Anniversaire du Rassemblement Démocratique Africain (RDA) : Qui veut falsifier l’histoire ?

Ignorance ou tentative de falsification de l’histoire ? Dans tous les cas, le directoire actuel du parti UM-RDA, après une confusion terrible sur la date de création du Rassemblement démocratique africain (RDA), est désavoué par les cadres et militants restés fidèles aux idéaux des pères fondateurs de l’USRDA. En effet, dans une correspondance, dont nous avons obtenu copie par l’entremise d’un militant, le président de l’UM-RDA informe que le parti va célébrer le 71è anniversaire du RDA, le 22 octobre 2017. Alors que cette date marque plutôt l’anniversaire de l’USRDA, mais pas celui du RDA dont le congrès constitutif s’est déroulé du 18 au 21 octobre 1946 à Bamako. Rappel des faits. L’USRDA a été créé le 22 octobre 1946 par le président Mamadou Konaté et beaucoup de jeunes cadres de l’époque. La veille, précisément du 18 octobre au 21 octobre 1946, des leaders politiques (de la Cote d’Ivoire, Guinée, Sénégal, Niger, Dahomey, entre autres) étaient à Bamako pour créer un grand mouvement panafricain : Rassemblement démocratique africain (RDA). Et il avait été décidé, à l’issue de cette rencontre, que chaque pays créé sa section territoriale. Ainsi, les Soudanais ont, dès le 22 octobre, porté l’USRDA sur les fonts baptismaux. Pour immortaliser la création du parti, la rue qui passe derrière l’ENSUP (en commune III) a été baptisée « Rue du 22 octobre ». Et une autre rue, en Commune II, a pris le nom «RDA ». Voilà qui devrait orienter les cadres de l’UM-RDA qui tentent de réécrire l’histoire de l’USRDA. Ce, dans le seul but de liquider cet héritage politique légué par les pères de l’indépendance. En réalité, cette stratégie de liquidation est savamment orchestrée par des cadres véreux qui se sont, au fil des années, accaparés du parti. Ils ont, il y a sept ans et sous le couvert de retrouvailles entre les héritiers des pères de l’indépendance, fait perdre à l’USRDA son identité. Le sigle a, en effet, été remplacé par l’UM-RDA. Alors que les géniteurs de l’Union soudanaise RDA, même après l’indépendance, n’ont pas osé toucher à ce sigle qui représente tout un symbole. Aussi, dans la dynamique de la liquidation, ces mêmes cadres piétinent le code d’éthique qui faisait la force de l’Union soudanaise, à savoir la morale en politique. « Si la politique n’est pas la morale, il n’y a pas de politique sans morale », répétaient Mamadou Konaté et ses compagnons qui avaient aussi foi au parti et au pays. Aujourd’hui, c’est une véritable OPA (offre publique d’achat) qui s’est effectuée au niveau du parti, dont la direction a été accaparée par des gens qui ne connaissaient ni son parcours et encore moins ses valeurs. Heureusement que des gardiens, dont Mamadou Bamou Touré, ancien secrétaire général de l’USRDA et ancien ministre, veillent encore sur le temple. Approché par nos soins, le doyen a refusé tout commentaire sur la correspondance (ci-dessous) du président de l’UM-RDA, Ibrahim Boacar Ba. Voici l’intégralité des deux correspondances que nous obtenu par l’entremise d’un militant. La Rédaction Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here