuni le 16 août 1967 et après une analyse approfondie de la conjoncture a pris acte de la situation nouvelle apparue dans notre pays depuis juin 1967. Aussi, le Comité national de défense de la révolution, conscient que dans la situation internationale actuelle dont la principale caractéristique est la tentative de plus en plus violente de l’impérialisme de mettre en cause la dignité et l’indépendance des peuples d’Afrique et d’Asie, la principale condition de l’efficience d’une direction révolutionnaire est son homogénéité, c’est-à-dire son unité idéologique. Conscient que telle n’est pas actuellement la situation au sein du Bureau politique national de l’US R.D.A. qui, depuis des années, n’a cessé de donner le spectacle d’une direction manquant de cohésion interne d’où une constante absence d’intransigeance sur les principes révolutionnaires du Parti, toutes choses qui sont à la base des graves insuffisances que présente l’organisation du Parti surtout dans la ville de Bamako. Persuadé qu’il ressort du large débat ouvert dans les masses à la suite du grand mouvement du 18 juillet, que le Bureau politique national ne jouit plus de la confiance des organisations démocratiques qui, toutes, sont arrivées à la conviction que cette direction n’est plus capable de les guider vers les objectifs politiques et économiques que le Parti s’est assignés en septembre 1960. Le Comité national de défense de la révolution, eu égard à la situation particulièrement dangereuse qui prévaut actuellement dans l’arène internationale et en vertu des pouvoirs qu’il a reçus de la Conférence nationale des cadres du 1 er mars 1966 qui, après une analyse concrète de la situation nationale et internationale et, en participant de cette vérité révolutionnaire qu’à des périodes historiques particulières, il faut nécessairement des méthodes de combat particulières, l’a doté de pleins pouvoirs sur tous les organes du Parti et de l’État. Le Comité national de défense de la révolution a décidé d’assumer à partir d’aujourd’hui tous les pouvoirs et prérogatives précédemment détenus par le Bureau politique national, avec pour unique objectif d’assainir la situation politique et économique du Mali et de préparer, dans les meilleurs délais possibles, les conditions d’un renouvellement de la Direction politique de l’Union soudanaise R.D.A Composition du Comité national de défense de la révolution Pour l’accomplissement de ce devoir de salut national, le Comité national de défense de la révolution qui, sous ma présidence est composé des camarades: – Mahamane Alassane Haïdara; – Gabou Diawara; – Mamadou Madeira Keïta; -Mamadou Diakité ; -Colonel Sékou Traoré; -Mamadou Famady Sissoko, a décidé de s’adjoindre les camarades suivants: – Yacouba Maïga; -Seydou Badian Kouyaté; – Ousmane Bâ ; -Nama Keïta, Union nationale des travailleurs du Mali; -David Coulibaly, Jeunesse. Les comités locaux de défense de la révolution, renforcés à l’image du Comité national de défense de la révolution, se substitueront également aux bureaux politiques locaux et assumeront la direction politique des sections. Quant aux bureaux des sous-sections et des comités de village, ils garderont leur composition actuelle. Pouvoirs du Comité national de défense de la révolution Je rappelle que les pouvoirs conférés au Comité national de défense de la révolution et entérinés par le Bureau politique national dans sa séance du 2 mars 1966 étaient les suivants: « A. -Arrêter toutes les mesures utiles pour : Renforcer la mobilisation des masses; Consolider la capacité de résistance du peuple; Liquider toutes les tendances non conformes aux impératifs de la révolution socialiste; Réduire nos faiblesses; Renforcer les structures du Parti et des organisations démocratiques pour la consolidation des institutions républicaines et des acquis de la Révolution. B.– Prendre toutes les dispositions nécessaires pour assurer une large éducation politique et idéologique systématique des masses. À cet égard, il a autorité sur tous les organes de l’État et du Parti qui sont à sa disposition. Donner au peuple malien la direction politique qu’il lui faut En prenant ces décisions, le Comité national de défense de la révolution n’a été dominé que par une seule préoccupation: donner au peuple malien la direction politique qu’il lui faut dans cette période particulièrement difficile de la vie nationale, et c’est l’occasion de saluer une fois de plus le courage civique et l’esprit de sacrifice dont notre peuple a constamment fait preuve devant les énormes