Politique Politicaillerie : qui peut en vouloir à Manassa à ce point

47
La Présidente de la Cour Constitutionnelle du Mali, la très respectée, l’icône du droit malien, l’une des figures charismatiques des évènements de mars 91 et assimilés, comme si de rien, est jetée en pâture aux vautours et tout y passe. Sa respectabilité, sa dignité, son honneur et même sa sagacité. Pour justificatif des abominations dont elle continue de faire l’objet, la lecture du droit sur un sujet d’une extrême sensibilité. Le projet de réforme constitutionnelle adopté par le gouvernement et majoritairement validé par le parlement, notre parlement. Pour verser la démoniaque bile, des politiques sans âme et sans foi éternellement mus par leurs propres intérêts mercantilistes, trouveront moyens d’utiliser des plumes de jeunes confrères peu introduits, sans doute motivés royalement ? J’en doute, des misères en guise de récompenses et quelles récompenses. Mon dieu bon dieu. Et pourtant en terme de droiture et de rectitude morales, Manassa Dagnioko a fait trembler plus d’un et apporter la joie et l’espérance dans le cœur d’un peuple aux abois. Autre temps, autre mœurs. A son poste de président de la Cour Constitutionnelle, que nul ne se trompe, elle a un mandat qui la met à l’abri de tout. Un septennat, qu’importe son attitude et sa vision face au régime en place. Alors au nom de quel saint Manassa Dagnioko jouerait –elle au flagorneur ? Et quel destin politique viserait –elle aujourd’hui pour vouloir traiter dans l’ivraie ? Nul destin que celui d’une patriote presqu’au crépuscule de sa carrière, de sa très longue et riche carrière. Serait-elle tentée par un destin politique, elle aurait pu s’y prendre autrement. Sachons donc garder raison et sortons de nos pratiques rédactionnelles, les attitudes qui font honte. A suivre très prochainement Sory de Motti Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here