Politique : Le NPP tiendra sa première assise le 21 octobre

Les premières assises du Nouveau pôle politique de la gauche républicaine et démocratique (NPP) auront lieu le 21 octobre prochain. L’information a été donnée ce 7 octobre 2017 par les leaders du groupement politique et associatif au cours d’un point de presse. Ce point de presse du NPP, animé par le président provisoire du NPP, Amadou Tiéman Sangaré, a eu lieu ce samedi dans les locaux de la Maison des aînés, en présence de Modibo Sidibé et de Daba Diawara, respectivement président des Fare/An ka wili et président du PIDS. Les leaders du NPP ont informé de la tenue de leurs assises le 21 octobre 2017. Il s’agira pour le NPP de mieux organiser et coordonner les actions du groupement avant les élections prochaines. “Elles permettront à la mise en place de l’assemblée générale, d’un directoire politique et d’un comité exécutif du NPP”, a informé le conférencier. Et d’ajouter que ces assises permettront aux responsables de mieux concourir à la réalisation des objectifs politiques fixés dans la Charte. “Au sortir de ces assises, le NPP fonctionnera dans le respect de l’identité propre, de l’indépendance et de l’autonomie de pensée et d’action de ses différentes composantes”. Ces assises interviendront à un moment où le pays se trouve dans une situation sécuritaire déplorable. “Les attaques terroristes se multiplient. Les groupes extrémistes violents et les terroristes ont mené 75 attaques de mi-juillet à septembre. Pendant ce temps, le Centre du pays souffre de l’absence de toute présence de l’Etat, des services sociaux de base, la scolarité des enfants”, a regretté Amadou Tiéman Sangaré. Face à cette crise multiforme, le NPP voit la solution dans l’union sacrée de toutes les forces vives du pays. “Faut-il le signaler, le Mali traverse une crise existentielle. Tous les fondements de la construction nationale sont menacés. La situation est instable, elle peut déboucher sur le meilleur si les forces patriotiques savent se mobiliser pour soutenir des actions unitaires et offensives des forces vives. La catastrophe pourrait devenir irréversible si nous supposons un seul instant que la solution de la crise dans laquelle s’enfonce notre pays est encore de la responsabilité de la gouvernance actuelle”, a reconnu Amadou Tiéman Sangaré. Parlant des élections à venir, les partis membres du NPP “exigent du gouvernement la réalisation de conditions d’élections transparentes et crédibles avant toute nouvelle aventure qui ne fera que fragiliser davantage le pays”. Pour le président des Fare/An ka wili, Modibo Sidibé, il serait impossible de tenir les élections dans ces conditions d’insécurité généralisée dans le pays. Il trouve qu’il faut d’abord réunir les conditions sécuritaires. “Tant qu’il n’y a pas de sécurité et la paix, il n’y aura pas ‘élections”, a-t-il prévenu. L’ancien Premier ministre sous ATT a précisé que le NPP est un groupement politique membre de l’opposition républicaine. Moctar Dramane Koné, Stagiaire Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here