difficultés qui ont jalonné notre chemin depuis que nous avons eu à prendre notre indépendance dans les conditions difficiles que nous savons. J’ai conscience du processus d’assainissement moral et de renouvellement dans lequel le Comité national de défense de la révolution vient d’engager le Parti. Le socialisme, c’est aussi l’ordre et la discipline Aussi, je demande à tous les cadres, à tous les militants qui sont demeurés honnêtes et désintéressés, de nous aider dans cette tâche qui sera de longue haleine. En tout cas, quoiqu’il arrive, nous avons pris la résolution de mettre ce que nous avons comme ressources au service de la justice, de l’égalité et de la dignité humaine, de mettre tout ce qui nous reste de forces au service du peuple malien pour frayer définitivement la voie à sa révolution qui ne doit plus s’enliser dans les marais de l’irrésolution, du défaitisme et de la pusillanimité. « Nous n’hésiterons pas, nous ne reculerons pas et nous vous donnons l’assurance que nous sommes déterminés à prendre toutes les mesures qui s’imposent pour que le pouvoir révolutionnaire triomphe définitivement des forces rétrogrades et malsaines qui tentent de s’opposer à la roue de l’histoire. Les démagogues en mal de place, les anarchistes peuvent également être assurés qu’ils nous trouveront sur leur chemin pour leur faire comprendre que le socialisme, c’est aussi l’ordre et la discipline. Ce qui est en cause est trop important, il dépasse nos vies et nos préoccupations personnelles; il s’agit, en effet, de l’avenir du Mali dont le sort, au demeurant, ne saurait être dissocié de celui de l’Afrique; il s’agit de notre indépendance nationale qu’il faut sauvegarder par tous les moyens, il s’agit enfin de jeter les bases d’une société juste, égalitaire où les mêmes chances seront données à tous sans distinction de race, de religion. Il s’agit aussi de sauvegarder, d’assurer la continuité de notre unité nationale si essentielle pour le triomphe des combats difficiles qu’il nous reste à mener pour la promotion économique et sociale de notre pays. Je suis persuadé que dans la voie nouvelle et difficile dans laquelle le Parti vient d’être résolument engagé par le Comité national de défense de la révolution pour un rapide et salutaire assainissement moral, le soutien du peuple malien ne nous fera pas défaut. Aujourd’hui plus que jamais, je convie les jeunes, les travailleurs, nos forces de sécurité, nos femmes, nos anciens combattants, à plus de vigilance, à plus de fermeté révolutionnaire, à plus de logique et de persévérance dans leurs actions. Pour une mobilisation et une vigilance constante afin de déceler partout où gît l’adversaire camouflé du Parti. Aujourd’hui plus que jamais, il faut que les militants du Parti, ceux qui ont choisi une voie d’indépendance et de dignité nationale, ceux qui ont opté pour l’édification d’une économie socialiste, rompent définitivement d’avec l’attitude de spectateurs indifférents devant les attaques perfides et mensongères des adversaires camouflés de notre régime. Il est temps de mettre fin aux calomnies, aux insinuations malveillantes, aux bobards par une mobilisation, une vigilance constantes afin de déceler partout où il gît l’adversaire camouflé du Parti. Partout, nous devons être les défenseurs intransigeants de notre option politique et de notre régime dont nous devons proclamer les grandes réalisations qui sont là visibles, palpables par tous ceux que la haine et la mauvaise foi n’aveuglent pas. Dans la nouvelle conjoncture, chaque militant doit être vigilant afin de détecter, d’isoler très rapidement et de dénoncer ceux qui oseraient lever la main contre l’unité de notre Parti et de permettre ainsi au pouvoir révolutionnaire du peuple de les neutraliser. Nous devons très rapidement juguler la fraude, les malversations, les détournements de deniers publics et pour cela, il faut que chacun de nous développe son sens civique et n’hésite pas à aider les services de sécurité, en annonçant ou en signalant tout ce qui est malhonnête et tout ce qui va à l’encontre de nos lois socialistes. Renforcer la démocratie dans le Parti. Mais, pour obtenir cette mobilisation si nécessaire des militants, il est urgent de renforcer la démocratie dans toutes les instances du Parti. Renforcer la démocratie dans le Parti, cela signifie concrètement qu’il faut que les militants parlent, que les langues se délient. C’est là, qui ne sait, la condition sine qua non du Parti unique et je vous donne l’assurance que le Comité national de défense de la révolution