Suspension du référendum constitutionnel : IBK sauve l’essentiel

La crise sociopolitique occasionnée par la volonté du Président de la République de réviser la loi fondamentale du 25 février 1992, a connu un dénouement heureux. Pour « le Mali d’abord » et pour lequel aucun sacrifice n’est de trop, le Chef de l’Etat a opté pour la politique de la raison pour sauver le pays d’un chaos. En somme, IBK sauve l’essentiel. En effet, dans un message adressé à la nation, le Chef de l’Etat, Ibrahim Boubacar Keïta a décidé « en toute responsabilité, de sursoir à l’organisation d’un referendum sur la révision constitutionnelle ». Avant l’annonce de cette sage décision, saluée par l’ensemble des forces vives de la nation, le Peuple malien a retenu une fois encore son souffle après deux mois d’agitation. Pour la énième fois, le bateau « Mali » a échappé au naufrage grâce à la clairvoyance et au sens élevé de l’écoute du capitaine à bord, garant de l’unité nationale. Faisant preuve de sagesse et d’une extrême maturité politique, IBK a su calmer le jeu en préservant l’intérêt supérieur de la nation et surtout apaiser le climat social. Durant deux mois, les partisans du « non » au processus référendaire ont tenu un bras de fer inédit avec les défenseurs de la révision constitutionnelle. Laquelle, selon le Président IBK, apporterait un sang neuf au rétablissement de la paix, à la consolidation de nos institutions et à l’amélioration de la gouvernance de notre pays. Cet acte de bravoure du Chef de l’Etat témoigne à sa juste valeur sa volonté d’éviter le malentendu et un possible affrontement entre les deux camps, dans un pays confronté déjà à des défis majeurs. Si certains estiment que la plateforme An tè Abana à gagné une bataille, d’autres croient que la décision d’IBK constitue une victoire éclatante pour le Peuple du Mali dont lui même est le premier bénéficiaire. Le peuple sera, au moment opportun, invité autour de la table pour un dialogue inclusif et dépassionné. Si le projet de révision constitutionnelle a été suspendu pour permettre aux uns et aux autres de se retrouver, cependant, il appartient à chacun d’évaluer ses actes posés et de tirer les enseignements. Cet exercice concerne la classe politique et surtout la majorité présidentielle. Comme le disait un opposant « IBK vient de marquer un point ». Aujourd’hui, beaucoup de Maliens ont compris que le patriotisme du Chef de l’Etat n’est pas un vain mot. Par cette décision, le Président IBK désamorce une bombe sociale qui était en gestation. Il a su sauver l’essentiel par le sursis à ce référendum qui avait crée une tension au sud pendant que le nord et le centre du pays sont en proie à l’insécurité. C’est désormais, c’est l’accalmie en attendant les batailles pour la présidentielle de 2018 qui s’annonce sur les chapeaux de roue. Jean Goïta Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here