2013-2016 : Réalisations tous azimuts

Avec Hamadou Konaté, ce sont les résultats qui parlent. Et rien d’autre. Dans ce cadre, la période allant de 2013 à 2016 constitue un repère significatif dans le bilan global du ministre de la Solidarité et de l’Action humanitaire. Les lettres et les chiffres ! Bourse au Japon Ministre technocrate, Hamadou Konaté n’a pas perdu du temps face à l’ampleur de la mission à lui assignée par le président Ibrahim Boubacar Kéïta. Avant que le volet Reconstruction du Nord ne soit amputé du département de la Solidarité et de l’Action humanitaire, le ministre Konaté avait déjà engrangé des acquis qui en disent long sur son statut de bourreau du travail. Sur la période susmentionnée, son département a cartonné. Ainsi, dans le cadre du renforcement institutionnel, on note l’existence de nombreux acteurs nationaux et internationaux dans la mise en œuvre des réponses humanitaires, ainsi que l’élaboration d’une Politique nationale de l’Action humanitaire. Des actions de plaidoyer sur les réponses à apporter à la situation humanitaire ont été réalisées par le département ministériel et la coordination humanitaire des Nations Unies auprès des organisations internationales et sous-régionales des représentations diplomatiques des pays (Afrique du Sud, Algérie). Elles ont permis la mobilisation de ressources financières et l’acquisition des vivres et des non-vivres et la réactivation du dossier d’installation des entrepôts humanitaires de la CEDEAO au Mali. Concernant le volet planification, les actions réalisées ont porté sur le Plan d’action 2014 pour la préparation aux inondations, l’élaboration du plan d’action humanitaire, la stratégie nationale pour l’encadrement, le retour et la réinsertion socio-économique des PDI, des rapatriés et des réfugiés. Concernant le volet intervention opérationnelle, les actions réalisées ont porté sur la mise en œuvre d’un programme d’urgence axé sur l’amélioration de la desserte en électricité par l’énergie solaire, la réparation des dégâts causés sur les infrastructures de santé et de l’éducation qui combineront une intervention d’entrepreneurs locaux et une utilisation des jeunes sous la forme de chantier à Haute Intensité de Main d’œuvre (Himo), de même que le soutien à la mobilisation des femmes pour la consolidation de la paix. On peut également noter le renforcement de la collecte et de la compilation des données sur les Personnes déplacées internes (PDIs) avec les acteurs humanitaires (OIM et UNHCR), pour le suivi des mouvements et les besoins des PDIs, l’assistance aux populations victimes de catastrophes naturelles et anthropiques par la fourniture des vivres et non vivres et l’octroi des frais de location. Il en est de même de la mise en œuvre d’un programme de distribution des vivres aux populations des zones du Nord et celles identifiées vulnérables à l’insécurité alimentaire, la facilitation du retour des personnes déplacées internes avec l’appui des partenaires humanitaires, l’organisation des visites d’échanges et l’évaluation des besoins avec les populations restées sur place dans les zones du Nord, sans oublier l’accueil et l’encadrement des Maliens rapatriés des pays africains avec les signatures d’un Accord Tripartite Gouvernement-UNHCR-Niger pour la facilitation du retour des refugiés vivant au Niger et au Burkina Faso. Par rapport au volet Renforcement des capacités nationales, il y a eu la formation d’une trentaine de responsables nationaux des niveaux central et régional sur la réponse aux urgences et aux catastrophes, l’assistance technique aux Directions nationales et régionales du Développement social et de l’Economie solidaire des zones du Nord par la mise à disposition des experts de la CEDEAO. Le volet Coordination s’est renforcé avec la mise en place d’une rencontre hebdomadaire Ministère de la Solidarité, de l’Action humanitaire et de la Reconstruction des Régions du Nord et Coordination Humanitaire du Système des Nations Unies pour le suivi des actions et les orientations stratégiques. D’importantes ressources ont été mobilisées pour la mise en œuvre de toutes ces actions. Quelques 800 000 USD ont été octroyés par l’Union africaine et la CEDEAO pour couvrir les besoins alimentaires des populations en situation de précarité ; 264 millions USD ont été mobilisés au compte de l’Appel Consolidé en 2013 et 568 millions USD programmés pour le Plan de Réponse Stratégique des Nations Unies au Mali pour 2014. Un système de solidarité nationale a été mis en place pour la participation du secteur privé dans les réponses humanitaires. A cela, il faut ajouter le financement du Plan d’intervention d’urgence par le Gouvernement d’un montant de 2 milliards de FCFA pour la desserte des grandes agglomérations en électricité, la reconstruction et l’équipement des services sociaux de base. De même que la signature d’un protocole d’accord de 350 millions de F CFA entre le Ministère de la Solidarité, de l’Action humanitaire et de la Reconstruction du Nord et Ecobank pour accompagner les activités de réinsertion des déplacés de retour, participant du coup au relèvement économique des régions Nord. Un million de dollar US ont été mobilisés par le département en charge de l’Action humanitaire et l’OIM auprès de l’Ambassade du Japon pour le relèvement précoce et l’assistance à la stabilisation des communautés dans les zones de retour des régions de Tombouctou, Gao et Mopti. Au titre de la sécurité alimentaire et de la gestion des catastrophes naturelles, le bilan de Hamadou Konaté est très reluisant de 2013 à 2016. Plus de 2 000 tonnes de céréales ont été pré-positionnées dans les régions de Mopti, Gao, Kidal, Tombouctou pour contribuer à l’amélioration de la situation nutritionnelle des familles vulnérables ou de retour. Plus de 2 millions de personnes en situation d’urgence alimentaire en 2013 ont reçu des vivres par les acteurs humanitaires internationaux et le Ministère de la Solidarité, de l’Action Humanitaire et de la Reconstruction du Nord. En ce qui concerne les catastrophes, 210 rescapés du naufrage de Koubi ont été pris en charge et encadrés pour leur retour dans les zones de résidence ; plus de 2 000 Maliens rapatriés de la République Centrafricaine ont été pris en charge (Accueil, couverture sanitaire et retour dans leur lieu d’origine), ainsi que l’assistance à 12 127 personnes victimes des inondations (prise en charge des loyers trimestriels des familles sinistrées, distribution de vivres et non vivres). On peut noter la prise en charge médicale de 5750 personnes indigentes à travers l’Agence nationale d’Assistance médicale et les Services du développement social, de 10 personnes victimes de brûlures à Kabala et de 8 civils blessés de Guerre et l’appui en vivres, en médicaments et divers produits et matériels au Service social des Armées. Un appui a été fait aux otages de Kidal (mai 2014) pour la prise en charge psychologique et mentale des rescapés de la guerre. Pour les services sociaux de base, il y a eu l’installation de 226 lampadaires solaires dans les villes de Tombouctou, Douentza, Gao, Ansongo, Bourem et Baria, l’appui à la rénovation et à l’équipement des établissements scolaires et des formations sanitaires dans les zones du Nord, la mise en œuvre des projets de filets sociaux aux populations vulnérables sur l’ensemble du pays, la réparation de motopompes au profit de certaines exploitations familiales (50 ménages) de Tombouctou et Gao (crédits délégués aux Directeur Régional du Budget). On peut réaliser toute une encyclopédie sur les réalisations de ce ministre hors pair dont le profil et le parcours sont encore plus impressionnants. Hassana Traoré Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here