Domba : Quand Randgold foule au pied les intérêts de la population

87
Le Mali est devenu un pays où n’importe qui vient essuyer ses chaussures. C’est le cas des multinationales. Mais la société qui a étalé son arrogance est sans commune mesure la société Randgold qui exploite la mine de Domba à travers Morila S.A. En effet suite à un voyage que nous avons effectué la semaine dernière sur invitation de certains citoyens de la cité nous avons pu constater de visu les impacts environnementaux de cette exploitation à ciel ouvert de la mine d’or. La première victime de cette exploitation sauvage les enfants qui fréquentent l’école de Domba. Pour protéger les enfants et le corps enseignant du bruit des grues et autres engins Morila S.A a élevé une digue. Cette digue est bien le symbole que la société n’en n’a cure des questions environnementales. Pire les personnes interrogées se plaignent de la qualité de l’eau qui provient de la natte phréatique. Pour ce natif de la zone très remonté, l’eau contiendrait de cyanure toute chose qui peut provoquer des maux de vendre. Malgré ce drame le sous –prefet Madame Traoré Fati Traoré continue à faire la tête dure pour masquer la vérité sur instruction du Ministre de Mines Tiemoko Sangaré. Elle a même menacé d’expulser de sa sous – préfecture un journaliste de la Confédération Helvétique venu enquêter sur les abus causés par les multinationales. Malgré une pluie de protestation le Ministre des mines semble observer un silence de cimetière. Cela est compréhensible car le métal jaune fait tourner la tête de ceux qui ne savent pas se tenir à distance. Face à la montée de la grogne sociale le Directeur général de Morila S.A Ngolo Sanogo est enfin sorti de sa réserve en répondant à la lettre numéro 004/DYT du 6 juin 2017de Domba Yiriwaton. Et, lui de proposer : « conjointement la signature d’un protocole d’accord en présence du Ministre des mines au visa duquel nous avons convenu de soumettre cet accord. Dés votre accord pour cette proposition nous prendrons contact avec le département des mines en vu de l’organisation de cette rencontre qui pourrait avec l’accord du ministre avoir lieu la semaine prochaine ». Malgré l’opposition de la population de Domba, de son chef de village Kourounko Mariko, certaines personnes comme le professeur Elimane Mariko et le sous-préfet de Sanso Madame Traoré continuent à faire le dure à cure. Nenni pour quelle raison on le saura bientôt. C’est ne pas seulement Domba qui se plaint il ya aussi le village de Gounkoto dans la région de Kayes. Nous y reviendrons plus en détail la semaine prochaine. Badou S. Koba Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here