NIAMANA KOGNINI : Des éléments de la Garde Nationale utilisés pour intimider des populations à l’insu du Chef d’Etat-major

Pour aboutir à son projet de déguerpissent des populations de Kognini, près de Niamana dans la commune de Baguinéda (voir notre dossier complet), un opérateur immobilier a utilisé des éléments de la Garde Nationale, à l’insu du Chef d’Etat-major de la Garde nationale. Les populations de Kognini ne dorment que d’un œil. Depuis une semaine, des éléments de la Garde Nationale sont convoyés dans cette localité près de Bamako, par un opérateur immobilier qui menace de déguerpir les populations de leurs habitations, acquises légalement auprès des Maires et Préfets, avec titres à l’appui. Ce qui est paradoxal est que ceux qui prétendent déguerpir ne sont en possession d’aucun mandat « valable ». Le plus bizarre, sinon pis, est que cet opérateur utilise la Garde Nationale à travers des éléments acquis grâce à des relations personnelles. Beaucoup d’interrogations restent posées : Où est l’Etat dans cette affaire ? Où est le Chef d’Etat-major dont les éléments sont utilisés ? Nourrissent-ils tous la complicité ? En tout cas, selon une source à l’Etat-major de la Garde sis à N’tomikorobougou, les éléments ayant été envoyés sur le terrain l’ont été à l’insu de la hiérarchie supérieure. Les autorités maliennes doivent avoir conscience de la situation que vit le pays pour ne pas ajouter une crise à une autre. La réalité aujourd’hui est que la Garde Nationale est plus sollicitée pour combattre les ennemis du Mali dans les régions du Nord que de troubler la tranquillité des paisibles populations. Quant aux éléments de la Garde Nationale utilisés pour ces fins d’une autre époque, le Chef d’Etat-major doit faire la lumière sur cette affaire pour ne pas continuer à ternir l’image des Forces de Défense et de Sécurité, en phase de reconstruction, une armée qui devrait être au service du peuple et non des plus nantis, se servant de la Force publique et de la République pour leur propre compte. D.C.A Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here