Tabaski, fête célébrée dans des conditions différentes

84
Le Mali, à l'instar d’autres pays, a célébré aujourd'hui l'Aid El Kebir ou la fête de Tabaski. Au nord, au centre tout comme au sud du pays, des prières ont été faites ce matin pour le retour de la paix et de la sécurité dans le pays. Cependant, si la fête a été célébrée partout au Mali, ça n'a pas été dans les mêmes conditions. Au nord du pays, les dispositifs militaires de l'armée malienne ont été renforcés pour sécuriser les villes de Bourem et Ansongo où le cri de joie des enfants et le fanfare des forces de sécurité raisonnaient dans les villes. À Tombouctou, la grande prière collective a été délocalisée cette année de Sarkilla à la grande mosquée de Djingareiber à cause de la pluie. La force Barkhane a donné 15 moutons aux imams de Gao et 3 moutons à l'association des non voyants. L’armée malienne a fait aussi don de 3 bœufs aux mosquées de la ville. Les Kidalois ont eux fêté sans leur gouverneur qui se dit prêt à retourner dans la ville après la fête. Dans le centre du pays, à Djennè, le pardon, le partage avec les personnes démunies et la paix ont été les principaux thèmes de la prêche de l'imam ce matin. A Kayes et Koulikoro, dans le sud, des familles démunies et des enfants de parents défavorisés ont reçu des dons pour mieux célébrer la Tabaski. A Banamba, le maire de la commune de Boron n'a pas fêté dans sa commune. L'autorité est contestée par la population, selon laquelle, elle a été imposée par la cour constitutionnelle. Dans la région de Sikasso, les embouteillages créés dans la circulation à l’occasion de la fête, provoquent depuis quelques jours des accidents dont certains sont très graves. Les autorités locales ont fait passer des messages de sensibilisation pour inviter la populations à plus de prudence. A Yanfolila, beaucoup de fidèles n'ont pas pu participer à la prière à cause d'une forte pluie enregistrée ce matin dans la localité. Le chef de file de l’opposition a également prié pour le retour de la paix et de la cohésion sociale dans le pays. Soumaila Cissé estime que les Maliens doivent unir leurs efforts et instaurer le dialogue, car selon lui, la situation du pays est extrêmement difficile. Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here