Ir Ganda comme nouveau maillon du retour de la Paix : Ousmane Issoufi Maïga prend date avec l’histoire !

Statiquement dans le peloton de tête des hommes publics les plus intègres de notre histoire contemporaine, l’ancien Premier ministre Ousmane Issoufi Maiga vient d’ajouter une autre réputation à son renom : la présidence du mouvement Ir Ganda. Au sujet duquel, il disait ceci : «Notre association n’est ni un parti politique, ni un groupe armé, ni une association à but lucratif, encore moins une association confessionnelle, Ir Ganda est une Association socio-culturelle dont les objectifs convergent vers la sécurité, le développement et le bien vivre ensemble ». Nous vous proposons l’intégralité de ce discours. DISCOURS DE SON EXCELLENCE MONSIEUR OUSMANE ISSOUFI MAIGA, PRESIDENT DE L’ASSOCIATION DES COMMUNAUTES DE CULTURE SONGHAY EN MOUVEMENT ‘’IR GANDA’’ Palais des Sports Bamako le 14 Octobre 2017 Excellence, Monsieur Ibrahim Boubacar KEITA, Président de la République, Chef de l’Etat ; Monsieur Tiénan COULIBALY, Ministre de la Défense et des Anciens Combattants, Assurant l’Intérim de Monsieur Abdoulaye Idrissa MAIGA, Premier Ministre ; Madame, Messieurs les Anciens Premiers Ministres ; Mesdames, Messieurs les Ministres ; Monsieur le Président de l’Assemblée Nationale du Mali ; Madame, Messieurs les Présidents des Institutions de la République Mesdames, Messieurs, les Ambassadeurs et Chefs de Missions diplomatiques et consulaires Mesdames, Messieurs les Représentants des Organisations Internationales accréditées au Mali ; Monsieur le Représentant spécial du Secrétaire Général des Nations Unies, au Mali, Chef de la MINUSMA ; Monsieur le Représentant Spécial de l’Union Africaine au Sahel MISAHEL ; Monsieur le Médiateur de la République ; Monsieur le Chef de file de l’Opposition Politique ; Mesdames, Messieurs les Présidents des Partis Politiques ; Honorables Députés à l’Assemblée Nationale ; Honorables Conseillers nationaux au Haut Conseil des Collectivités territoriales ; Madame le Gouverneur du District de Bamako; Mesdames, Messieurs les Présidents des Associations et 0rganisations de la société civile Mesdames, Messieurs les Présidents et Secrétaires généraux des Associations des communautés de l’Est, de l’Ouest, du Sud et du Nord du Mali Messieurs les Présidents des mouvements signataires de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali issu du Processus d’Alger ; Messieurs les Présidents des mouvements non signataires dudit Accord ; Monsieur le Maire du District de Bamako ; Messieurs les Maires des Communes du District de Bamako ; Monsieur les Représentants des familles fondatrices de Bamako ; Monsieur le Coordinateur des chefs de quartiers de Bamako ; Mesdames et Messieurs de la presse ; Monsieur le Président du Réseau des Communicateurs traditionnels pour le développement (RECOTRAD) ; Chères, sœurs et chers frères de l’Association IR GANDA, de Bamako, des régions du Nord ; Distingués invités en vos rangs, grades et qualités tout protocole respecté. Au nom de Dieu, Clément et Miséricordieux, Gloire à Dieu Permettez-moi de vous souhaiter au nom de l’Association des Communautés de Culture Songhay en Mouvement Ir Ganda et en mon nom personnel, la bienvenue à la cérémonie de lancement de notre Association. La difficile et dramatique situation injustement imposée à notre pays depuis 2012, commande, à l’entame de mon propos, de vous prier de bien vouloir observer une minute de silence à la mémoire de tous ceux qui sont tombés sur le champ de l’honneur, nationaux et étrangers ressortissants des pays amis. Nous prions et implorons la grâce d’Allah Tout Puissant pour qu’il les accueille dans son paradis. Je vous remercie Excellence, Monsieur Ibrahim Boubacar KEITA, Président de la République, les Communautés d’Ir ganda, qui vous reconnaissent parmi les leurs, sont très honorées de votre auguste présence, ainsi que de celle des membres de votre gouvernement et de toutes les éminentes personnalités qui ont bien voulu répondre à leur appel. Elles vous en remercient très sincèrement et vous prient de trouver ici l’expression de leur extrême déférence. Mesdames, Messieurs, chers invités 19 mai 2017, 14 octobre 2017, voici cinq (5) mois précisément que l’historique rencontre à Gao, organisée par des