veillera particulièrement à l’application de ce principe tutélaire. Parler, dire ce que l’on pense même lorsque cela ne correspond pas toujours à l’opinion des dirigeants politiques, est une attitude essentiellement militante, c’est pourquoi j’ai toujours insisté auprès de tous les responsables politiques afin qu’ils admettent la libre et constructive discussion et de se garder de la tentation facile et dangereuse de considérer comme antiparti les militants qui ont le courage d’exprimer leur opinion au cours des réunions régulières du Parti. De toutes les façons, il doit être clair pour tous qu’après la décision capitale que le Comité national de défense de la révolution vient de prendre, il est essentiel qu’un nouveau style de travail soit imprimé à l’ensemble du Parti. Le combat dans lequel nous nous sommes engagés et auquel nous convions l’ensemble des militants honnêtes et désintéressés du Parti, c’est de faire en sorte que l’Union soudanaise R.D.A. reste l’arme de combat toujours efficace du peuple malien qui, après avoir recouvré son indépendance nationale, est décidé à remporter également les batailles de sa promotion et de son indépendance économiques. Maliennes et Maliens, Voilà le premier train de décisions que le Comité national de défense de la révolution, conscient de la mission de salut national que la Conférence des cadres du 1 er mars 1966 lui a confiée, vient de prendre pour engager de façon définitive le Parti dans la voie du renouveau ardemment souhaitée par l’ensemble des couches de notre pays. Le Comité national de défense de la révolution est convaincu que dans l’accomplissement de cette tâche de rénovation nationale, les jeunes, les femmes, les travailleurs, nos forces de sécurité, les anciens combattants, redoubleront d’efforts pour lui apporter leur soutien inconditionnel. Nous demeurerons fidèles à notre politique d’amitié avec les pays africains et fidèles aux accords passés avec les pays développés. Et pour terminer, je déclare que ce qui est en train de se dérouler dans notre pays n’aura aucune incidence sur notre politique étrangère de neutralisme positif. Tant sur le plan africain qu’international, je donne l’assurance à tous que nous demeurerons fidèles à notre politique d’amitié avec tous les pays africains, fidèles aux accords que nous avons passés avec tous les pays développés qui ont bien voulu nous apporter leur concours financier et technique. Dans le même ordre d’idées, je tiens à souligner qu’aujourd’hui plus que jamais, le Parti et le Gouvernement sont décidés à appliquer les accords monétaires que nous avons passés avec la France. Maliennes et Maliens, Comme vous le voyez, le Comité national de défense de la révolution a pris ses responsabilités: le processus est engagé. Le reste, comme je l’ai toujours proclamé, dépend de l’ensemble des militants du Parti. Hier comme aujourd’hui, les conditions de notre succès dépendent de notre liaison avec les larges masses de notre pays. « L’objectif est donc de mobiliser les masses, de rester toujours lié à elles pour faire comprendre que ce sont elles qui sont principalement concernées et qu’en conséquence elles se doivent de prendre en main leur propre destin en faisant des problèmes du Parti, leurs problèmes. Voilà l’objectif que le Comité national de défense de la révolution assigne à tous les militants avec espoir qu’ils ne ménageront rien pour l’atteindre. En son nom, je vous redonne l’assurance que nous ne transigerons pas, nous ne reculerons pas. L’œuvre d’assainissement, nous la mènerons à bout jusqu’au jour où les conditions seront créées pour permettre au Parti de se donner, dans la clarté, la direction qu’il lui faut pour conduire notre peuple au but suprême et noble qu’il s’est fixé: la construction d’une société socialiste dans la liberté et la souveraineté nationale. » La Révolution active: épisode de la bataille du franc malien (Extraits de « La conquête de l’indépendance et l’édification du nouvel État du Mali », La création du franc malien n’est pas acceptée par certains, principalement des commerçants et des hommes politiques qui tentent tout d’abord de faire revenir le Pouvoir sur sa décision. Ils entreprennent de mobiliser contre la nouvelle monnaie et surtout refusent de procéder à l’échange de leurs francs CFA alors même que de par la loi, « la détention des devises étrangères et les mouvements de fonds avec l’étranger constituent des privilèges exclusifs’ de la Banque de la République du Mali, sauf dérogations accordées par elle ». L’arrestation de