Journée porte ouverte à la Somagep : Le DG Kane rassure les clients de la qualité de l’eau

55
La société malienne de la gestion de l’eau potable (Somagep) a organisé, le 24 août dernier, une journée porte ouverte dans ses sites de rétentions, de prélèvement et de distribution d’eau. La cérémonie d’ouverture a regroupé le président de la commission de l’énergie et de l’eau de l’assemblée nationale, du représentant de la société civile et la présidente de l’association malienne des consommateurs. Etaient présents également plusieurs responsables locaux des groupements des abonnés de la ville de Bamako et à l’intérieur. L’objectif était de cerner les différentes étapes et les mesures d’accompagnement de traitement de l’eau qu’il faut afin de lever toutes les équivoques sur la qualité décriée de l’eau de la SOMAGEP avant cette visite des sites. A l’ouverture de la cérémonie, le Directeur Général de la Somagep Boubacar Kane entouré de ses collègues, a remercié et salué les invités avant de parler brièvement de l’ordre du jour. Il a saisi cette occasion pour expliquer les méthodes que son service adopte afin de rester fidèle à la production de la qualité irréprochable de l’eau. M Kane a reconnu qu’en cette période de forte pluie, malgré le taux de la turbidité monte en flèche la qualité n’échappera jamais à son entreprise. Cela s’explique, dit-il, que la SOMAGEP dispose des installations modernes à haut débit pour faire face immédiatement aux urgences dans la consolidation de la qualité désirée de ses productions. S’agissant des plaintes qui leur parviennent de la part des clients, le patron de la SOMAGEP a précisé que ces insuffisances surviennent suite à une mauvaise connexion prenant source chez certains abonnés eux-mêmes. Nombreux sont les clients qui utilisent les tuyaux de connexion en fer qui sont affectés par les réactions de la rouille pouvant endommager la qualité de l’eau, a-t- il déclaré. Pour le DG de la Somagep, les canaux par les quels l’eau est acheminée chez les abonnés doivent être confectionnés en système plastique pour veiller strictement sur la durée d’affectibilité de ces matériels. Le DG préconise en fin les branchements politilaines. Selon le patron de la SOMAGEP, la centrale de production d’eau de Djicoroni Para date depuis 1956 mais sert toujours avec efficacité par un mécanisme bien implanté. Aux dires de M Kane, cette station fait une production journalière de 180.000 litres. L’intervention du DG fut suivie par la visite du centre de production de l’eau sis toujours au siège de la structure à Djicoroni Para. Là, les participants ont droit à un exposé très brillant de Mamadou Dembélé, chef du département de la production. Les invités ont eu droit à un rehaussement du niveau de compréhension sur les méthodes de traitement de l’eau. Pour lui, la turbidité de l’eau est minimisée en amont à partir des puits d’exhaure qui va subir l’injection des produits chimiques. Tel que, dit-il, le chlore, le sulfate d’aluminium, la chaux, l’eau de javel etc.… permettent de ramasser les particules afin de les épargner des produits consommables. Selon Mamadou Dembélé, le charbon actif est utilisé pour contrôler le goût et l’odeur de l’eau dans les bassins de décantation ou de sédimentation. A ses dires après toutes ces étapes l’eau passe au filtrage pour la destination à la consommation chez les clients. Toujours selon Mamadou Dembélé, les bassins de production de l’eau sont constamment nettoyés qui sont souvent à la base des déficits de l’eau. Tout cela, dit-il, pour maintenir le cap de la bonne qualité. Pour lui, ces entretiens incessants rentrent dans le cadre du maintien de l’eau de bonne qualité pour la santé des consommateurs. A l’arrivée des invités au laboratoire, le chef du département du laboratoire central, El hadj Mamadou Issabré, a expliqué à travers un exposé digne d’un contexte très professionnel et moderne les mesures de suivi et évaluation de la qualité. A ses dires l’eau produite par la SOMAGEP est contrôlée depuis le plus haut niveau national qu’international. Toute chose que la SOMAGEP respecte la qualité requise et recommandée par l’OMS qui est l‘organe évaluateur des structures de productions de l’eau consommable, a t – il expliqué. Il précise que la SOMAGEP est suivi et évalué par le laboratoire national du Mali avec toutes les mesures à l’appui. En tout cas, dit – il, aucun sacrifice n’est de trop pour préserver et consolider la santé des clients a été une priorité au point culminant de son service. Le DG Boubacar Kane tout comme ses subordonnés ont dévoilé les perspectives qui pointent à l’horizon pour satisfaire des demandes des clients. Pour lui, les questions d’eau seront définitivement résolues à Bamako et environ d’ici 2020 avec la fin des travaux de réalisation de la station de Kabala. La visite rendue sur les sites des stations de Magnabougou et de Missabougou ont permis de lever toute équivoque sur la qualité de l’eau de la SOMAGEP. La réponse correcte et professionnelle des séries des questions posées sur le lieu permettra aux responsables des groupements des abonnés d’aller élargir le terrain de sensibilisation de la qualité plus désirée et plus irréprochable de l’eau de la SOMAGEP. Merci à la SOMAGEP de contribuer strictement au maintien de la santé publique à travers la production pure de l’eau potable, selon certains consommateurs sous couvert de l’anonymat, à travers une enquête menée après cette visite de terrain. Sayon Sangaré Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here