cadres des communautés de culture Songhay, après un long processus de gestation, a permis de porter sur les fonts baptismaux, l’Association des Communautés de Culture Songhay en Mouvement Ir Ganda (CCSM IG). Pour historique, ces journées de mai 2017, le furent, vu l’esprit et l’importance des travaux, la qualité des hommes, des femmes et des jeunes qui y ont pris part. Ils étaient tous là, des cadres, des chercheurs, des élus, des notabilités, des chefs de villages, des religieux, des artistes, des artisans, des cultivateurs, des éleveurs, des pêcheurs, des communicateurs traditionnels, des ressortissants songhay de la diaspora au Niger, au Ghana, en Côte d’Ivoire, en Mauritanie, au Gabon, en France, aux USA. Ces participants à la rencontre, 48 heures avant la tenue des assises, bravant l’insécurité, la faim et la soif, sur les routes et les pistes, à bord de bus et de minibus, de véhicules tout terrain, de pirogues, de pinasses et de montures animales, comme pour répondre à un irrésistible appel messianique, ont arpenté les rudes voies conduisant à Gao. Oui, Gao la mythique et prestigieuse capitale des Dynasties des DIA, des SONNI et des ASKIA. Gao qui a été acteur et témoin depuis le VIIème siècle des évènements qui ont contribué à façonner la glorieuse histoire du Songhay et de toute l’Afrique Occidentale. Excellence, Monsieur le Président de la République, Mesdames, Messieurs, chers invités La tenue de la rencontre à Gao a suscité de l’émoi dans certains milieux au niveau national et international. A peine née, l’Association Ir Ganda issue de ce rendez-vous historique, est devenue l’objet d’affabulations de toutes sortes comme à l’accoutumée dans des circonstances du genre. Des commentaires tendancieux et des critiques parfois acerbes ont fusé de toute part, surtout de la part de gens ignorant tous des motifs réels de ce regroupement. Et pourtant le discours inaugural de la rencontre à Gao, par souci de clarification a scrupuleusement précisé ce que l’association n’est pas, et ce à quoi elle aspire. Nous réaffirmons que notre association n’est ni un parti politique, ni un groupe armé, ni une association à but lucratif, encore moins une association confessionnelle. Ir Ganda est une Association socio-culturelle dont les objectifs convergent vers la sécurité, le développement et le bien vivre ensemble. Elle a pour vocation de procéder à un grand rassemblement populaire d’hommes et de femmes épris de justice et pénétrés du désir immense de la paix et de bien-être général dans les régions du Nord et partout au Mali et pour tous les maliens. Cette vocation tire ses fondements de l’esprit spécifique qui fonde l’action de l’Association et qui est, si brillamment, évoqué dans la déclaration des cadres de culture Songhay définissant ainsi le Songhay : « Le songhay peut être considéré comme une culture multidimensionnelle appartenant à plusieurs groupements humains, partageant un même terroir. En paraphrasant le célèbre historien et ethnologue nigérien Boubou HAMA, parlant du songhay on peut dire que le songhay est une langue, une culture et même un pays » fin de citation. L’objectif du mouvement selon cette déclaration en date du 14 mai 2016 apparaît ainsi dans ces lignes. Je cite : « Nous, cadres des communautés de culture songhay, tenant compte des conséquences des incertitudes géopolitiques et géostratégiques et, face aux menaces permanentes et programmées contre l’existence même de notre terroir et de nos populations, décidons de :défendre notre patrimoine historique, nos intérêts moraux, socioculturels et économiques ; jouer notre partition dans un Mali uni, laïc, républicain et démocratique ;mettre en place, une instance dédiée à la mise en œuvre des solutions répondant aux attentes et aspirations profondes de nos communautés » fin de citation. En effet, le songhay au-delà des vicissitudes de son histoire mouvementée faite de moments de gloire et de moments de peine, a toujours conservé un fond culturel très riche. Ce fond, résultat d’une symbiose réussie, d’une culture songhay originelle enrichie des apports des groupements humains : Touareg, Arabes, Arma, Bella, Peulh, Sorkos, Kel Antsar, Shériffen, Dawshack, Dogons, Bambaras, Gourmantchés etc., avec lesquels le peuple songhay continue de partager