L’Adema et la présidentielle 2018 : Kalifa Sanogo sème le trouble

59
C’est enfin arrivé. Samedi 16 septembre, le Maire de la Commune urbaine de Sikasso, Kalifa Sanogo, a été investi candidat à l’élection présidentielle de 2018. Soit deux jours après l’importante réunion du Comité Exécutif de son parti, ADEMA – PASJ, dont les conclusions laissent cours aux discussions. Dans le rapport Moustapha Dicko, il est question d’appels à candidature conformément aux textes du parti. Alors, a t – on respecté les textes à Sikasso ? En agissant ainsi, Kalifa Sanogo et les siens ne se prêtent ils pas aux sanctions disciplinaires ? Ou voudrait – on mettre le parti devant un fait accompli ? Difficile de joindre durant le week-end les responsables de l’ancien parti au pouvoir, ADEMA – PASJ. Raison apparente, aucun d’eux ne souhaiterait commenter les derniers développements de la vie de leur parti. Toute la semaine dernière, le débat sur la candidature interne à l’élection présidentielle de 2018 secoua les allées du parti. Mercredi 13 septembre, leurs Députés s’étaient prononcés sur le sujet. Selon des confidences, sur les 16 membres de leur groupe parlementaire, 15 membres auraient donné un avis favorable à une telle éventualité. Tant attendue, la réunion du Comité Exécutif du parti du jeudi 14 septembre a également planché sur le sujet. En l’absence d’un communiqué officiel, d’une déclaration, les spéculations étaient parties de bonne guerre. ” Ira “, ” Ira pas, ” les confrères ne tarissaient pas de papiers sur la présence d’un candidat ADEMA à la présidentielle de 2018. Une source sérieuse a cependant confié que beaucoup de cadres du parti estimeraient que la question ne se posait plus dès l’instant que le rapport Moustapha Dicko avait balisé le terrain. En fait, rapporte t – on, ce serait une situation de ” oui ” et ” non ” car personne n’oserait se prononcer publiquement sur le sujet. C’est dans ce contexte que dans la région de Sikasso, les choses allèrent très vite. Samedi 16 septembre, le Maire de la Commune Urbaine, Kalifa Sanogo, a été investi candidat à la présidentielle de 2018. Parait – il que c’était en présence de milliers de personnes, de responsables politiques des sections ADEMA, d’associations, etc. Mais, avait – il la caution du parti ADEMA ? Officiellement, tout indique que c’est non. Dans le rapport Moustapha Dicko, il est question d’appels à candidature. Cela n’étant pas encore d’actualité dans la Ruche, n’est – on pas allé vite en besogne à Sikasso ? En agissant de la sorte, Kalifa Sanogo et les siens ne se prêtent – ils pas aux sanctions disciplinaires ? Comme dirait l’autre, n’y aurait il pas travail fractionnel de leur part ? B. KONÉ Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here