Reboisement de la Cité universitaire : Une action citoyenne et d’avenir

Cette plantation d’arbres a pour objet, entre autres, d’inculquer aux étudiants les valeurs de préservation de l’environnement Le paysage de la Cité universitaire de Kabala s’enrichit d’environ 1000 jeunes plants dont le premier a été planté hier par la Première dame et non moins présidente de l’ONG Agir, Mme Kéïta Aminata Maïga. C’était à la faveur d’une cérémonie consacrant la journée de reboisement initiée par le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique. Outre, le ministre en charge dudit département, Assétou Founé Samaké Migan, l’évènement s’est déroulé en présence de Oumou Touré, ministre de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la famille, des autorités administratives de la région de Koulikoro et du maire de la commune rurale de Kalaban-coro, Tiécoura Hamadoun Diarra. Des centaines d’étudiants avaient aussi effectué le déplacement. Le slogan de la journée : «Celui qui a planté un arbre, n’aura pas vécu inutilement», rappelle les multiples fonctions de l’arbre. Et le cadre choisi, la Cité universitaire, révèle de la volonté des autorités d’inculquer aux futurs dirigeants les valeurs de préservation de l’environnement. Deux symboles forts qui ont fait de la journée d’hier, une date gravée dans les annales de l’histoire du village de Kabala où se dresse majestueusement la Cité universitaire la plus moderne de la sous-région. Le couvert végétal du site (103 hectares), rasé pour permettre la réalisation du joyau, affichera bientôt fière allure avec les 1000 plants qui ont été plantés tout au long du mur d’enceinte et dans la cour. Au-delà de la Cité, l’initiative a enclenché une nouvelle dynamique dans la commune de Kalaban-coro dont le maire, Tiécoura Hamadoun Diarra, s’est engagé à la répercuter sur l’ensemble de sa collectivité. «Je ne ménagerai aucun effort pour entreprendre des actions de ce genre, tant bénéfiques pour les étudiants que pour le climat», a-t-il déclaré, tout en sollicitant l’engagement des habitants de la commune dans la lutte contre les effets des changements climatiques. Une lutte qui se conjuguera avec la gestion de la problématique des effectifs pléthoriques dans les écoles de Kalaban-coro. Cette situation préoccupe l’édile. Il a sollicité le soutien de Mme Kéïta Aminata Maïga pour y trouver des solutions durables. A la suite du maire, le secrétaire général du bureau de Coordination de l’Association des élèves et étudiants du Mali, Abdoul Salam Togola, s’est réjoui du reboisement de la Cité universitaire dont l’entretien est du devoir «des occupants, les étudiants». Aussi, M. Togola a exprimé le souhait auprès des autorités d’initier plus d’activités de ce genre et au-delà, faire des caravanes et des conférences au niveau de la jeunesse sur ce thème. Car, «le Sida et la malnutrition tuent des millions de personnes dans le monde, mais le déboisement abusif mettra simplement fin à la vie sur terre», dit-il. C’est dire que le reboisement est un acte humaniste.Le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique est du même avis. A travers cet acte, «le département veut manifester sa détermination à contribuer à la restauration des écosystèmes dégradés qui procède d’un des engagements pris par le gouvernement depuis 1995», a expliqué Assétou Founè Samaké Migan. Et de s’adresser aux étudiants : «Cet acte symbolique doit forger en nous l’habitude de planter des arbres chaque fois qu’on en a l’opportunité, mais aussi de les entretenir…Ce joyau vous appartient, l’entretien des arbres vous revient. Montrez le chemin à ceux qui viendront après vous». La Première dame a remercié le gouvernement chinois pour son appui à l’enseignement supérieur du Mali et pour son soutien constant à notre pays pour son émergence. Elle a aussi félicité le ministre en charge de l’Enseignement supérieur pour cette initiative éducative et citoyenne qui participe de la mise en œuvre des politiques stratégiques pour la protection de l’environnement, ainsi que la préservation de la biodiversité. En effet, selon Mme Kéïta Aminata Maïga, l’arbre fait partie de notre vie quotidienne. «En plus de sa fonction sociale qui est de servir de cadre d’échanges sous son ombre, il nous procure de la nourriture, de l’oxygène pour respirer, des médicaments», a-t-elle expliqué, ajoutant qu’il améliore aussi le microclimat local et rend le cadre de vie agréable. C’est dire que la protection de l’environnement constitue un enjeu majeur. Et dans ce combat, «chaque Malien est concerné et doit traduire son engagement par des actes concrets». «Vous avez le privilège d’être la première promotion d’occupants de ce joyau qui offre toutes les commodités à un étudiant d’apprendre dans un cadre adéquat. Mais, vous devez aussi garder en mémoire que vous avez la lourde responsabilité de son maintien dans les conditions d’hygiène et de propreté requises», a lancé Mme Kéïta aux étudiants. Avant d’inviter l’assistance à l’exercice quotidien d’éduquer et de sensibiliser perpétuellement sur les bonnes pratiques pour un meilleur cadre de vie. Ces mots de la première dame ont été suivis d’une visite guidée du campus universitaire, puis la plantation symbolique d’un Ficus Geida, non loin du cafétéria de la Cité universitaire. Issa DEMBÉLÉ Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here