des expériences de vie commune. La défense et la conservation d’une telle richesse nécessitent une mobilisation sans faille, faite d’actions multiformes entreprises par tous ceux qui, au Mali et à l’étranger, s’intéressent à la culture songhay. Les communautés de culture songhay possèdent des valeurs de partage, de vivre ensemble et un humanisme profond, que traduisent certains de leurs proverbes et adages. Ne dit-on pas à Tombouctou parlant de l’humanisme, je cite : « jette ton propre enfant et accueille, à bras ouverts, l’enfant d’autrui ». Cet enfant d’autrui peut être celui du voisin, l’orphelin du village, le pauvre ou l’étranger.» Le vivre ensemble a toujours été un des fondements de l’existence séculaire des peuples de l’empire Songhay et d’une manière générale des peuples du Mali. Il a marqué, en traversant l’histoire, les relations entre groupes ethniques, groupes d’âge, corporations professionnelles, villages, fractions, territoires et communautés. La réappropriation de nos valeurs est une condition indispensable pour nous connaitre davantage, connaitre notre authenticité vertueuse en vue de défendre notre terroir. C’est aussi la voie royale du réarmement moral de nos communautés pour se prendre en charge et vaincre les tares de l’assistanat permanent. Par ailleurs, la littérature sur l’empire songhay, sous toutes les dynasties, fait ressortir des valeurs profondément humaines : la grandeur dans l’humilité, la générosité, l’équité, la solidarité, la bravoure, la loyauté et l’hospitalité. Excellence, Monsieur le Président de la République, Mesdames, Messieurs Rappelons que la rencontre de Gao s’est tenue autour des thématiques se rapportant aux préoccupations essentielles des populations des régions du nord. Il s’agissait de : La sécurité et la paix ; La gouvernance, le développement local et l’apport de la diaspora ; Le vivre ensemble et la réappropriation de nos valeurs culturelles et sociales ; Le rôle de la femme ; Le rôle des jeunes. Un document de synthèse des résolutions, des recommandations, des conclusions par thématique et un plan d’action d’urgence sur huit mois ont été établis. Les thématiques autour desquelles se sont déroulés les débats se sont révélées pertinentes comme en témoignaient l’intensité et la densité des interventions. L’intensité des débats étaient à la mesure des nombreuses frustrations cumulées au fil du temps. Les salles ont refusé du monde, malgré la rigueur du climat. Des modérateurs ont souvent eu du mal à contenir certains intervenants. Les débats en ateliers et les échanges en plénière sur la place de l’Indépendance de Gao ont constitué des moments forts de la rencontre. Les crimes, violences et injustices, perpétrés dans cette partie de notre pays, ont été suffisamment évoqués. Le plus odieux de ces crimes est l’assassinat, par traitrise, du Chef de Hombori, un des villages des plus emblématiques et des plus prestigieux parmi les sanctuaires du Songhay. C’était un crime de lèse-majesté, un affront à toutes les communautés de culture Songhay. La rencontre de Gao a porté le deuil de l’assassinat du Hombori Koy. Malgré l’évocation poignante des scènes d’humiliation et des traumatismes qui s’en sont suivis, les débats sont restés dans un cadre républicain. L’exigence, première, à toutes ces atrocités, est la fin de l’impunité et l’instauration d’une justice pour tous au sein d’un pays uni. Pour houleux que fussent les débats, ils finirent toujours par déboucher sur l’incontournable question : Pourquoi et comment tout ce drame est-il arrivé ? Les nombreuses et intéressantes interventions ont traduit toute la profondeur des attentes. Le contenu des résolutions et des recommandations atteste cette réalité. C’est en cela que la rencontre de Gao va être d’une grande valeur ajoutée à la recherche de solutions efficaces à nos multiples préoccupations qui ont pour noms : insécurité, gouvernance, altération du vivre ensemble et effritement du tissu social, émiettement du terroir d’Ir Ganda à des fins inavouées etc. Les journées de Gao ont été riches en enseignements, en émotions positives et en perspectives pour l’avenir des régions du Nord en particulier et du Mali en général. Les riches exposés sur des thèmes fondamentaux, les contributions, très pratiques et