Sahaba Baby: « Ma candidature n’est pas un choix personnel, mais celui de… »

A quatre jours de l’élection d’un nouveau président à la tête de la Fédération malienne de football (ce dimanche 8 octobre), le candidat Salaba Baby était, hier mercredi, l’invité du journal télévisé de 20h de la télévision nationale. Sur le plateau de l’ORTM, le président de la Ligue de Tombouctou également ancien 2e vice-président de la Femafoot a répondu aux questions de la journalise Hawoye Touré. Ce soir à la même heure, le second candidat Mamoutou Touré alias Bavieux, donné favori, passera à son tour. Interrogé sur la raison de sa candidature, Salaha Baby a déclaré n’avoir pas été seul dans la prise d’une telle décision aussi grande. "Ma candidature n’est pas un choix personnel, mais celui d’un groupe d’ainés, d’amis et de frères qui ont confiance en moi et qui ont su quand même que je suis capable de briguer la présidence de la Fédération malienne de football. Tous ces hommes et femmes sont capables de porter des projets avec une vision importante pour le développement du football malien". Président de la Jeanne d’Arc de Bamako (un club de D2) et de la Ligue de Tombouctou, l’ancien 2e vice-président de la Femafoot compte apporter sa touche à la gestion du football malien une fois élu. Pour ce faire, il a conçu un programme à la hauteur de ses ambitions: "Le programme que j’ai l’insigne honneur de mettre en œuvre si je serais élu est une vision pour éviter le pilotage à vue. Il s’article sur 9  axes principaux: le rassemblement de la famille du football, la relecture des textes de la FEMAFOOT, la création de la ligue professionnelle pour la saison 2018-2019, la recherche de financement, le renforcement des capacités des ligues, l’instauration d’une vraie collaboration avec le ministère des Sports, le développement du football et des centres de formation, la mise en place d’une vraie Direction technique nationale et le développement des infrastructures. "  Au moment où  le football malien se dirige vers la porte de sortie d’une longue crise ayant sérieusement ébranlé le pays et la discipline elle-même, chaque candidat fait de la réconciliation des acteurs et la pacification du milieu gravement détérioré  son cheval de bataille. "La pacification du football malien passe par l’organisation d’élections crédibles, jutes et transparentes" croit Salaha qui met une nuance quant à la reconnaissance du résultat final de ce dimanche 8 octobre. "Reconnaitre le résultat de l’élection de dimanche passe par une organisation juste et transparente . Si je suis élu, les 9 axes que j’ai énumérés me permettront d’instaurer  un climat pacifique avec une bonne entente  entre les acteurs du football malien", a-t-il conclu. Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here