Processus de paix au Mali : La CMA et la Plateforme signe une trêve de 15 jours

Hier, mercredi 23 août 2017 à Bamako, la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA) et la Plateforme, deux groupes signataires de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali qui se battent dans la région de Kidal, ont signé une trêve de 15 jours. Le document matérialisant cette trêve a été signé par le président de la CMA, Sidi Brahim Ould Sidatti et le président de la Plateforme, Me Harouna Touré. Le ministre de la sécurité et la protection civile, Général Salif Traoré, au nom du gouvernement malien, le patron de la Minusma, Mahmat Saleh Annadif, et le chef de file de la médiation internationale, ont aussi apposé leurs signatures sur le document. L’objectif de cette trêve est de mener les réflexions en vue de parvenir à un accord de cessation d'hostilités global et définitif. La Cérémonie de signature de trêve de deux semaines qui a eu lieu au CRESS de Badalabougougou a regroupé plusieurs autres personnalités dont l’imam Mahmoud Dicko, président du haut conseil islamique du Mali, le haut représentant du président de la république pour la mise en œuvre de l’accord pour la paix et la réconciliation issue du processus d’Alger, Mamadou Diagouraga... Depuis belle lurette, de violents combats opposent le Groupe d’Autodéfense Touareg Imghad et Alliés(GATIA) de la Plateforme à la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA) pour le contrôle de la ville de Kidal. Ces combats récurrents ont causé des pertes en vie humaine et un blocage dans la mise en œuvre de l’accord pour la paix et la réconciliation issue du processus d’Alger. Avec la signature de cette trêve de 15 jours, une étape vient d’être franchie dans la résolution de la crise au nord du Mali. « Trêve entre la Coordination des mouvements de l'azawad d'une part et La Plateforme des mouvements du 14 juin 2014 d'Alger d'autre part, suite aux récents affrontements et à la dégradation de la situation sécuritaire dans les régions du nord du Mali, soucieux de préserver la paix et de créer un climat propice à la poursuite de la mise en œuvre de l'Accord pour la paix et la réconciliation au Mali issu du processus d'Alger (ci-après dénommé l'Accord pour la paix) ; Réitérant leurs engagements à s'inscrire résolument dans le cadre de cet Accord pour la paix ; La Coordination des Mouvements de l'Azawad d'une part et la Plateforme des Mouvements du 14 juin 2014 d'Alger, d'autre part (ci-après dénommées les parties) ; Réunies le 20 août à Anefis ; S'engagent à respecter une trêve en date de la signature du présent accord, pendant la durée des concertations, n'excédant pas 15 jours renouvelables d'accord parties, en vue de parvenir à un accord de cessation d'hostilités global et définitif », lit-on dans la trêve signée hier par les mouvements armés. En outre, les signataires s'abstiennent de toute action de provocation de nature à nuire à cette trêve, y compris la propagande et les déplacements de troupes et de combattants sans concertation préalable avec la MINUSMA. Les parties s’engagent à parachever les travaux en cours avec le Gouvernement du Mali en vue de l'adoption d'un chronogramme actualisé de mise en œuvre de l'Accord pour la paix. Enfin, les parties remercient le Gouvernement du Mali et la communauté internationale pour leur accompagnement. ‘’ Il est plus facile de faire la guerre que de faire la paix’’ Lors de la cérémonie de signature de trêve, le chef de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation du Mali (Minusma), Mahmat Saleh Annadif, a fait savoir que suite aux missions de bons offices des uns et des autres, les hostilités ont été arrêtées par les groupes armés. « Il est plus facile de faire la guerre que de faire la paix. La paix n’a pas de prix. Je souhaite, au nom de la communauté internationale, que ce pas que nous sommes en train de franchir ouvre des opportunités pour une mise en œuvre intégrale de l’accord pour la paix et la réconciliation issu du processus d’Alger et que cette paix tant entendue puisse être une réalité », a-t-il dit. Avant d’inviter les signataires à respecter leur engagement. « Il est plus facile de signer mais le plus difficile est de l’appliquer », a-t-il dit. L’imam Mahmoud Dicko, président du haut conseil islamique du Mali qui a mené tout récemment une mission des bons offices au nord du Mali abondera également dans le même sens en invitant les signataires à respecter leur engagement. A l’en croire, cette signature de trêve permettra de donner de l’espoir au peuple malien. Selon le président de la Plateforme, Me Harouna Toureh, son Mouvement a toujours respecté ses engagements. Il précisera que la Plateforme est toujours prête à démontrer sa bonne foi, la preuve, elle a signé l’acte de trêve. Pour sa part, le président de la CMA, Sidi Brahim Ould Sidatti a souhaité qu’il y ait un terme à ces affrontements afin que des actes concrets soient réalisés sur le terrain à savoir la mise en place du MOC (Mécanisme opérationnel de coordination) et le retour des services sociaux de base à Kidal. « Nous avons signé cette trêve au nom de la paix, de la réconciliation et au nom de l’avancée de la mise en œuvre de l’accord de paix. Nous avons toujours respecté nos engagements. Nous espérons que cette trêve de 15 jours puisse nous conduire à un accord global et définitif et à travers lequel il n’y aura pas d’affrontements. La CMA est engagée a trouvé un accord avec nos frères pour pouvoir mettre en œuvre l’accord d’Alger qui est essentiel et qui permettra de mettre fin à la souffrance des populations », a-t-il dit. Le ministre Salif Traoré s’est réjoui de la signature de cette trêve de 15 jours. « Nous espérons que cette fois-ci, les armes vont définitivement se taire comme les armes se sont tuent entre le gouvernement et les Mouvements. Le gouverneur de Kidal est à Kidal aujourd’hui et très rapidement le MOC va être à Kidal aussi bien que les autorités intérimaires. Espérons que la signature de cette trêve soit le déclic pour que la paix revienne, pour qu’on puisse résolument se tourner vers le développement du pays », a conclu le ministre. Aguibou Sogodogo Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here