scientifiques dans un climat d’engagement citoyen, ont abouti à de pertinentes résolutions qui constituent désormais des sentiers stratégiques pour aller à la paix et au développement. Des sillons structurelles ont été tracées qu’il convient désormais d’élargir, d’approfondir et de conduire avec dévouement pour un Mali meilleur. Excellence, Monsieur le Président de la République, Mesdames et Messieurs Dans les ateliers comme dans les lieux d’hébergement, les participants ont montré la preuve de leur engagement pour la cause d’Ir Ganda. L’adhésion de près de 6000 personnes à la noblesse de la cause a facilité en grande partie la tâche à la commission d’organisation à Gao. En aucun moment les rigueurs de l’accueil n’ont entamé le moral des participants. Cet engagement pour la cause songhay à fait l’objet d’une déclaration pathétique, très forte d’un vieux Chef de village de la région de Tombouctou qui, malgré son âge a effectué le difficile voyage pour Gao. A son lieu de résidence où on lui demandait la qualité du gîte et du couvert, il répondit, je cite : « Je ne me suis pas rendu à Gao pour bien manger et bien dormir, mais je suis venu à Gao pour répondre à l’appel du Songhay et dans le cadre de cet appel, le confort et les préoccupations du ventre sont secondaires » fin de citation. Ces propos hautement patriotiques, expression de l’attachement à la cause du songhay et de sa culture, pourraient attribuer à tous ceux qui ont fait le déplacement pour Gao et cela sans risque de se tromper. C’est l’occasion, ici, pour adresser de nouveau nos sincères remerciements et notre profonde reconnaissance à tous ceux qui ont effectué le voyage pour Gao, voyage qui était pour certains un retour aux sources du grand Songhay. A travers leurs comportements toutes, ces vaillantes personnes, ont fait le succès de la rencontre et ont donné la preuve qu’elles veulent être les artisans de la paix et de la concorde dans leur pays. Excellence, Monsieur le Président de la République, Mesdames, Messieurs, chers invités Que faire pour répondre à cette forte attente des communautés de culture songhay ? Il est ressorti des recommandations pertinentes des débats une forte exigence de : Sécurité à la réalisation de laquelle les populations demandent à être associées ; Rejet catégorique de tout émiettement du terroir d’Ir Ganda ; Une implication forte des populations dans la gouvernance locale partagée; Justice afin de mettre fin à l’impunité et assurer une bonne distribution de la justice ; Cohésion sociale et d’un mieux vivre ensemble. Mais que faire pour contribuer à la prise en charge de ces profondes aspirations? A cette fin, l’après Gao s’est révélé plus laborieux que la période qui l’a précédé. En effet, l’association a œuvré à créer les conditions d’une mise en cohérence de l’ensemble des recommandations et conclusions en vue de leur opérationnalisation à travers des textes juridiques encadrant ses activités. Dans la perspective de rendre Ir ganda plus visible et d’expliciter sa vision et ses objectifs, nous avons opté pour une politique de concertation tout azimut à travers des rencontres avec les autorités du pays, les mouvements armés de la CMA et de la Plateforme, des associations et regroupements régionaux de femmes et de jeunes etc. Cette posture d’ouverture, de dialogue fraternel, de partage des préoccupations et des objectifs adoptée par Ir Ganda a permis de réaliser des rencontres hautement productives avec diverses organisations et sensibilités de notre pays. Ainsi, Ir Ganda a rencontré les responsables et représentants de plusieurs associations et organisations de la société civile dont les plus éloquentes sont, entre autres, les associations des régions de Sikasso, de Kayes, les associations culturelles Tabital Poulakou et Guinna Dogon Les échanges ont abouti sur des convergences de vues et de projets d’avenir communs pour la paix au Mali. Cette même démarche a conduit Ir Ganda à avoir de véritables séances d’échanges approfondis et constructifs avec les responsables de la Plateforme, de la CMA, du MSA, la Communauté Dawshak, et la Communauté Arabe. D’autres rencontres sont également envisagées pour les jours à venir avec des groupes similaires. Nos rencontres, singulièrement celles avec les mouvements