Présidentielle 2018: La Plateforme «ensemble pour une alternance en 2018» en gestation

En prélude à l’élection présidentielle de 2018, le président de la Plateforme «ensemble pour une alternance en 2018», Ibrahim Karamoko Sissoko a animé un point de presse, le vendredi 25 août 2017, à Badalabougou pour expliquer ses ambitions pour les futurs joutes électorales. Selon le conférencier, Ibrahim Karamoko Sissoko, le lancement officiel de cette plateforme est prévu pour 2018. A l’en croire, la Plateforme «AE-2018» en gestation a pour objectif est de faire adhérer le maximum de partis politiques en son sein vue de remporter la bataille présidentielle de 2018. «Nous sommes des jeunes soucieux du devenir de ce pays…Nous demandons l'ouverture démocratique en révisant la loi électorale afin de permettre à la jeunesse d'être candidat à l'élection Présidentielle de 2018. Il s’agit de deux articles : 145 et 149», a-t-il dit. Avant de souhaiter à ce que l'âge minimum de l’élection présidentielle soit ramener à 21 comme toutes les autres élections, à défaut, poursuit-il, amener l'âge minimum à 30 ans au lieu de 35 ans. Selon lui, cette modification permet aux jeunes d'être candidats. «Un jeune de 21 ans peut devenir député au Mali, un député peut devenir Président de l'Assemblée Nationale et en cas de vacance du pouvoir le Président de l’Assemblée nationale devient Président de la République par intérim ! Article 149 : Cet article porte sur le parrainage des candidatures à l'élection Présidentielle. Compte tenu de l'instabilité dans les régions du Nord, il est très difficile d'avoir cinq conseillers par région. A ce niveau Nous demandons 5 conseillers dans 8 régions (sur 10 au Mali) et 5 conseillers dans le District de Bamako. C'est-à-dire sur les 11 régions si on a 5 conseillers dans 9 régions et dans 2 régions on n'a pas de conseillers, la candidature sera acceptée !», a martelé Ibrahim K Sissoko. Par ailleurs, il s’est réjoui de la lutte effectuée par la Plateforme «Antè A bana : touche pas à ma constitution» qui a «poussé» le président de la République du Mali, Ibrahim Boubacar Kéïta de surseoir à son projet de révision constitutionnelle. A.S Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here