Aéroport du Mali : Alerte au crash

La gestion de l’Aéroport du Mali souffre de certains dysfonctionnements qui sont en train de mener cette entreprise étatique au naufrage, assure le secrétaire général du syndicat CSTM des travailleurs de l’ADM, Mohamed Moustapha Diallo. C’était le 16 octobre 2017 à la Maison de la presse. L’objectif de la conférence de presse de la section syndicale CSTM de l’Aéroport du Mali ce lundi à la Maison de la presse était de lancer un cri de cœur afin que les autorités viennent au secours de cette entreprise qui va droit au mur. Selon le conférencier, les difficultés auxquelles cette société est confrontée sont, entre autres : la mauvaise distribution du patrimoine, l’intimidation des travailleurs, la violation des principes de fonctionnement, la délinquance financière… En un mot la mauvaise gestion de l’entreprise publique à caractère commercial. En raison de ses maux, le directeur général qui gérait cette structure de 2013 à 2017 a été relevé de ses fonctions. Il a été remplacé par son adjointe. Tous les travailleurs pensaient qu’elle était un oiseau de bon augure. “Hélas, dira le conférencier, elle a été remplacée par celui qui est jugé incompétent. Depuis la prise de fonction de ce dernier, il y a une semaine, l’espoir des travailleurs est ébranlé“. C’est le retour de l’ancienne méthode caractérisée par les mutations arbitraires, les affectations à des postes fictifs. “Certains travailleurs formés à plus de 80 millions de F CFA ont été affectés à d’autres postes, la nécessité de former les travailleurs qui vont les remplacer se pose donc une perte d’argent. Les équipements du camp d’Amiel Boiteux ont été vendus par ce PDG alors que la caisse de société aéroport n’a pas vu la couleur de cet argent“, accusent les syndicalistes. L’Aéroport a enregistré un déficit de son budget de fonctionnement de plus de 2 milliards de F CFA sous le “règne“ de celui qui a repris les commandes. Face à ces anomalies, le syndicat CSTM en appelle au président de la République, au Premier ministre à revoir la décision de nomination du PDG “intérimaire“ qui n’a fait que détruire la société au profit de ses ambitions personnelles. Le conférencier affirme que si rien n’est fait l’Aéroport du Mali risque d’être fermé. Ce sont quelque 300 travailleurs qui seraient alors à la rue. Bissidi Simpara Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here