Entreprises privees : La BECM-CG épinglée par la Banque mondiale

L’entreprise BECM a fait parler d’elle ces temps-ci. Malheureusement en mal, au point qu’elle s’est retrouvée dans le viseur de la Banque mondiale, sa véritable partenaire. Histoire de rafraichir les mémoires, il avait été question dans nos colonnes de la mauvaise gestion qui est faite de la construction du fossé à Banankabougou. La construction qui était prédit comme un ouf de soulagement a finalement tourné au cauchemar à cause de l’amateurisme de l’Entreprise malienne des secteurs du bâtiment et travaux publics et des concessions de service public (BECM-CG), chargée de réaliser les travaux. Les habitants des localités ont subi tous les désagréments en son temps. Il ne se passait pas un jour sans qu’une personne ne tombe dans le fossé, qui était laissé à ciel ouvert. Beaucoup ont eu la jambe fracturée. A cela s’ajoutait l’accès presque impossible à la rue. Les habitants étaient obligés de garer leurs véhicules loin et avec de gros efforts tenter de rentrer chez eux. Des tuyaux de canalisation ont été endommagés dans le secteur pendant plus de dix jours. Pendant longtemps, les habitants ont été privés d’eau du robinet, mais ils se sont vus adresser des factures salées à la fin du mois. Ce n’est pas tout. Les trous creusés par l’entreprise sont restés des dangers pour les enfants avec leur corollaire de dégâts. A cause des difficultés constatées dans la réalisation des travaux, les riverains de la localité ont juste jugé nécessaire d’écrire à la Banque mondiale qui a financé le projet. Le représentant, qui était en Guinée, a écourté sa mission. Mécontente, la Banque mondiale a mis en place un comité de suivi qui a levé le lièvre sur certaines pratiques peu orthodoxes. Il s’agit par exemple de la disponibilité d’une somme qui était prévue pour le dédommagement de certains riverains qui étaient obligés de quitter les lieux à cause des travaux. Mais ce montant n’a jamais été retrouvé. Un agent de la mairie de la Commune VI est pointé du doigt sur ce dossier, en complicité avec un autre agent de l’entreprise BECM- CG. C’est-à-dire que les jours à venir risquent d’être décisifs pour cette l’entreprise quand on sait le nombre de marchés que la Banque mondiale lui octroie. Va-t-elle refuser de donner d’autres marchés à BECM-CG ou d’autres bailleurs vont-ils emboiter le pas à la Banque mondiale ? Les prochains jours nous édifieront. Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here