armés, ont été conviviales. Il ne saurait d’ailleurs en être autrement car, en dépit de tout, nous sommes des frères, des parents que rien ne doit opposer. Cette réalité nous l’avons observée au cours de nos entretiens à travers des récits et des anecdotes parfois émouvants. Au nom de notre appartenance commune à l’espace Ir Ganda et de notre ferme volonté de lever toute équivoque concernant notre vision et les objectifs de notre association, nous les avions fraternellement conviés à la présente cérémonie. Cette invitation a été acceptée malgré les agendas très chargés de leurs responsables au plus haut niveau. Ils sont présents dans la salle et à ce titre nous les remercions très sincèrement et très fraternellement. Nos différentes rencontres nous ont permis de constater une similitude entre nos préoccupations concernant les problèmes relatifs au développement du Nord de notre pays. Il s’agissait des questions de sécurité, de développement économique et social, du vivre ensemble et d’une quête permanente d’une indispensable cohésion sociale, toutes choses sans lesquelles rien de consistant et de durable ne pourrait se réaliser. Nous avons découvert et affirmé notre communauté de destin et notre appartenance commune au même terroir et au même pays. Nous avons fait observer, qu’aucune des communautés, prise individuellement, ne peut seule faire face aux exigences de développement du Nord, sans l’apport des autres. L’absence de dialogue a été reconnue comme une des causes fondamentales des incompréhensions, des malentendus, des conflits et autres malheureux litiges. Aussi avions-nous tous accepté de renouer solidement ce dialogue entre nous et cela sans intermédiaires. Le parler franc, le dire vrai, la sincérité doivent désormais être le credo de nos relations comme ce fut le cas de nos vénérables et illustres devanciers. Ir Ganda est républicain, partisan d’un pays uni, laïc et fort. Nous sommes partisans du Mali, nous sommes maliens et fiers de l’être et dans ce cadre nous œuvrerons à sa consolidation et à son rayonnement universel. Excellence, Monsieur le Président de la République, Mesdames, Messieurs, chers invités, Les populations des contrées et terroirs des communautés de culture songhay conscientes du rôle historique et stratégique de leur terroir sont inquiètes face au projet de son émiettement pouvant conduire à son affaiblissement et partant, à l’amoindrissement de son rôle comme verrou dans la protection du reste du Mali et de tous les pays de la sous-région. Voilà pourquoi, à travers un sursaut moral jamais égalé, les communautés de culture songhay ont sonné l’alerte en faisant appel à toutes leurs filles et tous leurs fils pour faire échec à toutes les tentatives d’affaiblissement et de dislocation de leur terroir et de leur territoire national . Excellence, Monsieur le Président de la République, Mesdames, Messieurs, chers invités Les ressortissants des régions du nord du Mali, depuis la rébellion de 1990 ayant marqué le début de la déstabilisation de notre pays, se sont retrouvés au sein d’associations de développement, économique culturel et de groupes d’autodéfense pour faire face aux dangers qui menacent cette partie de notre pays. Toutes et tous, dans leur domaine respectif, se sont attaqués avec leurs moyens de bord aux dangers qui menaçait les populations. C’est le lieu de saluer leurs engagements et leurs sacrifices, dénotant de leur profond attachement à la préservation de leur terroir. Qu’ils veuillent trouver ici nos remerciements, nos félicitations et nos encouragements à persévérer dans cette noble voie de la protection de la patrie. Excellence, Monsieur le Président de la République, Mesdames, Messieurs, chers invités Que d’énergies déployées ! Que de pressions politiques exercées ! Que de marches de protestations ! De meetings et de fora organisés au niveau national et à l’intérieur du pays, tous dédiés à la cause du nord ! Mais tous ces efforts pour quels résultats ? .Face à cette situation difficile, l’objectivité commande que les initiateurs des associations et groupes armés, les personnes ressources et sympathisants de la culture songhay procèdent à une analyse critique de tous les actes posés depuis que le combat pour la stabilisation du pays a débuté en 1990. . Il y a