Journée internationale de la jeune fille : Migrantes, elles sont davantage vulnérables

A l’instar de la communauté internationale, notre pays a célébré mercredi la Journée internationale de la jeune fille à la Cité des enfants. La cérémonie s’est déroulée, en présence des autorités politiques, administratives et des notabilités de la capitale. Le thème international retenu pour cette année est intitulé : « Autonomisation des filles : avant, pendant et après une crise ». Mais notre pays a choisi comme thème « La migration/ mobilité des filles : quels risques ? ». C’est donc à l’unisson que les uns et les autres ont plaidé pour des actions fortes visant à protéger les filles migrantes ou en situation de mobilité. Depuis 2012, la Journée internationale de la fille est commémorée le 11 octobre de chaque année. Elle vise à mettre en lumière les besoins des filles et répondre aux défis auxquels elles sont confrontées. La Journée promeut également l’autonomisation des filles et l’exercice de leurs droits fondamentaux. Comme à l’accoutumée, l’édition de cette année aussi a permis de porter des messages forts en faveur de la sauvegarde de la dignité de la fille mais aussi de la promotion et de la protection des droits de cette couche particulièrement vulnérable. Pour la représentante par intérim de l’Unicef au Mali, Mme Alessandra Dentice, notre pays plaçant cette Journée sous le signe de la migration fait preuve, encore une fois, de son engagement dans la promotion des droits des enfants. Comme pour répondre à l’interrogation du thème national, la responsable de l’Unicef dira que les filles en migration sont confrontées à des risques, violations et demeurent vulnérables pour ce qu’elles sont. Par ailleurs, elle précisera que les filles en migration représentent un groupe vulnérable auquel il faut accorder une attention particulière parce qu’elles sont exposées, le plus souvent, aux abus et à l’exploitation. Mme Alessandra Dentice s’est dite consciente de la vulnérabilité des filles en migration. Elle a souligné que l’Unicef continuera à s’associer au ministère de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille pour le développement d’un environnement favorable et protecteur pour tous les enfants et les filles en situation de mobilité en particulier. A cet effet, elle en appelle aux acteurs du secteur de la protection des enfants, aux parents et aux décideurs d’unir leurs forces afin de développer des opportunités pour les filles, en tenant compte de leurs intérêts, protection et opinions. Le représentant de la Coalition malienne des droits de l’enfant (COMADE) Gaoussou Traoré dira que cette Journée donne l’occasion de s’indigner face au spectacle de millions de filles victimes de violences, de marginalisation et d’exclusion. En outre, Gaoussou Traoré a eu une pensée pour toutes les filles qui n’ont pas eu la chance ou n’auront pas la chance d’aller à l’école et qui arpentent les artères de nos villes avec des plateaux sur la tête. Ces filles sont des proies faciles pour tout prédateur et sont exposées à des risques de grossesse ou sont victimes de mariage précoce. Le responsable de la COMADE estime que la situation est pire sur les sites d’orpaillage. Dans ces lieux de recherche du précieux métal jaune, les filles migrantes exercent le plus vieux métier du monde ou se livrent à d’autres activités malsaines. D’autres deviennent même des vendeuses de stupéfiants. Le ministre de la Promotion de la Femme de l’Enfant et de la Famille, Mme Traoré Oumou Touré a expliqué que le choix du thème justifie l’engagement de son département à créer les conditions susceptibles de renforcer l’environnement protecteur des enfants, particulièrement de ceux en situation de migration. Si la mobilité, explique-t-elle, peut paraitre comme une opportunité pour un enfant, il n’en demeure pas moins qu’elle entraine un accroissement de sa vulnérabilité. Mme Traoré Oumou Touré préconise un véritable changement de comportement vis-à-vis de la petite fille mais surtout des actions vigoureuses en vue de lui permettre de développer son leadership. Mariam A. TRAORÉ Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here