Interview du Président IBK à l’occasion de son 4ème anniversaire au pouvoir: ’’Le G5 Sahel, une composante essentielle dans la lutte contre le terrorisme’’

64
Le Chef de l’Etat, Ibrahim Boubacar Kéïta, a accordé une interview à l’ORTM lors du 4ème anniversaire de son accession à la magistrature suprême du pays. Dans ce face à face avec le Directeur général de l’ORTM, Sidiki N’Fa Konaté, le Président de la République s’est montré confiant au sujet du retour de la paix et de la stabilité. Pour Ibrahim Boubacar Kéïta, l’état de fait qui donne espoir au retour de la paix est l’absence de belligérance entre les forces armées maliennes et les groupes armés, même si depuis quelques temps une insécurité s’est transportée dans le centre du Mali. « …Si l’on regarde la situation d'ensemble du Mali aujourd'hui, il n'y a pas de belligérance. Cela est un fait à souligner avec beaucoup de force. Ce n'est pas toujours le cas et il n'était pas évident et aisé que l'on y parvienne. On y est aujourd'hui et l'effort pour la paix ne s'est jamais atténué. La quête de la paix n'est pas une quête du Graal, c'est une quête du possible. Cette paix sera atteinte et achevée au Mali dans les temps à venir Inchallah », explique IBK qui ajoute que les prémices sont là. Parmi ces signes, le Président Kéïta a évoqué les retrouvailles fraternelles entre le gouverneur Ichrach et les frères à Kidal. « Cela est un très bon signe, d’un symbolisme très fort. Je pense qu'avec la bonne volonté des fils du Mali, rien n'est hors de portée. Ces efforts-là seront encore accrus. Pour notre part au niveau du gouvernement, nous ferons tout ce qui sera notre possible pour faire en sorte que ce qui est actuellement en train soit suivi de manière vigoureuse et avec des fondations très solides », a rassuré IBK. Le G5 Sahel, une composante essentielle dans la lutte contre le terrorisme Le Président IBK est revenu sur l’importance et la nécessité de la mise en œuvre de ce programme sous-régional de défense. « Quand on commençait cette affaire de G5 Sahel, là aussi il y avait beaucoup de moqueries, de doute et de scepticisme comme toujours. Mais nous y avons cru. Nous y croyons parce que nous avons compris que chacun des pays, pris individuellement, n'avait pas de grande chance de présence réelle, effective et à hauteur de souhait dans sa défense territoriale et dans la défense de notre espace commun : le Sahel. Et qu'il fallait avoir cette intelligence de mutualiser nos forces, nos moyens d'information, d'intelligence comme on le dit. Et mettre en commun également nos moyens financiers pour que nos forces soient une force convaincante, une force ad hoc qui puisse faire face à la menace. Et je pense que cela est aujourd'hui acquis et le monde entier sait désormais que le G5 Sahel est une composante essentielle dans la lutte contre le terrorisme dans le Sahel en particulier et dans le monde en général parce que la lutte dans le Sahel participe de la lutte générale contre le terrorisme ». Face aux enjeux que présente le sahel pour le monde entier, IBK a précisé que ce n'est pas uniquement une œuvre de bienfaisance mais un intérêt bien compris que ces Etats ont compris et c’est pourquoi nous sommes ensemble dans cet engagement. « Nous sommes à pied d'œuvre pour que nos forces soient à hauteur de mission et aujourd'hui, je pense qu’il y a des éléments très positifs ». DKT Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here