donc lieu de s’interroger sur l’efficacité des stratégies mises en place pour fructifier les efforts. La réponse à cette question, nous incline à reconnaitre que ces multiples efforts n’ont pas toujours abouti aux résultats escomptés. L’inexistence d’un cadre cohérent d’intervention des actions, serait à la base de ce manque de résultats significatifs à hauteur de souhait. Le manque de synergie dans la mise en œuvre des stratégies et actions menées a largement limité les résultats. Quelles stratégies donc pour faire face au péril qui menace de façon persistante les contrées et les terroirs des communautés de culture songhay ? Cette menace ne doit pas laisser de place à nos multiples hésitations, à notre amateurisme et au culte de nos égos. Car, la situation a atteint un point de non-retour. Soit nous consacrons notre unité dans la défense du terroir, soit nous périssons. Entre s’unir pour exister et, persister dans la désunion et disparaitre, il faut savoir choisir. Ir Ganda à fait son choix, celui de l’unité, de l’entente et de la convivialité. Excellence, Monsieur le Président de la République, Mesdames, Messieurs, chers invités En ce qui concerne l’Accord d’Alger, il représente aujourd’hui la clé de voûte du fragile édifice de la paix obtenue. Pour cette raison sa mise en œuvre ne doit souffrir d’aucun amateurisme, d’aucune faiblesse si l’on ne veut pas rompre le fragile équilibre et contribuer à l’émiettement de nos contrées et terroirs. Le processus de l’application de l’Accord d’Alger doit être inclusif. Les autorités doivent veiller avec rigueur au respect de cette exigence afin d’assurer la cohésion sociale et le vivre ensemble recherchés par tous. Ir Ganda, par ma voix, tient à saluer et à remercier ici son Excellence, Monsieur le Président de la République Ibrahim Boubacar KEITA pour ses louables et inlassables efforts déployés au quotidien afin de tirer notre pays du gouffre dans lequel la crise l’a plongé depuis des années. Soyez assuré de notre indéfectible soutien pour la restauration de la paix, le renforcement de la cohésion sociale et le développement. Car, Excellence, ce sont là les objectifs de notre organisation que défendez si vaillamment. Ir Ganda exprime également sa profonde gratitude à la MINUSMA, à l’Union Africaine, à la CEDEAO, aux forces BARKHANE et à tous les partenaires du Mali, qui depuis 2012 ont déployé des actions combien importantes pour restaurer, à leur corps défendant, la paix et la sécurité. Que ces partenaires aux soutiens multiples et multiformes pour la restauration de la paix reçoivent nos sincères remerciements. C’est également, Excellences, Mesdames, Messieurs, le lieu de rendre un vibrant hommage à nos forces nationales de défense et de sécurité pour leurs actions quotidiennes et aux prix de leur vie veillent à la tranquillité et à la quiétude de nos populations. A elles toute notre reconnaissance. Mais la dimension de la crise et la profondeur du mal nous amènent à leur demander de persévérer dans l’effort déjà appréciable pour endiguer le plus tôt possible ce mal qui gangrène notre Nation. Aussi lançons-nous un appel à la communauté internationale et aux amis du Mali, pour doter nos forces armées et de sécurité des moyens adéquats leur permettant d’accomplir leur mission et de lutter contre les terroristes, les narcotrafiquants et les bandits d tout acabit. Nos remerciements s’étendent également à nos leaders religieux qui à chaque occasion apportent leurs contributions pour la résolution des crises et le retour de notre pays à une vie normale. Excellence, Monsieur le Président de la République, Mesdames, Messieurs, chers invités L’Association des Communautés de Culture Songhay en mouvement, Ir Ganda est porteuse d’une grande ambition et d’un grand projet de société pour le Nord du Mali. Ce projet veut faire découvrir aux Maliens les saveurs de la paix, de la fraternité, de l’opulence des temps anciens que nos ancêtres ont connus et vécus. Les chroniqueurs ne rapportent-ils pas dans leurs récits, la vie paisible des citoyens à travers tout l’Empire. Notre pays était caractérisé par sa sécurité, sur toute l’étendue de son territoire, son commerce florissant du Nord au Sud, ses grands travaux et surtout la juste répartition de sa richesse. Les communautés