Abandon du projet de révision constitutionnel : Quelles images le Peuple retiendra-t-il des Ministres Griots ?

Nous avions dit que les Ministres de la République avaient trahi une fois de plus le peuple malien. Ils sont tous devenus des stars dans le griotisme politique pour faire l’apologie du texte relatif à la révision constitutionnelle. La première trahison du peuple est venue du fait que c’est dans la salle de conseil des ministres en juin 2017, qu’ils ont pris connaissance du projet du nouveau texte référendaire lors d’un conseil de ministres extraordinaire. En trois heures ils ont examiné page par page, article par article, le dit texte et ont donné leur quitus. Cela a fait l’objet d’un communiqué du conseil des ministres, faisant une grande propagande sur les bienfondés de cette nouvelle constitution par rapport à la prise en compte des dispositions de l’Accord d’Alger, pour la paix et la réconciliation nationale. Pour IBK et ses ministres, la révision est la condition sine qua non pour que les peuples du nord et du sud fument le calumet de la paix. Le peuple surpris par le griotisme de nos ministres se pose la question de savoir, comment de grands intellectuels bardés de grands diplômes peuvent-ils fermer les yeux par rapport à un texte aussi anticonstitutionnel que le projet de texte référendaire présenté à eux en un seul jour et validé le même jour sans aucune observation pertinente ? Alors même que l’un des consultants étrangers Marcel Ceccaldi de surcroit qui a participé à sa rédaction, l’a trouvé très mauvais, rétrograde par rapport à la constitution de 1992. Certains Ministres de la République sachant bien dans leur fort intérieur que le dit texte porte le vecteur de la partition du Mali ont joint qu’à même leurs voix à celle de Manassa DANIOKO, la présidente de la Cour Constitutionnelle pour parler d’insécurité résiduelle sur seulement quelques parties du territoire national et que par conséquent on peut tenir les élections dans ces conditions. Parmi ces ministres, il y a Abdoul Karim KONATE, Oumou TOURE, Baber GANO, Mohamed Ali BATHILY, Tiéman Hubert COULIBALY, Soumeylou Boubéye MAIGA, Adama T DIARRA, Amadou KOITA, Konimba SIDIBE et d’autres. Les ministres qui par leur comportement ont le plus déçu le peuple, sont bien Mohamed Ali BATHILY sur qui une franche partie du peuple comptait pour prendre la relève en 2018, après le départ d’IBK. Il porte désormais, le nom de grand griot ‘’Soumano’’ auprès d’IBK. C’est bien lui qui a donné une nouvelle définition à la notion de ‘’violation de l’intégrité du territoire’’. Rappelons qu’en 2016, il avait fait casser des immeubles à Souleymanebougou d’une valeur de plus de 4 milliards F CFA. Aujourd’hui l’Etat doit rembourser à ce collectif, plus de 7 milliards de F CFA. A la suite de ces deux ‘’bêtises’’, Maitre Mohamed Aly Bathily a déçu le peuple malien qui espérait autant sur sa forte personnalité que sur son franc parlé. Il était supposé être l’ultime recours du peuple. Notons que le ministre Secrétaire Général à la présidence lors d’une de ses sorties à Bougouni, sachant bien que le ver était dans le fruit du texte constitutionnel, a chanté les mérites du texte. Nous nous rappelons de son intervention le 31 mars 1990 sous le régime UDPM lorsque le Général Moussa TRAORE avait donné la parole aux cadres pour donner leur point de vue sur la notion de démocratie vue par l’UDPM et sur sa gouvernance du pays. Chétif et maigrelet, Soumeylou a eu le courage d’égrener les maux de la gouvernance UDPM avec beaucoup de courage et de franchise. Egalement il a été un membre fondateur de l’Association ADEMA chez Famadi SISSOKO à l’hippodrome le 25 octobre 1990. Il est un des acteurs chevronnés de l’avènement de la démocratie au Mali. Mais, nous venons de découvrir en lui, un autre caractère, c’est le fait d’être un ‘’coco’’ pour agrémenter toutes les sauces. Il a tronqué son militantisme démocratique apprécié de tous pour lequel il est d’ailleurs très populaire contre le rôle de ‘’codiateur’’ c’est-à-dire celui qui dit que c’est très bleu lorsque le chef dit que c’est bleu. Quant à Konimba Sidibé, le ministre ‘’Kokadjè’’ de la transition est un acteur de la révolution de 1991. Ce dernier a été très critique par rapport à tous les régimes issus de la démocratie en commençant par celui d’Alpha Oumar Konaré jusqu’à ATT, a depuis l’arrivée d’IBK avalé sa langue et son honneur. En un mot, il a vendu son âme au diable. Nous avons l’impression que les impôts des paysans ont servi à former des cadres pour devenir des intellectuels. Mais en retour, ces intellectuels, n’ont pas aidé jusque-là, les paysans dans leur émancipation. Les paysans restent toujours des bétails électoraux. Quelle ingratitude. C’est vrai que l’adage qui dit que là où l’élève a accroché son sac, n’a jamais été le même endroit où il accroche sa veste ‘’sied tout à fait aux comportements de nos ministres. Egalement nous continuons à avoir honte des nombreux mensonges du Ministre en charge de l’emploi et de la formation professionnelle sur d’abord le nombre d’emplois crées en quatre ans et par rapport à la propagande relative au projet de révision constitutionnelle. Maintenant qu’IBK a retiré son projet de révision constitutionnelle sur quel sujet se focalisera t-il ? Pourtant tout porte à croire qu’il a un nom de famille noble. Mais bon il faut le comprendre car au Mali le matériel a pris le pas sur la dignité. Quant au Ministre Amadou Koïta très apprécié dans l’opposition a fait le pigeon voyageur pour passer du côté de la majorité présidentielle. Donc son comportement dans la défense du projet de révision constitutionnelle n’a surpris personne. Seulement, il a profité de l’innocence de quelques dames ministres apolitiques pour les entrainer dans ce complot d’IBK contre le Mali en allant à Kayes avec celles-ci pour chanter en chœur les soit-disant mérites d’un projet de texte référendaire. Concernant Adama T DIARRA, il a pensé que sa sortie médiatique contre l’ex-première dame, Adam Ba Konaré par rapport à sa lettre ouverte à IBK afin de renoncer à son projet de révision constitutionnelle, était la seule occasion offerte à lui pour régler ses comptes et ceux de Feu Mohamed Lamine Traoré avec cette très grande intellectuelle et historienne africaine. Mais il a raté sa cible à jamais. Son mentor IBK vient de renoncer au projet tant défendu par les ministres griots politiques répondant aux multiples noms de:Koïta, Danté, Kouyaté, Soumano, Diabaté, Kamissoko, etc… A travers sa sortie Adama T Diarra est devenu un Dagamaïssa. En qui le peuple peut-il enfin avoir confiance si tous ceux sur lesquels il comptait sont devenus des griots politiques prêts à vendre leur honneur et leur dignité au premier venu ? En définitive, presque tous les ministres du Gouvernement Abdoulaye Idrissa Maïga ont sali leur réputation et ont trahi le peuple malien. Aucun d’eux n’a pris position en faveur du peuple malien, même les plus indépendants d’esprit et apolitiques. Celui qui a le plus gagné dans cette affaire est bien Maitre KassimTapo. Il a non seulement empoché ses 650 millions F CFA, il a insulté le peuple sans rien craindre, il a driblé le Président IBK, il a perdu la confiance du peuple et il s’en moque. Il gardera toujours son poste au Gouvernement. Que Dieu sauve le Mali et son peuple ! Badou S KOBA Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here