Commissariat de Kalabancoro : démantèlement d’un réseau de malfrats

C’est dans la nuit du vendredi 13 octobre que l’inspecteur principal de la brigade de recherche du commissariat de Kalabancoro Aboubacar Traoré et ses éléments ont procédé à l’interpellation d’un réseau de malfrats sévissant sur l’axe Kolokani-Diéma, route de Kayes. Ces informations ont été données le vendredi 20 octobre par le commissaire Aboubacar Traoré. Ce joli coup de filet de l’inspecteur principal de la brigade de recherche du commissariat de police de Kalabancoro Aboubacar Traoré et ses éléments vient une fois de plus prouver à suffisance l’engagement dudit inspecteur de police et ses hommes dans la traque des malfrats à l’intérieur de nos cités. Le chef de brigade de recherche et ses hommes plus que jamais déterminés viennent en effet de mettre hors d'état de nuire les malfrats qui sévissaient sur l'axe Kolokani-Diéma. Ces coupeurs de route ont à leur actif plusieurs forfaitures. Rappel des faits Selon l’inspecteur principal Aboubacar Traoré, c’est suite à une plainte à son niveau, signalant le cas d’un vol de moto à main armée, qu’ils ont procédé à l’interpellation d’un groupe de voleurs de motos Djakarta à Kalabancoro. Le premier à être arrêté parmi ces voleurs de motos Djakarta à Kalabancoro fut Seydou Diarra, le vendredi 13 octobre 2017. Une fois interpellé, ce dernier, selon l’inspecteur en chef de la brigade de recherche de Kalabancoro, Seydou Diarra est passé aux aveux tout en dénonçant son receleur. Après avoir reconnu les faits, Seydou Diarra avouera, plus tard, qu’il n’est pas à sa première arrestation pour les mêmes motifs. Il serait l’auteur d’un vol à main armée à Kita, une localité dont il serait originaire et où il est activement recherché par les éléments de la brigade de recherche de ladite localité. Au cours de son interrogatoire, Seydou Diarra aurait fait une confidence à l’inspecteur : il aurait dit à l’inspecteur qu’il reconnaissait tous les faits à lui reprochés, et l’aurait par ailleurs supplié de ne pas le remettre à la brigade de recherche de Kita. Connaissant bien son travail, l’inspecteur Traoré a aussitôt envoyé ses éléments à la recherche du receleur de motos signalé par Seydou Diarra et entre-temps, il a ouvert une procédure d’enquête. Le receleur, à son tour, a été arrêté et a reconnu les faits avant de rassurer les policiers de sa «coopération». Quant à Seydou Diarra, il a dit travailler avec un certain Amadou Dicko qui a aussi été interpellé. C’est celui-ci qui a dénoncé le chef du gang qui se nomme Aliou Touré, âgé de 64 ans, marié à deux épouses, habitant à Sikoroni. Fait ahurissant, Amadou Dicko est membre de la commission de la mosquée de son quartier et est respecté par plus d’un en raison de son âge et de sa sagesse envers tout le monde, selon l’inspecteur Traoré. Lequel ajoute que M. Dicko avait mis en place un véritable empire du crime disposant d’un arsenal de guerre : quatre pistolets mitrailleurs (PM), huit pistolets de fabrication artisanale, plus deux-cents cartouches de munitions, quatre chargeurs bien garnis chacun, quarante cartouches et des téléphones portables dont un satellitaire. Interrogé sur les faits, à son tour, le chef du gang Aliou Touré finira par tout reconnaître. D’après l’inspecteur Traoré, il a donné leur mode opératoire, leurs lieux d’opérations. Parmi les opérations d’envergure qu’il a citées, la dernière date d’il y a trois semaines sur la route de Kayes, précisément entre Kolokani-Diéma. Au cours de cette opération, dit l’inspecteur Traoré, ils ont coupé la route à cinq bus et trois camions-remorques et ils se sont retirés en dépossédant de tous leurs biens les passagers à bord de ces cars. Au total, sur les huit éléments qui opéraient ensemble, quatre ont été arrêtés pour l’instant ; les quatre autres sont en cavale et sont activement recherchés par les différentes brigades de recherche. Selon nos informations, ce gang existe et sévit depuis plus de dix ans sur les différents axes de notre pays. Plus d’une dizaine de localités ont été écumées par ce gang, même des localités à l’extérieur du Mali (Burkina Faso, Goré, Gouma (Douentza), Gorgone (Sikasso), Koro…). Par ailleurs, à travers les téléphones saisis sur eux, l’inspecteur principal Aboubacar Traoré a appelé certaines victimes qui sont venues retrouver leurs sacs et autres objets volés par ces malfrats de grand chemin. Pour l’instant, les quatre individus arrêtés sont sous les verrous au commissariat de Kalabancoro en attendant leur transfert au parquet de Kati en vue d’une éventuelle comparution devant un tribunal compétent. Enfin, l’inspecteur de police, chef de brigade de recherche de Kalabancoro, Aboubacar Traoré, a insisté sur la nécessité d’une collaboration des populations et a déploré le manque de véhicules banalisés pour des recherches poussées. O.D Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here