Commune VI : Le Maire Alou Coulibaly sur une pente glissante

«Pilotage à vue, tentative de trafic de visas, recrutement de militants, distribution gratuite de terrains pour des fins politiques, conseiller fictif (Rokiatou Touré) ». Tels sont les griefs portés contre le Maire Alou Coulibaly par les Conseillers du RPM et du CNID. Après, le Maire de Kalaban coro, Issa Ballo du CNID, c’est Alou Coulibaly de l’URD qui est au centre de toutes sortes d’accusations de la part du parti au pouvoir et ses alliés. Un collectif de conseillers s’est constitué pour dénoncer haut et fort le climat d’amertumes et de frustrations qui prévaut à la Marie de la Commune VI suite à des accusations du parti au pouvoir à l’encontre du Maire Alou Coulibaly. Ce collectif d’une fronde en gestation est composé de Baba Sanou, Adama Traoré, Boubacar Sogoba, Mariam Touré, Boureima Boubacar Coulibaly et d’autres, tous, des conseillers élus sous les couleurs du RPM et du CNID. Selon les porte-paroles des Conseillers RPM et CNID, le Maire gère tout et sans prendre l’avis d’aucun membre des commissions compétentes. Les décisions relatives, par exemple, à des actes d’attributions de terrains et d’offre d’emplois sont prises et mises en exécution par le Maire. Cela, sans, au préalable, informer le Bureau communal ou associer à aucun des Conseillers compétents. Alors que, selon Baba Sanou, certaines de ces décisions nécessitent l’approbation du Conseil communal. En outre, Baba Sanou et ses collègues, visiblement frustrés, formulent d’autres réserves autour d’un dossier axé sur le recrutement de jeunes à travers la Commune. Selon eux, le problème c’est qu’il y a des nouvelles recrues qui s’adjugent des tâches des anciens employés parce que ces jeunes sont de la même coloration politique que le Maire ; c’est-à-dire, ils sont presque tous de l’URD. Mais la véritable pomme de discorde porte sur un voyage que doit effectuer une délégation de la Mairie dans le cadre du jumelage du District de Bamako avec la ville d’Angers, en France. Toujours, selon les frustrés, l’ordre de mission établi à cet effet porte une anomalie. «Rokiatou Touré, étrangère au Conseil communal est présentée en qualité de Conseillère pour pouvoir effectuer le voyage». D’après eux, leurs démarches auraient permis d’attirer la vigilance des autorités du Consulat de France en poste à Bamako, qui ont de facto refusé le visa à Rokiatou Touré. L’assistance a été informée de la plainte contre le Maire pour tentative de trafic de visas à travers une fausse identité (cas Rokiatou qui n’est pas Conseillère), favoritisme dans les recrutements, détournement des fonds, distribution gratuite de permis, etc. Voila autant de chefs d’accusations formulés auprès des autorités compétentes contre l’Elu de l’URD à la tête de la Commune VI. Sans ambages, désormais, l’objectif recherché par le Collectif est la révocation du Maire Alou Coulibaly. Dans le cadre de la contradiction, nous avons sollicité la version du Maire monsieur Alou Coulibaly. Qu’il, nous a accordé. Avec beaucoup de sérénité, le Maire a donné sa version des faits. D’après lui, il a été informé par ses sources des démarches effectuées par ses collaborateurs conseillers RPM et CNID. Concernant le pilotage à vue, le Maire interpelle le bon sens des électeurs de la Commune, qui étaient appelés en novembre dernier à faire un choix entre le projet de société de Baba Sanou, tête de liste RPM et celui d’Alou Coulibaly, tête de liste URD. S’agissant de l’accusation sur les recrutements fictifs, le Maire précise que si le recrutement n’est pas massif, le Maire peut se passer du Conseil (conforment à certaines dispositions du code des collectivités). Selon, le Maire, les quatre recrutements auxquels il a procédé ont reçu le quitus du Premier- adjoint (treize ans d’expériences) et du Bureau communal. Sur les quatre, deux étaient là avant lui, et ont reçu confirmation après avis favorable de leurs chefs hiérarchiques respectifs. Les deux autres, un informaticien pour des besoins de service car jusque-là la Marie n’a aucun informaticien, l’autre recrue, a pour fonction d’appuyer le contentieux (la place qu’occupait avant le gendre de Baba au cours de son passage à la tête de la Mairie et qui a été révoqué). Pour le cas de Rokiatou Touré, elle est membre d’une association dénommée « Afrique femme performante ». Ainsi, pour que la justice suive son cours normal, le Maire a préféré se taire sur cette question. Relatif à la distribution de parcelles, le Maire nous informe que la Commune ne dispose plus de terres, sujette à la spéculation. En somme, sur tous ces chefs d’accusation, à savoir pilotage à vue, tentative de trafic de visas, recrutements partisans, distribution gratuite des terrains, «le temps est le meilleur tribunal de l’Histoire». Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here