Rassemblement Pour Le Mali : A qui profite un congrès extraordinaire ?

46
Petit à petit, le quinquennat du Président Ibrahim Boubacar Keïta tire vers sa fin. Au même moment, se profilent à l’horizon de nouvelles élections présidentielles. A un an de ce scrutin crucial pour le régime, les calculs vont bon train. Le Rassemblement Pour le Mali est attendu de pieds fermes par ses adversaires. Un véritable challenge pour les tisserands. Au lieu de s’unir pour défendre le bilan d’IBK, selon des informations crédibles, certains barrons du parti s’agitent dans l’ombre pour l’organisation d’un congrès extraordinaire. Pourquoi un congrès extraordinaire ? Si ces informations s’avèrent vérifier, la grande famille des tisserands risquera de voler en éclat. Selon des informations, d’un coté, il y a les militants originels, fortement ancrés dans le parti et fidèles à ses principes et idéaux et de l’autre camp, des opportunistes réunis en groupuscules pour semer le désordre. A qui profite l’implosion du RPM ? Selon nos sources, ce sont certains proches de la famille présidentielle qui veulent à tout prix imposer un changement à la tète du parti. Deux noms circulent sur les lèvres indiscrètes. Il s’agit de l’actuel locataire de la Primature et le ministre Abdrahamane Sylla, des Maliens de l’extérieur qui se seraient en train de tirer les ficèles. Ils se disent proche et se tapent la poitrine d’avoir confiance du Chef de l’Etat. Pour mettre ce plan machiavélique en œuvre, ils envoient des missions et mènent des tournées secrètes à l’intérieur du pays pour bénéficier pour tenter de dissuader les sections. Le RPM a tout intérêt à consolider sa cohésion acquise à l’issue de son 4ème congrès ordinaire avant les enjeux majeurs qui les attendent. C’est cette force qui l’a permis de conforter sa suprématie politique lors des communales de 2016. Cette cabale politique au sein du RPM qui ne dit pas son nom est dirigée contre le Dr Bocari Tréta, Président du Parti. En effet, d’après nos informations, le Premier ministre et d’autres cadres seraient prêt à tout pour débarquer Tréta de la tête du parti. Ils le reprochent son absence dans lors des débats importants comme celui du référendum où Tréta a été moins entendu. Selon les meneurs, le RPM ne joue pas son rôle dans la majorité présidentielle. Affaire à suivre Jean Goïta Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here