vivaient en parfaite symbiose et tissaient savamment une complémentarité exemplaire et productive. Notre pays brillait à travers le monde par sa culture, son savoir comme en témoignaient les Universités de Tombouctou et Djenné, qui rivalisaient avec celles de Bagdad et du Caire. Ir Ganda affirme que ce retour du bonheur, de la paix et de la sécurité est bien possible et s’engage à y contribuer. Nous sommes convaincus que nous disposons encore des atouts et des ressources nécessaires pour restaurer la paix, renforcer la cohésion sociale et booster le développement. Ce sont les germes de ces atouts qui ont été ensemencées à Gao. Nous lançons un appel pressant et fraternel à toutes les femmes, à tous les hommes, jeunes et vieux à se joindre à cette grande aventure pour inverser les tendances négatives et déclencher la mise en marche d’un processus vertueux conduisant à la communion, des cœurs et des esprits des enfants du Nord et de ceux-ci avec leurs frères du Sud, à l’unité d’action pour le développement et le bonheur. En tout cas, Ir Ganda, à, à peine, cinq mois de vie, dispose déjà d’une riche moisson de réflexions pour l’action, de solides mécanismes opérationnels que sont ses commissions techniques déjà à pied d’œuvre. IR GANDA, possède déjà d’un réservoir riche de données qu’elle s’engage à partager avec toutes les associations dont les raisons d’être sont la paix, la sécurité et le développement équitable et durable. Dans les semaines à venir, des émissaires d’IR GANDA sillonneront les régions avec les synthèses de toutes les réflexions et procèderont à l’installation de ses structures locales. Ils saisiront l’occasion pour faire la moisson des différentes expériences vécues par les différents groupes sociaux ou associations du Nord du Mali. Nous fondateurs, Ressortissants et Sympathisants d’Ir Ganda, sommes convaincus que nous disposons des ressources humaines et matérielles nécessaires pour restaurer la paix, renforcer la cohésion sociale et booster le développement de nos terroirs. Aussi faisons-nous le serment devant cette Auguste Assemblée de ne rien ménager pour y parvenir. Nous avions déjà fait ce serment à Gao. Nous le réitérons ici et maintenant en face du monde entier. C’est pourquoi au nom de toutes les communautés de culture Songhay nous lançons un vibrant et solennel appel à toutes nos sœurs et tous nos frères, qui un moment ont cru que leur combat n’était pas le nôtre, que les souffrances de leurs communautés n’étaient pas celles des nôtres. Cet appel s’adresse également à nos frères et sœurs refugiés. Nous les invitons à regagner le bercail et IR GANDA se fera le devoir de contribuer à leur accueil et à leur insertion. Excellences Mesdames et Messieurs, Aux termes de ces activités dont l’épilogue sera un forum à Tombouctou, nous sommes convaincus que l’engagement et l’expertise d’IR GANDA permettront de réaliser la paix, la concorde et le développement au nord du Mali et dans le pays tout entier. Qu’il se dégagera une ligne de synthèse qui permettra aux régions de Gao, de Tombouctou de Ménaka, de Taoudéni, de Kidal et de Mopti et aux cadres de culture Songhay de l’Afrique et des autres pays, de se reconnaitre dans un même idéal, un même programme d’actions, un même objectif afin de sceller leur destin avec celui du Mali et bâtir un avenir radieux dans un Mali uni, laïc et républicain. Enfin, au nom d’Ir Ganda, nous lançons un appel solennel à toutes les autres communautés nationales pour que la main dans la main, nous bâtissons, ce Mali nouveau dans la joie, l’allégresse et dans la dignité. Excellence, Monsieur Ibrahim Boubacar KEITA, Président de la République Honorables invités C’est sur ces mots pleins d’espoir que, devant l’Eternel et devant vous, J’ai l’honneur et l’immense plaisir de déclarer le lancement officiel des activités de l’Association des Communautés de Culture Songhay en Mouvement IR GANDA et vous donne rendez-vous le samedi 28 octobre 2017 à partir de 19h30mn, dans cette même salle, pour découvrir et apprécier les merveilles culturelles des Communautés de culture songhay. Nous prions Dieu tout puissant qu’il assiste Ir Ganda dans un Mali uni et prospère. Je vous remercie. Bamako, le 14 octobre 2017 Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here