Le consortium CSDM, FISPA et AME dit non à la barbarie et aux actes xénophobes de l’Algérie

Face à la maltraitance, aux violations des droits humains dont sont victimes les ressortissants africains en particulier nos compatriotes vivants en Algérie, le Conseil Supérieur de la Diaspora Malienne (CSDM) conjointement avec le front international des sociétés civiles panafricaines (FISPA) et l'association malienne des expulsés (AME) à organisé une conférence de presse pour exprimer sa vive préoccupation. C'était samedi 21 septembre 2017 à la Maison de la presse. Animée par M. Mohamed Chérif Haïdara, président du CSDM, la conférence s’est déroulée en présence de Bokary Dicko du FISPA, des représentants d’AME. On notait également la présence des représentants de la société civile et de l'opposition, en la personne de M. Souleymane Koné. Cette conférence qui avait pour but de dénoncer les actes inhumains des autorités algériennes et appeler les autorités maliennes à prendre toutes leurs responsabilités face à la situation, se tient après plusieurs activités menées depuis quelques semaines selon les organisateurs. Dans son intervention, le président du CSDM Mohamed Chérif Haïdara à tout d'abord dénoncé le silence assourdissant de l'Union Africaine et la CEDEAO face à ces violations grave des conventions et se pose la question de savoir si les autorités africaines surtout maliennes sont conscient du danger. C'est pourquoi, il pointe un doigt accusateur sur le président de la république Ibrahim Boubacar Keita et le ministre des Maliens de l'extérieur Dr Abdramane Sylla pour leur laxisme, eux qui n'ont même pas évoqué le sujet lors de la semaine de l'intégration. Il a fait savoir que vu l’importance de la Diaspora pour le Mali, cette situation mérite une implication sérieuse de la part des plus hautes autorités. Pour M. Haïdara, ça suffit ! Il est inadmissible et intolérable que nos compatriotes soient traités par un pays ami et frère surtout en violation des conventions internationales. Le président du CSDM a déploré le mépris des autorités algériennes envers les diplomates maliens qui arrivent difficilement à se renseigner sur la situation des compatriotes se trouvent dans les conditions inhumaines. M. Haïdara n’a pas manqué d’annoncer que les prochains jours verront d’autres activités en faveur de ces Maliens. L’un des temps fort de la conférence a été le témoignage de M. Aboubacar Kamissoko, d’un des Maliens vivant ce drame humain depuis Arlit au Niger, où des centaines de nos compatriotes vivent le calvaire. Il y a aussi des appels de soutien et d’autres témoignages de leaders de mouvements, depuis la Guinée Conakry et le Sénégal en faveur de ces africains et surtout de ces maliens en détresse depuis bientôt deux mois. Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here