certains commerçants trouvés en possession de francs CF A après la date limite de l’échange, dont El Hadj Kassoum Touré, militant de première heure de l’Union soudanaise RDA et réputé avoir été l’un de ses principaux soutiens financiers jusqu’à son accession au pouvoir, fait descendre leurs sympathisants dans la rue. Le 20 juillet 1962, ils organisent des manifestations et essayent de prendre d’assaut le Commissariat central pour libérer El hadj Kassoum Touré et les autres commerçants arrêtés. Certains marchent jusqu’à l’Ambassade de France où ils expriment, très vivement, leur attachement au franc CFA et à la France et, de manière véhémente, leur opposition à la création du franc malien et à la République du Mali dont ils brûlent le drapeau. Les autorités et la grande majorité du peuple malien voient dans ces évènements, considérés alors comme revêtant une gravité exceptionnelle, une trahison nationale et un complot contre lesquels il faut sévir de manière exemplaire. De nombreuses arrestations sont opérées dont celles de deux personnalités politiques marquantes: Fily Dabo Sissoko et Hamadoun Dicko, anciens leaders de l’ex PRS ayant rejoint l’Union soudanaise RDA en 1959. Le Bureau politique national de l’Union soudanaise RDA, au cours d’une réunion élargie aux membres du gouvernement, aux députés et aux représentants des organisations affiliées et de l’Armée, décide de constituer une commission d’enquête et de faire juger les personnes arrêtées par un tribunal populaire. La première audience du Tribunal populaire se tient le 24 septembre 1962. Après plusieurs jours de débats, il prononce de lourdes peines. Ce sont celles qui punissent le complot et les infractions à la loi de réforme monétaire érigées en atteinte à la sûreté intérieure de l’État. La gestion des évènements du 20 juillet 1962 est sévèrement critiquée; à l’étranger notamment. Elle est devenue dramatique en 1964 avec la mort en détenti6n de Fily Dabo Sissoko, Hamadoun Dicko et El Hadj Kassoum Touré. Mort dont la version officielle est contestée. Après cet épisode essentiellement politique, la bataille du franc malien se déplace sur le terrain économique. Très rapidement, la gestion du franc connaît de graves insuffisances qui obligent le gouvernement à durcir sa politique économique et fiscale. Pour la consolidation de la monnaie nationale, durement attaquée par le contournement des textes régissant le change et le commerce extérieur, l’Union soudanaise et son gouvernement mettent en place une politique d’austérité et de rigueur. Des mesures sont prises visant à réduire le train de vie de l’État (plafonnement des budgets des ministères, suppression des véhicules et logements de fonction, des indemnités de déplacement à l’intérieur, limitation des missions à l’extérieur et de leurs frais). Les salaires sont gelés et ils supportent une contribution exceptionnelle et la taxe civique. Parallèlement, de nouvelles conditions draconiennes régissent l’exercice de la profession de commerçant et le commerce des céréales. Il est institué des crimes et délits économiques sévèrement punis et la Milice populaire s’implique de plus en plus dans les missions de police économique pour traquer les spéculateurs et les trafiquants contre lesquels une grande campagne d’information et de sensibilisation est organisée. Devant l’aggravation des difficultés économiques qui fragilisent le régime et la chute des présidents Ben Bella, en juin 1965 et Kwamé Nkrumah, en février 1966, un groupe de responsables amène une Conférence nationale des cadres du Parti à décider, le 1 er mars 1966, la création du Comité national de défense de la révolution (CNDR). Le Bureau politique national arrête, à l’unanimité, sa composition et son organisation, le dote des pleins pouvoirs et lui donne autorité sur tous les organes de l’État et du Parti qui sont à sa disposition. Pour bien assurer la défense de la Révolution qu’elles estiment menacée par l’impérialisme, l’Union nationale des travailleurs du Mali (U.N.T.M.) et l’organisation des jeunes du Parti, la JUS R.D.A apportent leur soutien total au CNDR et prônent des mesures d’assainissement et de reprise en main du Parti et de l’économie pour combattre sans répit et sans pitié les adversaires de l’option socialiste. La radicalisation du discours et des politiques ne produisent pas les effets escomptés. Si bien que devant la persistance des difficultés économiques, renouer avec la France notamment dans le domaine monétaire est envisagé comme une voie de sortie de crise. Le Mali procède