Aggravation de la crise au sommet du football malien: Le ministre Guindo sort de son silence et prend le dossier en main

L’assemblée générale ordinaire de la Fédération malienne de football s’est tenue le 08 octobre à Bamako. Elle s’est déroulée dans un climat tendu entre les deux camps en face. Ce qui a conduit les acteurs à mettre en place deux bureaux, l’un présidé par Mamoutou Touré dit Bavieux et l’autre par Sahala Baby. Les observateurs de la Caf et de la Fifa ont fait état de manquements dans l’organisation et ont demandé aux deux camps d’accepter la prolongation du mandat de Baba Diarra de trois mois afin de donner le temps à la Fémafoot de mieux organiser cette élection. Cette proposition a été acceptée par Sahala Baby mais rejetée par Bavieux Touré. Impasse ! Une assemblée générale ordinaire qui se termine en queue de poisson Malgré la présence de la Caf et de la Fifa, venues pour superviser les travaux de l’élection, la rencontre n’a pu se tenir dans un climat serein. Elle a tout simplement été marquée par des injures entre les deux camps et des incompréhensions sur les points essentiels. Tels que la situation des ligues de Kayes, Bamako et de Ségou. Plusieurs manquements ont aussi été constatés par les émissaires de la Caf et de la Fifa dans l'organisation de l’élection du bureau de la Fémafoot. Dans une telle atmosphère, les émissaires ont proposé la prolongation du mandat de Baba Diarra jusqu'en janvier 2018, afin de mieux organiser une nouvelle assemblé générale élective avec les experts de la Caf et de la Fifa. Cela pour résoudre les problèmes des différentes ligues (Ségou, Kayes, et Bamako) et aussi les problèmes de représentativité des clubs de ligues I, des champions régionaux et des groupements ou associations. Il s’agit là d’entraîneurs, de médecins, d’arbitres et d’anciens footballeurs. Cette proposition de la Fifa a été rejetée en bloc par le candidat Bavieux Touré et son groupe, mais acceptée par le candidat Sahala Baby et son groupe. Malgré l'absence des superviseurs, Baba Diarra et son groupe ont tenu l'AG. Expulsés du gouvernorat, ils ont repris leurs travaux le lendemain à 15h00 à l'hôtel Olympe pour mettre en place un bureau illégal et très controversé, car le candidat Salaha Baby et son groupe n'ont pas été invités. Après un forcing médiatique, le blocage est patent, car le bureau n’a jusqu’à présent pas été reconnu par la Caf et la Fifa. Un autre bureau fédéral présidé par Sahala Baby a été mis en place sans les partisans de Bavieux Touré. Les 2 camps tiennent des conférences de presse et passent aussi dans les radios, dans les journaux. Mais rien à faire, tout est arrêté bien que des politiques se soient invités dans l'arène du football malien. Des députés et ministres se sont impliqués fortement pour faire passer Bavieux Touré. Salaha Baby et son groupe disent ne rien craindre car ils respectent les textes qui régissent le football au Mali. Comment sortir de cet imbroglio ? Tout d'abord, ce sont les autorités qui doivent prendre toutes leurs responsabilités. Car, au niveau de l'instance dirigeante du football malien, le vide juridique est constaté. Le mandat de Baba Diarra est terminé et il n’y a pas de comité exécutif légal et légitime. Le secrétariat général de la Fémafoot doit gérer les affaires courantes jusqu'à l'élection d'un nouveau bureau fédéral. En toute impartialité vis-à-vis des deux camps, les autorités politiques doivent rechercher un consensus, sinon mettre en place un bureau avec les 2 groupes. Sur les 21 postes, 11 seront pour le vice-président sortant en plus du secrétaire général. Si les 2 candidats refusent catégoriquement le consensus, les autorités pourraient, en ce moment, exiger l'application pure et simple des textes qui régissent le football malien, ce qui permettrait de régler les différents problèmes. Le bureau qui sera élu à la suite de l'application des statuts et du règlement intérieur sera légal et légitime. Ainsi, le football malien retrouvera sa quiétude d'antan. À défaut de cela, cette crise perdurera. Aux autorités d'être à la hauteur des événements. Au monde sportif de mettre balle à terre pour une fois. Aux dernières nouvelles, la direction nationale des sports et de l'éducation physique aurait pris les choses en main. Dans un communiqué, on apprend que la coupe du Mali sera gérée par le secrétariat général de la Fémafoot, seul interlocuteur de la Caf, de la FIFA et de la Dnsep. Voici le calendrier de la coupe du Mali saison 2017. Mercredi 25 octobre 2017 à 16h au stade du 26 Mars, le Stade Malien en découdra avec le CSK ; jeudi 26 octobre 2017 à 16h00 au Stade Mamadou Konaté, les Onze créateurs croisent le fer avec le COB. Le vendredi 27 octobre2017 au Stade du 26 Mars à 16h, le DAC jouera contre l’Usfas et enfin samedi 28 octobre 2017 au stade Mamadou Konaté à 16h00, l’As Real de Bamako recevra le Sonny de Gao. Ousmane TRAORE Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here