Avec Ibrahim Boubacar Keïta, le Mali est entré dans une crise de régime

Après quatre ans de pouvoir et à moins d’un an de l’élection présidentielle, le dirigeant sahélien n’est pas parvenu à faire la paix et reconstruire le pays. Le président du Mali, Ibrahim Boubacar Keïta, a récemment renoncé à son projet de révision de la Constitution. Cette initiative devait initialement permettre d’intégrer les dispositions de l’Accord de paix d’Alger, signé entre le pouvoir et les groupes armés, comme le bicaméralisme et la décentralisation. L’opposition et la société civile s’y sont fortement opposées à moins d’un an de la présidentielle. « Le régime ne sait pas où il va ! Son seul objectif est de trouver les moyens de faire réélire le président Ibrahim Boubacar Keita », souligne un observateur de la scène sahélienne qui décrit un chef de l’État malien, isolé dans sa tour d’ivoire et incapable de faire avancer le processus de paix, « jouisseur » de pouvoir alors que son pays sombre. Le 18 août, « IBK » a reculé face à la pression de la rue en décidant de surseoir à l’organisation d’un référendum sur la révision constitutionnelle préparée par l’ex-bâtonnier du pays, Kassoum Tapo, avec l’aide de l’avocat parisien Marcel Ceccaldi. Un renoncement après des semaines de manifestations de la classe politique et de la société civile. Réunies au sein de la plateforme Antè Abanna (« On ne veut pas, c’est tout » en langue bambara), celles-ci lui reprochent de vouloir accroître ses pouvoirs et favoriser le clientélisme électoral à travers la création d’un Sénat. Elle n’est surtout pas prête à lui faire le moindre cadeau à un an de la présidentielle, prévue à l'été 2018. « Cet échec illustre le fossé entre les attentes des Maliens et l’action publique », indique Baba Dakono, chercheur de l’Institut d’études de sécurité à Dakar. Lire la suite sur : http://www.lopinion.fr/edition/international/ibrahim-boubacar-keita-mali... Source : Africatime Africatime

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here