JOURNEE MONDIALE DU LAVAGE DES MAINS AU SAVON A SOMASSO : La prévention des maladies infectieuses en toile de fond

«Nos mains, notre avenir», tel est le thème retenu pour la 10ème édition de la journée mondiale du lavage des mains au savon. C’était le dimanche 15 octobre 2017. La cérémonie de lancement des activités commémoratives de cet important événement pour renforcer la santé publique a eu lieu à Somasso, dans le District sanitaire de Bla. Placée sous le haut patronage du ministre de la Santé et de l’Hygiène publique, Pr Samba Ousmane Sow, la cérémonie a été marquée par la présence du Gouverneur de la région de Ségou, Georges Togo, du Dr Karimou Andele, chef survie de l’enfant au bureau de l’UNICEF au Mali, du Préfet de Bla, du Maire de la commune rurale de Somasso, Sékou Fané. Y étaient également présents les responsables des services centraux de la santé, les autorités politiques et administratives de Ségou. Suite à la sollicitation de l’Association pour le Développement de Somasso (ADS), les plus hautes autorités de la République ont décidé de délocaliser pour la première fois le lancement officiel de cette journée. Pour ce faire, la population de Somasso et celles des communes voisines ont réservé un accueil historique à l’ensemble des différentes délégations. Et le pari de la mobilisation a été gagné pour ce village « du sel », situé à une vingtaine de km de Bla. Le choix porté sur cette localité n’est pas fortuit. Il résulte de son degré d’hospitalité et de la fraternité agissante qui lie ses habitants. A Somasso, on raconte que depuis des siècles, l’étranger s’est toujours senti chez lui. En organisant pour la 10ème fois cette journée, le département de la Santé et de l’Hygiène a voulu sensibiliser les populations sur l’importance du lavage des mains au savon pour prévenir les maladies et sauver des vies à travers un simple geste. Il s’agit surtout d’inviter les agents de santé, les autorités politiques et administratives, leaders religieux et communautaires à s’engager davantage dans la promotion de ce geste efficace pour assurer l’avenir de nos populations à travers un changement social de comportement. Comment ? En se lavant les mains à l’eau et au savon aux moments critiques à savoir « au sortir des toilettes ; après le nettoyage anal des enfants ; avant de préparer les repas ; avant de manger et ou de donner à manger ; après tout contact des mains avec les liquides biologiques, les surfaces et les objets souillés ». Au niveau des établissements de santé, cette pratique est indispensable aux moments clés, conformément aux cinq indications de l’Organisation mondiale de la santé qui sont : « avant de toucher un patient ; avant un geste aseptique ; après un risque d’exposition à un liquide biologique ; après avoir touché un patient ; après avoir touché l’environnement d’un patient ». Le chef de village de Somasso, Nantèguè Daou, a remercié les plus hautes autorités maliennes pour le choix porté sur son village pour abriter cette cérémonie. Selon lui, le département de la Santé est au service de Dieu et non au service de la religion. Il a demandé au ministre de transmettre son message à IBK selon lequel Somasso sollicite la construction d’un pont qui lui permettra d’accéder aux autres localités, surtout en période hivernale. Les mots de bienvenue du vieux Nantèguè seront suivis par l’intervention du Maire de la commune rurale de Somasso, Sékou Fané qui a, d’entrée de jeu, estimé que la présence de cette auguste délégation était le témoignage de sa préoccupation dans la prévention des maladies, qui est le meilleur moyen de lutter contre les pathologies fréquentes, mais évitables par une simple pratique peu couteuse. Il a saisi la tribune pour féliciter le ministre Sow, lauréat du prix Roux remporté aux Etats-Unis. Avant de solliciter l’appui de ce dernier pour la dotation du nouveau CSCOM, en phase de finition, en équipements médicaux et en ressources humaines qualifiées. Il a pris l’engagement de mettre un comité de femmes pour le suivi du lavage des mains au savon dans le village. Au nom de la représentante de l’Unicef au Mali, le Dr Karimou Andele a indiqué que cette célébration offre une opportunité supplémentaire de sensibiliser les populations sur l’importance du lavage des mains au savon qui a des bénéfices inestimables pour la santé et le bien-être de la communauté entière. A ses dires, le thème est à lui seul suffisant pour magnifier l’importance de cette journée et la responsabilité partagée des uns et des autres dans la promotion de cette pratique. Selon lui, le lavage des mains au savon peut aider à prévenir et à réduire de 50% les infections attrapées dans les centres de santé. A ce propos, il a souligné que le lavage des mains au savon contribue à l’atteinte des Objectifs du Développement Durable, notamment ceux concernant l’élimination de la faim et la bonne nutrition, l’éducation de qualité et la réduction des inégalités. Dr Karimou a fait savoir que selon une enquête menée au Mali en 2015, moins de 40% de nos ménages possèdent de dispositifs fonctionnels de lavage des mains et pratiquement de façon correcte. Toutefois, il a salué l’engagement du Gouvernement malien qui célèbre, depuis 2007, cette journée. Le Gouverneur