à une forte dévaluation de la monnaie nationale et surtout, il accepte de conclure avec la France, en décembre 1967, trois accords monétaires qui sonnent le glas de l’exercice de la souveraineté monétaire. Aux termes de ces accords, la libre convertibilité du franc malien est établie ; les modalités de la coopération monétaire entre la République française et la République du Mali sont fixées ; la Banque centrale du Mali, institution cogérée par les deux États, remplace la Banque de la République du Mali, comme institut d’émission jusqu’à l’objectif ultime qui est le retour du franc CFA avec la réintégration du Mali dans l’Union monétaire ouest africaine; les modalités d’apurement du passif des sociétés et entreprises d’État et les conditions de retour à l’équilibre budgétaire sont définies; il est prévu la création de la Banque de Développement du Mali qui reprend les fonctions de banque commerciale de l’ex Banque de la République du Mali et une évaluation périodique des résultats obtenus. Les adversaires de l’Union soudanaise RDA crient victoire dans un tract. Ils voient dans la conclusion des accords monétaires avec la France la preuve de l’échec du régime et surtout la preuve de la clairvoyance politique de ceux qui avaient manifesté leur hostilité à la création du franc malien. Ils oublient que cette supposée « clairvoyance » a été soutenue et accompagnée d’actions, d’activités concrètes qui ont contribué à affaiblir la monnaie nationale, désorganiser les circuits de production et de commercialisation et à démoraliser le peuple en créant chez lui le doute sur la pertinence de l’option socialiste de développement. Alors même que cela aurait pu être perçu comme un remake de la NEP conduite en URSS de 1921 à 1929, pour un groupe de responsables du Parti, la dévaluation et les accords monétaires ont confirmé l’existence au sein de l’appareil d’Etat de nombreuses complicités avec les fossoyeurs de l’économie. Complicités sans lesquelles le pays n’aurait pas été amené à prendre ces décisions et qui sont le fait de cadres et de responsables, et non des moindres, qui se sont écartés de la ligne du Parti et ont eu, par rapport à la gestion de la chose publique, aux règles de gouvernance convenant à un État engagé à construire une économie socialiste, des comportements déviants, des attitudes, des prises de position qui ont servi objectivement les adversaires de l’option socialiste et des politiques économiques et financières du Parti. Quoiqu’il en soit, des coïncidences troublantes conforteront leur soupçon. Nombre de ceux qui ont eu en charge la coordination des affaires économiques et financières, la gestion de la monnaie et le contrôle des sociétés d’État, donc ceux qui étaient directement et personnellement responsables de la mauvaise gestion de l’économie et furent aussi des négociateurs des accords monétaires, conservent leurs postes et responsabilités ou reçoivent des promotions après le renversement du régime en 1968. Et, c’est pour confirmer que les accords monétaires ne mettent nullement en cause l’option socialiste et pour « sortir» ceux qui sont considérés comme ayant contribué à affaiblir le pays au point de lui faire conclure lesdits accords, ce qui est ressenti comme une grande humiliation, que, semble-t-il, la Révolution active a été déclenchée pour « détecter, dénoncer et écarter ces responsables essoufflés, ces cadres dégénérés chez qui a pali ou s’est éteinte la flamme révolutionnaire », comme on le disait à l’époque, et créer les bases d’un nouveau départ. Un chant, le 22 août évoque cette ambition. En effet, sans que jamais aucun responsable n’envisage ouvertement une dénonciation des accords, il se crée, par la réaffirmation constante du caractère irréversible de l’option socialiste, une ambiance qui semble y préparer l’opinion. Diffuse pendant la VI ème Semaine de la jeunesse, elle se renforce lors des manifestations du 18 juillet 1967 et celles qui les suivent. Dans son discours de clôture de la VI ème Semaine de la Jeunesse, le président de la République délivre un message que beaucoup comprennent comme allant dans ce sens. Il déclare en effet, « Mais je vous l’ai souvent dit et je vous le redis: il dépend de vous que notre Révolution aille de l’avant. La Jeunesse a toujours été à l’avant-garde de notre combat, elle a toujours été le fer de lance des luttes difficiles que notre Parti a eu à mener pour obtenir d’abord notre liberté et ensuite nous engager dans une voie révolutionnaire de développement économique. Ce rôle d’avant-garde, il