Conditions d’obtention du passeport biométrique: Les explications du directeur de la police des frontières

96
Le directeur de la police des frontières, le commissaire divisionnaire Harouna Samaké, accompagné du point focal passeport biométrique au ministère des Affaires étrangères, Oumar dit Barou Sacko, et du directeur du centre de traitement des données d’état civil, Sibiri Philip Berthé, a donné une conférence de presse pour expliquer certains aspects du passeport biométrique. C’était le jeudi 14 septembre au ministère de la Sécurité et de la Protection civile. Le passeport biométrique, selon Harouna Samaké, directeur de la police des frontières, est un document de voyage sécurisé qui est conforme aux normes de l’organisation internationale de l’aviation civile. Suivant ses explications, le passeport dont le Mali dispose actuellement est un passeport universel. Informatisé et biométrique, l’obtention du nouveau passeport, qui vient de naître dans notre pays, est soumise à des principes, d’autant plus que c’est un arrêté interministériel qui fixe les documents à fournir pour l’avoir, a expliqué Harouna Samaké. Ces documents, M. Samaké, sont un extrait d’acte de naissance, un numéro d’indentification, un reçu de paiement à la banque, le justificatif de la profession, l’autorisation parentale pour les enfants mineurs, la copie d’acte du mariage pour les femmes qui souhaitent porter le nom de leur mari. À ses dires, tous les Malines ont droit au passeport biométrique, avec justification de l’identité, de nationalité d’être Malien et le cas échéant, la capacité juridique. Harouna Samaké a informé que ceux qui n’y ont pas droit, ce sont les étrangers, les Maliens qui sont sous coup judiciaire et sous condition de liberté provisoire. Pour avoir le passeport biométrique, selon le conférencier, il y a deux possibilités : rapidement ou en deux semaines. Les versements, à en croire Harouna Samaké, sont faits au niveau d’Ecobank : 55.000 Fcfa pour une période de deux semaines et 110.000 Fcfa pour 24h. Cependant, en dépit de la connaissance de tous ces principes, le conférencier a fait savoir qu’il y a certains qui cherchent à déroger à la règle. Sachant qu’ils ne peuvent pas obtenir le passeport en un jour, ils se permettent d’aller faire un paiement de 55.000 Fcfa pour venir dire au directeur : «je voyage demain». «La loi s’applique à tout le monde. Il faudra que la population apprenne à s’adapter à ce principe connu de nous tous, c'est-à-dire, deux semaines à 55.000 Fcfa et 24h à 110.000 Fcfa. L’obtention du passeport n’est pas difficile. Mais seulement, les gens ne s’approprient pas le processus d’obtention», déplore-t-il. Diango COULIBALY Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here