de la région de Ségou, Georges Togo a insisté sur la culture de prévenir au lieu de guérir. Pour finir, il a lancé un appel aux populations de suivre les conseils des agents de santé dans le cadre de la sensibilisation de la pratique. Le ministre de la Santé et de l’Hygiène publique, Pr Samba Ousmane Sow a d’abord remercié les habitants de Somasso et communes environnantes pour la mobilisation et l’accueil réservé à sa délégation. Dans la même foulée, il a adressé des vifs encouragements à l’ADS qui a su combler les attentes. « Je suis ici à Somasso pour transmettre le message du Président de la République et de son Premier ministre dans le cadre de la promotion du lavage des mains au savon », a déclaré le ministre Sow. Avant de poursuivre en disant que : « IBK est derrière vous, il vous soutient. Selon le ministre Samba O. Sow, le lavage des mains au savon préserve notre santé et permet de construire notre avenir. En ce qui concerne l’avenir, il a fait savoir que nous devons prendre toutes les dispositions pour maintenir la santé, le bien-être et la productivité pour nous-mêmes, nos familles et nos communautés. Aux dires du Pr Sow, les conditions d’hygiène au Mali sont caractérisées par une insuffisance d’accès à l’eau potable et en ouvrage d’assainissement de base. Se référant à l’enquête démographique santé au Mali en 2012-2013, il a noté que seulement 37,2% des ménages possèdent des dispositifs fonctionnels de lavage des mains ; 53% des ménages disposent de l’eau potable ; 22% des ménages disposent de l’accueil amélioré. « D’après l’annuaire statistique 2016 du Système Local d’Information Sanitaire, il a enregistré plus de 300000 cas de diarrhées avec 43 décès. La tranche d’âge de moins de 5 ans est la plus touchée avec plus 197000 cas, soit 64% dont 27décès, soit à peu près 63% de l’ensemble des décès chez les moins de cinq ans », a soutenu le ministre. Ces résultats, a-t-il ajouté, prouvent à suffisance la nécessité de renforcer les actions de façon efficace, rigoureuse afin de mieux de prévenir les maladies. A en croire le Pr Samba, le Président de la République accorde une attention particulière à l’hygiène qui est fondamentale dans la prévention des maladies, la conservation et l’amélioration de l’Etat de santé de la population par l’application des règles et pratique nécessaire. Le patron de la Santé et de l’Hygiène publique du Mali dira que le lavage des mains au savon est une pratique saine et efficace pour prévenir les maladies infectieuses telles que les diarrhées, la poliomyélite, la grippe, la maladie à virus Ebola, le trachome et certaines infections de la peau. C’est pourquoi, il a maintenu que les efforts doivent se poursuivre pour faire observer cette pratique dans nos ménages, par les mères, les gardiennes d’enfants qui ont en charge de la protection des enfants et de la famille. L’inobservance des pratiques d’hygiène fait courir de gros risques sanitaires à nos familles et à nos communautés, a signalé le Pr Sow. Par conséquent, il a indiqué que les maladies diarrhéiques constituent la 2ème cause de consultation médicale au Mali, après les infections respiratoires aigües. Selon lui, à l’échelle mondiale, des études ont révélé que se laver les mains au savon contribue à la réduction de l’incidence des maladies diarrhéiques de plus de 45%. En se lavant les mains au savon, on réduit la charge microbienne de plus de 90%, précise le Pr Samba. Cette journée est déterminante pour une meilleure prévention des maladies. A ce propos, le ministre a mis l’accent sur la constance dans les activités de sensibilisation sur la pratique de lavage des mains au savon. Pour terminer, il a attiré l’attention des uns et des autres sur les autres pratiques d’hygiène, parmi lesquelles la consommation d’eau potable ; la non consommation de fruits et tubercules entamés par les animaux ; la protection des aliments contre la contamination ; la désinfection des fruits et légumes avant de les consommer ; l’utilisation et l’entretien des latrines. S’agissant de préoccupations évoquées par les autorités coutumières et municipales de Somasso, le ministre Sow a promis de s’impliquer. Il leur a demandé de rédiger des correspondances au sujet de la construction du pont. En ce qui concerne le nouveau CSCOM en chantier, il n’est pas allé avec le dos de la cuillère. Séance tenante, le ministre a donné la parole aux responsables chargés de ces questions au sein du département. Tous ont répondu pouvoir combler les attentes de Somasso. Après avoir lancé les activités de cette journée, le ministre a procédé à la remise symbolique de dispositifs de lavage des mains au savon au directeur de l’école du 1er cycle de Somasso, Mamadou Togo. Au total 1200 kits de dispositif de lavage, 65 grands kits de dispositif de lavage 75 cartons de savons ont été remis par le département de la Santé aux écoles, établissements de santé, ménages, aux mairies. Cette cérémonie riche en couleur a été marquée par des remises de cadeaux au ministre et à sa délégation, la présentation d’un sketch par le groupe Karim Diarra et le tout couronné par la prestation musicale de l’artiste Mamadou Dembélé dit Dabara. Jean Goïta, envoyé spécial Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here