PRODUCTEURS DE LAIT ET L’USINE MALI LAIT: Des tractations sur le prix du lait de 400F à 350F à compter du 1er janvier 2018

68
Suite à une crise entre l’usine Mali Lait et les producteurs de lait, le ministre de l’Elevage et de la Pêche, Mme Ly Taher Dravé et le ministre de l’Environnement ont effectué une visite pour s’enquérir de l’état de la situation afin de prendre des dispositions pour aider à régler ce problème. Mali Lait, selon ses promoteurs, est la seule usine de la sous-région qui utilise le Lait local de toute sa chaine de production. Seulement l’unité industrielle n’arrive plus à absorber la quantité de lait produite autour de la capitale, mieux elle ne s’en sort pas avec le coût actuel de litre du lait fixé à 400FCFA. D’où sa décision de payer désormais le litre à 350F à compter du 1er janvier 2018. Une décision qui n’arrange pas les producteurs de lait, d’où la saisine du gouvernement. Dans son intervention, le Directeur général de Mali Lait sa, Bréhima N’Djoye a signalé qu’ils peuvent collecter tantôt plus de 15 000 litres de lait par jour. Selon lui, Mali lait a démarré en 1995 avec une collecte de 500 Litre par jour. A ses dires, c’est cette collecte qui a progressée petit à petit avec à chaque fois un effort de la part de Mali lait pour améliorer le prix, par ce que le prix initial était à 250 FCFA. Selon lui, il a commencé à augmenter progressivement jusqu’à atteindre le prix actuel de 400F. « C’est Mali lait qui est la seule unité aujourd’hui qui prend le lait cru local. On est là parce que le gouvernement investi beaucoup pour valoriser le lait local. Le souci aujourd’hui, c’est la transformation de ce lait, par ce qu’à défaut de la transformation on sera obligé de verser le lait. Ce qui n’est pas recommandé et ce n’est aussi l’objectif recherché. Nous sommes là aujourd’hui pour échanger et on a toujours échangé, et toujours on a pu trouver une solution. Mais Mali Lait nous a donnés une dernière échéance au 31 décembre 2017. À partir de cette échéance, Mali lait prétend diminuer le prix du litre du lait local. On n’est là dans ce cadre pour échanger et trouver des solutions, parce que jusque là la politique du gouvernement est d’accroitre la productivité et la production de l’élevage. Nous sommes le premier pays d’élevage au niveau de l’espace UEMOA et le gouvernement n’entend pas changer de position par rapport à çà. Et les investissements, nous sommes en train de les faire pour encore accroitre davantage cette productivité. Dans ce cadre, nous devons échanger, continuer à échanger pour que nous arrivons quand même à les écouler parce qu’il y a d’autres aspects qui se présentent », a-t-elle indiqué. Elle a précisé que la réflexion se poursuive au sein de cette grande famille avec un parrain, le gouvernement de la République soucieux de l’intérêt du consommateur. Fatogoma COULIBALY Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here