Chic ou choc ?: Rançonneurs en uniforme Pitoyable !

Nous sommes nombreux à nous plaindre (parfois à les plaindre) de ces milliers de mendiants qui prennent quotidiennement d’assaut les voies publiques, les bureaux, les centres commerciaux, les mosquées, les cimetières et les centres hospitaliers. Et ces malheureux qui cherchent farouchement de quoi survivre, nous « agressent » presque, afin de nous soutirer quelques pièces de monnaies. Mais, si agressive et offensante que soit leur attitude dans leur lutte pour la survie, ces misérables sont moins à plaindre que ces hommes en uniforme qui occupent quotidiennement les voies publiques. Et pour causse. Les mendiants ne rançonnent personne. C’est quand on le veut, qu’on leur offre des pièces de monnaies. Et ils se consolent bien avec une pièce de 50 F, 25 F, 10 F, 5 F ou même… rien. Quant à certains hommes en uniforme, ces policiers de la circulation, c’est tout autre. Mais, pourquoi donc faire une comparaison entre deux catégories de personnes apparemment bien différentes ? Mendiants et policiers. La raison est simple : les mendiants et la plupart des policiers de la circulation ont en effet, depuis quelques années, le même objectif. Tous sortent dans la rue pour chercher des sous avec les passants. La principale différence réside dans la manière de l’obtenir. Les premiers réclament au nom de Dieu, les seconds, au nom de la loi. Les premiers demandent, les seconds exigent. Et oui ! L’un des corps les plus pourri au Mali, c’est bien la police. Principalement la police routière. Le constat est irréfutable car les policiers de la circulation eux-mêmes ne s’en cachent plus. « Vous n’avez pas de carte grise ». « Si, j’en ai une provisoire ». « Elle n’est pas bonne. Remettez-moi les autres pièces ». « Si vous voulez, on peut s’arranger ». « Ah voilà. Il fallait le dire ». « Tenez, je n’ai que 1 000 Fcfa ». Ah non, 1 000 FCFA ? C’est petit. Si votre clignotant ne fonctionnait pas ou si vous aviez grillé un feu rouge, j’aurais pu l’accepter, mais puisque votre carte grise n’est pas bonne, il faut donner plus ». « Voilà 2 000 FCFA ». « Bon je l’accepte, mais c’est petit. Vous pouvez aller ». Ceci est un dialogue authentique en pleine rue entre un policier et un conducteur de véhicule à Badalabougou. C’était le vendredi 13 octobre 2017. L’agent de police qui n’eut même pas la pudeur de cacher son butin le mit fièrement en poche, tandis que son ‘’otage’’, libéré, s’en va après avoir démarré à une vitesse vertigineuse. Mais, qu’importe il a déjà réglé sa ‘’facture’’! Des tractations et scènes du genre, se passent tous les jours, sur toutes les voies publiques de Bamako. Et ce sont des millions de nos francs, volés à nos populations, qui tombent chaque jour que Dieu fait dans les proches de ces rançonneurs en uniforme. Au vu et au su de tout le monde. La témérité de ces agents de l’Etat qui s’enrichissement insolemment sur le dos des citoyens a atteint de nos jours à Bamako des proportions, inquiétantes. Ces rançonneurs sont si aveuglés par l’appât du gain facile qu’ils ne redoutent même pas de tomber sur un des leurs. Bien facile pour le Ministre, le Directeur de la police nationale de se faire rançonner eux-mêmes. Ils n’auront point besoin de porter un turban ou de changer de tenue comme dans le sketch. Les « poulains » sont si enivrés par l’odeur de l’argent sale qu’ils les méconnaîtraient. Si seulement, ces millions de nos francs, malhonnêtement acquis retombaient dans les caisses de l’Etat ou servaient à humaniser les violons de nos commissariats, le mal ferait moins mal. Hélas, les butins ramassés quotidiennement, font plutôt, l’objet de partage entre les rançonneurs en uniforme (reconnus dynamiques dans la sale besogne et ayant l’esprit de partage) et leurs protecteurs. Ils sont les principaux « bons policiers » désignés par leurs chefs pour « régler » la circulation. Que font donc les autorités de tutelle et la Direction nationale de la Police pour enrayer ce véritable banditisme, cette délinquance en tenue bleue. Pourquoi donc ces « petits mangeurs » restent-ils impunis, étant aussi dangereux et nuisibles que les gros ? Demandez à l’agriculteur pourquoi redoute-t-il tant les mange-mil. Indéniablement, parce que leur dégât est sans appel. La sécurité n’a pas de prix ? Oh ! Pas celle-là, tout de même ! Boubacar Sankaré Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here