importe que vous le jouiez concrètement, en constituant réellement le moteur des combats que nous menons présentement pour fraye! La voie à notre marche en avant pour la réalisation de nos objectifs économiques et sociaux. L’Histoire nous apprend que dans toute révolution, des hommes, cependant ennemis du régime, brandissent le drapeau de la révolution et arrivent ainsi à se hisser à des responsabilités politiques ou gouvernementales. Notre pays et singulièrement l’Union soudanaise R.D.A. ne peut échapper à la règle. Il vous appartient alors camarades jeunes, par vos miliciens, vos brigadiers, de déceler, de dénoncer les trafiquants et les spéculateurs, les cadres dégénérés, à quelque niveau que ce soit, et chez lesquels a pâli ou s’est éteinte la flamme révolutionnaire, les opportunistes de grande classe d’accord avec tout et rien selon les milieux, dans la défense de leurs intérêts strictement personnels et qui n’hésiteraient pas demain de composer avec tout régime de rechange. Ne mesurez pas les risques d’une telle action, et dans ce combat épurateur et révolutionnaire, digne d’une jeunesse qui a su garder intacte la chaleur de sa jeunesse de cœur et d’esprit, vous avez le soutien inconditionnel du Secrétaire général de l’Union soudanaise R.D.A, de tous les responsables et militants honnêtes, engagés, irréversiblement attachés à la réalisation effective de notre option socialiste. Mais pour cela, il faut que le mouvement de jeunesse soit lui-même extirpé de toute gangrène, il faut que les cadres de notre Jeunesse soient des militants courageux, des militants désintéressés, des militants qui ont un haut idéal et qui sont capables, lorsque c’est nécessaire, de faire le sacrifice suprême pour cet idéal. C’est à ce seul prix, camarades jeunes, que nous sauverons notre pays d’une nouvelle conquête impérialiste, que nous continuerons dans la voie socialiste du développement qui, pour le Secrétaire général de l’Union soudanaise R.D.A. et pour la Direction nationale, demeure une option irréversible. » C’est le début de la « Révolution active … À l’issue du défilé monstre et du meeting des travailleurs du 20 juillet 1967, le président Modibo Keïta déclenche la chasse aux ennemis de l’option socialiste et de la Révolution en ces termes: « Camarades, maintenant un seul mot d’ordre doit désormais nous guider dans notre action: c’est la chasse aux ennemis de notre option, la chasse à ceux qui veulent nier ou compromettre les acquis de notre Révolution, la chasse à ceux-là qui veulent créer la confusion dans nos rangs; la chasse à ceux qui, sous le couvert de déclarations plus ou moins démagogiques avec lesquelles ils ne sont d’ailleurs pas d’accord, pensent ainsi pouvoir endormir notre peuple, tromper notre vigilance, s’installer dans toutes nos institutions afin de pouvoir, au moment opportun, trahir nos vingt années de lutte faite de sacrifices de tous ordres, vingt ans d’une lutte farouche pour sauvegarder notre dignité et notre indépendance que nous ne devrons jamais dissocier de la dignité et de l’indépendance réelle de toute l’Afrique». Le 22 août 1967, le CNDR fait adopter, à l’unanimité, par le Bureau politique national élu au Congrès de 1962, la décision de sa propre dissolution, la captation de ses prérogatives et responsabilités, le remplacement des sections du Parti par des comités locaux de défense de la révolution et la cooptation de nouveaux membres du CNDR. La dissolution du Bureau politique national et des bureaux des sections est précédée et suivie de la mise à l’écart de nombreux secrétaires généraux de section et de maires, dont des dirigeants historiques du Parti et de la mise en vacance de l’Assemblée nationale. À toute occasion est réaffirmé avec force l’attachement à l’unité politique, au caractère irréversible de l’option socialiste et au leadership du président Modibo Keïta avec le slogan: « Un seul parti: l’Union soudanaise RDA ; une seule option: le socialisme; un/seul guide: Modibo, Modibo ». Peut-être parce qu’ils n’avaient jamais été autant menacés! À la faveur de ces évènements auxquels elle prend une part active, la Milice populaire redouble d’ardeur dans la protection de l’économie nationale contre les fonctionnaires véreux les trafiquants, les spéculateurs de tous ordres et tente d’endiguer la dépravation des mœurs qui pousse sous la mode « yé-yé ». Dans l’exercice de ces activités, des miliciens se sont livrés, çà et là des sévices, le plus souvent corporels et parfois des plus graves. Elle a été accusée d’avoir commis de