Le ministre de l’Education Nationale passe un sale quart d’heure à l’Assemblée nationale

86
Lors de ses questions orales posées au ministre de l’Education nationale, Mohamed Ag Erlaf, jeudi dernier, à l’Assemblée nationale, le député Zoumana N’Tji Doumbia, président de la Commission des lois, a martelé : « pouvez-vous me rappeler le statut juridique des écoles Collège Horizon en République du Mali ; sur quoi vous fondez-vous pour signer un protocole d’accord dans lequel vous vous engagez à fermer les écoles Collège Horizon par l’abrogation des décisions les créant ; pourquoi fermer une administration scolaire expérimentée et rompue à la tâche depuis plus de 10 ans pour une nouvelle structure qui n’a rien à voir avec le monde éducatif ; ne mettez-vous pas en péril l’avenir de milliers d’enfants qui fréquentent ces établissements scolaires, en permettant à la Fondation Maarif de les administrer ; Avez-vous approché les associations de parents d’élèves pour les impliquer dans votre décision de transfert d’administration des écoles Collège Horizon ? » Le ministre a répondu que la décision d’abroger les autorisations de création et d’ouverture des établissements Collège Horizon est conforme à la loi de 2012 portant création des établissements d’enseignement scolaire, de type privé, en République du Mali. Il a ajouté que ce sont les deux Etats souverains du Mali et de la Turquie qui ont décidé de céder la gestion des écoles Collège Horizon à la Fondation turque Maarif. « L’Etat turc, a-t-il dit, a reconnu la Fondation Maarif, comme seule habilitée à reprendre la gestion des établissements Collège horizon. » De ce fait, a assuré le ministre de l’éducation nationale, le collège horizon n’a pas de statut légal pour s’occuper de l’éducation au Mali. Mohamed Ag Erlaf a déclaré que le protocole d’accord signé entre le gouvernement et la Fondation Maarif préserve les intérêts de l’Etat, des parents d’élèves, des élèves et du personnel enseignant. Il a ajouté que le gouvernement a obtenu la garantie de l’amélioration de la qualité de l’enseignement dispensé par la fondation et de la réduction des frais de scolarité. Il faut signaler que le ministre s’est déclaré incompétent pour répondre aux questions d‘ordre judiciaire, en martelant : « Ca commence à devenir un tribunal, je ne suis pas à la barre ». Il a aussi affirmé qu’il a rencontré les parents d’élèves. B.D. Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here