CARNET DE VOYAGE : L’ADS au pas de charge pour la préservation de son identité

Encore au Mali, certains peuples continuent de garder jalousement leur identité dans le but de laisser aux générations futures les réalités de leur valeur culturelle. C’est le combat que mènent depuis plus d’une vingtaine d’année les membres de l’Association pour le Développement de Somasso, village situé à 20 km à l’est de Bla. Avec une population composée en majorité par les Miniankas, les bambaras, les Sarakolés et les peuls, le village de Somasso entend pérenniser les acquis culturels légués par les ancêtres. Notre démarche n’est pas de faire la publicité d’une localité, mais plutôt attirer l’attention des uns et des autres sur la nécessité pour tous les peuples de protéger leur patrimoine. Pourquoi le cas de Somasso ? En l’espace de deux mois, deux ministres ont foulé le sol de Somasso. Tout cela n’est pas fortuit. Avant l’arrivée du ministre de la Santé et de l’Hygiène publique, celui de l’Assainissement, de l’Environnement et du Développement durable, Keïta Aïda M’Bo, était à Somasso le 6 août pour une activité de reboisement. Ces plantes poussent aujourd‘hui de façon normale grâce à l’engagement des habitants. Selon l’histoire, à cause de son hospitalité et de son respect envers tout étranger et à l’endroit du pouvoir, ce village a échappé à l’invasion des rois de Ségou et du roi du Kénédougou, Tiéba Traoré. Ces puissants envahisseurs n’ont jamais mis la main sur Somasso. Témoin oculaire de cette hospitalité, lors de la célébration de la 10ème édition de la journée mondiale du lavage des mains au savon que le village a eu l’honneur d’abriter, votre fidèle serviteur peut avoir son mot à dire. Le chef de village s’est agenouillé pour saluer le ministre, histoire de respecter la tradition. Durant les deux jours de séjour, jeunes, vieux, femmes, enfants, autorités municipales et coutumières étaient au service des délégations. Très bien organisée, l’ADS n’a ménagé aucun effort pour la réussite de cette activité. Par Jean Goïta Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here