graves exactions. Ses responsables s’en défendent et s’estiment plutôt victimes de la désinformation orchestrée pour justifier le coup d’État de novembre 1968. La vérité est plus nuancée. Des miliciens ont commis des actes hautement condamnables, mais l’on doit à la vérité de reconnaître qu’en aucun moment ces pratiques condamnables ne sont devenues le fait de la majorité. Elles sont restées des actes isolées qui ne résultent pas d’une politique délibérée de répression de masse. Mieux, le Parti a mis en garde contre ces pratiques et l’utilisation politique qui pouvait en être faite contre le régime. Et, lorsqu’elle a été saisie, la Justice a sévi lourdement contre ces déviations. Il est, pour le moins, curieux de constater que la Milice populaire, pourtant créée avant 1960, ne soit devenue si visible qu’en 1967. Où en trouver les raisons? Dans l’exacerbation des difficultés économiques ayant rendu nécessaire une intervention plus vigoureuse contre les « fossoyeurs de l’économie », la manipulation ou la défaillance de l’encadrement technique ou même les effets collatéraux des luttes intestines qui déchiraient le Parti. En tous cas, un groupe de jeunes officiers subalternes tire prétexte, entre autres, de ce qu’il a appelé « les exactions de la Milice populaire, » pour renverser le régime de l’Union soudanaise RDA, le 19 novembre 1968 et dissoudre la Milice populaire et les brigades de vigilance. Mais à la réflexion, l’on s’aperçoit que ces mesures ont fait exploser les effectifs de l’Armée, de la Gendarmerie, de la Police et de la Douane, tout comme la corruption et les excès reprochés à la Milice. Depuis le 19 novembre 1968 et malgré l’augmentation continue des effectifs des forces armées et de sécurité, le pays n’a plus jamais réussi à assurer de manière idoine la sécurité des personnes et de leurs biens. Aujourd’hui, les passions apaisées et les ressorts de la désinformation cassés, n’est-il pas indiquer de jeter un autre regard sur l’expérience de la Milice populaire du Mali et des Brigades de vigilance face à l’incapacité des forces classiques de défense et de sécurité de sauvegarder l’intégrité du territoire national et d’assurer la sécurité des biens et des personnes? Peut aider à cette réflexion, le règlement intérieur des Milices populaires qui disposaient notamment: « Créées en fonction des besoins spécifiques de défense et de sécurité de la République du Mali sur le plan intérieur et extérieur ainsi que dans les domaines politique et économique, les milices doivent être en état de mobilisation permanente pour la défense de nos villages et de nos frontières, de nos institutions et de notre patrimoine national (Article 19). Leur action s’étend sur l’ensemble du territoire de la République. Sentinelles permanentes au service des masses laborieuses dont elles sont issues et auxquelles elles restent soudées, les Milices populaires, par leur présence et leur action, doivent faire de chaque village malien, un centre de vigilance et de nos frontières, des zones de sécurité imperméables (Article 20) Elles ont pour mission, en temps normal, de monter la garde sur nos routes et carrefours nationaux, de détecter, cataloguer et surveiller nos pistes de brousse et de montagne, nos mares, nos pâturages, nos grottes, cavernes, puits, nos ponts, barrages, ports, aérodromes et tous les ouvrages et installations d’intérêt stratégique (Article 21). En cas d’invasion étrangère ou de subversion intérieure, l’action première des Milices populaires tendra à l’occupation immédiate et au contrôle de tous ces points et zones stratégiques (Article 22). Face à la situation actuelle du Mali, où même l’appui de troupes étrangères et la réouverture des bases militaires françaises ne permettent pas aux forces classiques de défense et de sécurité d’assurer la sécurité des personnes et de leurs biens, ne faut-il pas explorer d’autres voies, comme le gouvernement s’y est engagé déjà avec le nouveau Service national des jeunes? La question est ouverte. Elle l’est aussi pour la monnaie parce que dans le domaine aussi, comme dans d’autres, l’Union soudanaise RDA avait fait le choix de l’avenir en préconisant dans la résolution économique du VIe Congrès de septembre 1962, la création d’une monnaie proprement africaine que beaucoup réclament aujourd’hui. Donc, fidélité à l’esprit du 22 août pour un Mali meilleur. Bamako, le 22 août 2017 Daba DIAWARA Président du Parti de l’indépendance, de la démocratie et de la solidarité (P.I.D.S) Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here