Lettre ouverte adressée au président de la république

Le président du collectif des partants volontaires à la retraite du plan social de la CMDT, Issa Traoré adresse une lettre ouverte au Président de la République Ibrahim Boubacar Kéita pour dénoncer le non-respect du plan social établi en leur faveur. Nous avons l’estime honneur de vous informer que suite aux reformes ajustements structurels du Fond Monétaire International et de la Banque Mondiale, engendrés par la chute des cours mondiaux, la mauvaise gestion et le boycotte de la culture du coton, la CMDT a procédé au licenciement d’une partie de son personnel en 2003. Au nombre de 595 agents, il a été élaboré en leur faveur un plan social qui a fait l’objet d’un protocole d’accord. Ce protocole d’accord défini les conditions de départ et les méthodes de calcul des droits. Ce calcul s’est fait sur la base du salaire brut réel ou régularisé et la moyenne mensuelle des 12 derniers mois. Cependant, Monsieur le Président de la République, la CMDT n’a pas voulu prendre en compte les indemnités et la différence de catégorie. Ces indemnités et différence de catégorie sont prévues par les articles 48 et 105 du code du travail et la loi 03/037 du 30/12/2003. Cette violation flagrante se traduit par un manque à gagner dans nos droits estimé à 3,856 milliards de FCFA. Pour rentrer dans nos droits nous avons usé de toutes les voies légales : le tribunal du travail dans son jugement en date du 23 septembre 2008 nous a donné raison. Les membres de l’Espace d’Interpellation Démocratique (EID) de 2012 dans leurs recommandations pour le respect strict du protocole. Monsieur le Président de la République, nous sollicitons votre aide dans ce dossier pour essuyer les larmes de ces nombreux chefs de famille, qui ne savent plus quoi faire. Certains sont décédés, d’autres ont perdu leurs épouses. Monsieur, le Président vous êtes le seul à pouvoir regeler ce problème. Bamako, le 13 octobre 2017 Issa Traoré président du collectif des partants volontaires à la retraite Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here