L’Opposition dénonce le cafouillage qui met à nu l’impréparation des prochaines élections

Les membres des partis politiques de l’opposition républicaine démocratique ont à l’occasion de la conférence de presse qu’ils ont organisée, tiré la sonnette d’alarme sur l’organisation des futures élections. Les Partis Politiques de l’Opposition mettent donc officiellement et fortement en garde le Gouvernement qui s’aventure avec aveuglante persistance à engager le pays dans une nouvelle crise électorale aux conséquences désastreuses. Les Partis Politiques de l’Opposition disent avoir été surpris de constater que le Gouvernement a fixé la date des prochaines élections communales, de cercles et de Régions au 17 décembre 2017. Ils condamnent cette attitude unilatérale du Gouvernement qui avait pourtant été saisi par l’opposition par une lettre en date du 19 septembre 2017 dans laquelle elle avait exprimé ses Préalables à toute discussion sur les élections. Dans ce contexte l’Opposition réitère la pleine réalisation de ses préoccupations à savoir : « la résolution dans la transparence des neuf cent milles cartes NINA de trop évoquées par le vérificateur, donc suspectes d’une manipulation programmée par le régime en place ; l’utilisation de la biométrie pour garantir la transparence des élections, comme c’est le cas dans la plupart des pays de la sous-région ; l’audit du fichier électoral ; la création d’une autorité unique et indépendante de gestion des élections ; la question de la prise en compte des citoyens devenus majeurs sur la liste électorale ; la mise à disposition des cartes NINA non distribuées aux ayants droit ». A ce jour, expliquent les membres des partis politiques de l’Opposition, le Gouvernement n’a jamais expliqué aux Maliens les enjeux des nouvelles élections Régionales et de Cercles. Pire poursuivent-ils, en violation flagrante de la loi électorale, le Ministre de l’Administration territoriale a précisé dans un document intitulé : Instruction n°2017-001398/MAT-SG en date du 09 octobre 2017, l’octroi de nouvelles prérogatives à la commission de centralisation qui ne tirent leur source d’aucune loi de la République. Aussi, poursuivent-ils, le Ministre de l’Administration fait en outre allusion au décret déterminant les modalités du déroulement des opérations de vote, de dépouillement et de centralisation des résultats en cas de couplage de scrutins à l’occasion de l’élection des conseillers des collectivités territoriales sans préciser les références dudit décret. Selon l’Opposition, en dehors du DECRET N° 2015-0503/P-RM DU 27 JUILLET 2015 DETERMINANT LES MODALITES DU DEROULEMENT DES OPERATIONS DE VOTE, DE DEPOUILLEMENT ET DE CENTRALISATION DES RESULTATS EN CAS DE COUPLAGE DE SCRUTINS A L’OCCASION DES ELECTIONS DES CONSEILLERS COMMUNAUX, REGIONAUX ET DU DISTRICT DE BAMAKO, aucun autre décret n’a été pris. Or ce décret ne concerne pas l’élection des conseillers de cercle. Et pourtant le Gouvernement l’a visé dans son décret n°2017- 0848 en date du 09 octobre 2017 portant convocation du collège électoral à l’occasion de l’élection des conseillers de cercle. Selon l’opposition, on assiste déjà à un cafouillage qui met à nu l’impréparation de ces scrutins. Les Partis Politiques de l’Opposition mettent donc officiellement et fortement en garde le Gouvernement qui s’aventure avec aveuglante persistance à engager le pays dans une nouvelle crise électorale aux conséquences désastreuses. Abdrahamane Sissoko Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here