Promesse de campagne : IBK a-t-il trahi les sages du Mandé ?

Qui l’aurait cru, que la trahison des sages du Mandé allait venir de l’un de ses fils classés parmi les plus valeureux après presque quatre ans à la tête de l’Etat ? Perché au plus haut sommet de l’Etat, en qualité de premier citoyen malien. Ce mandeka, avait promis dans le Vestibule de la chefferie mandingue aux sages du Mandé, qu’il allait transformer le mandé originel en mandé moderne où il aura de la santé pour tous, de l’eau pour tous des routes bitumées sur tous les axes du nord au sud, d’ouest à est, de la sécurité pour tous, ainsi que le renforcement institutionnel de cette partie du Mali. Malheureusement, tel ne fût pas le cas, après quatre ans de magistrature à la tête de l’Etat. Aucune route bitumée, alors qu’ATT en a donné deux au mandé, aucune sécurité. Car en juillet 2016, 80 kgs d’or d’une valeur de 1,80 milliards F CFA et 100 millions ont été enlevés aux populations de la ville de Balanmansala suite à l’attaque de cette localité par un groupe d’assaillants lourdement armés, on sait par ailleurs que, les chasseurs ont eu leur siège construit à plus de 150 millions F CFA avec un accès éclairé et bitumé sur 1 km. Sur le plan institutionnel, le Mandé s’attendait à être une région afin d’unir les rives droites et gauche, donc rassembler la grande famille mandéka.Cette demande date de janvier 2012, suite à une déclaration des élus du Mandé (Députés, et Maires). La déclaration a été adressée à ATT au moment du vote de la loi sur la création d’une nouvelle dizaine de régions au Mali. ATT était dans de bonnes dispositions pour ce faire. Malheureusement, la fin de son mandat a été perturbée par un coup d’état idiot et le Mali en tant que République a failli ne plus exister.Selon les élus du Mandé, la création de la Région du Mandé répond parfaitement et exceptionnellement aux 5 critères évoqués dans les documents présentés par Monsieur le Ministre de l’administration territoriale concernant la loi relative à la création de dix nouvelles régions. La bonne et suffisante administration du territoire : La Région de Koulikoro englobe le district de Bamako. Le dernier village du cercle de Kangaba sur l’axe Bamako-Kankan est à 192 Km de Koulikoro. Chef-lieu de Région. La Région de Koulikoro est divisée en deux parties longitudinalement par le fleuve Niger.D’est en Ouest, elle s’étend sur 160 Km environ.Le constat est que la région est mal taillée ou mal découpée.Cela pouvait se comprendre en 1976, où il n’y avait que seulement six régions. En 1991 il y a eu en plus la Région de Kidal. Si l’Etat a eu conscience de la nécessité de créer d’autres circonscriptions à l’échelle des arrondissements, cercles et régions, il devrait avoir le courage d’aller jusqu’au bout et analyser la situation au cas par cas. C’est à cause de cela, que le Mandé devrait devenir une Région. La vitalité économique : Le Mandé couvre 90 000 Km2 avec une population de 272 000 habitants soit une densité de 3 habitants au Km2, de quoi être une zone de production agricole, d’élevage par excellence. Sa situation est donc favorable au développement économique, sans compter que c’est une zone aurifère. Les élus sont convaincus que c’est une entité économique viable sans nul doute. L’occupation du territoire : Le Mandé est déjà occupé par l’administration centrale avec 5 arrondissements et 20 communes et un chef-lieu de cercle, sans compter les services déconcentrés de l’Etat. La sécurité et la création de forces en face Dans le Mandé, il y a plus de 20 postes de gendarmerie, 5 postes de douane. Du côté sud, elle a en face la région de Kankan et la Préfecture de Siguiri. Le seul cercle en face de ces deux entités administratives est celui de Kangaba et l’arrondissement de Siby. Nous trouvons que ce critère est également rempli. Les conflits frontaliers sont nombreux et pour les régler, le gouverneur de Koulikoro doit traverser Bamako pour aller à la Frontière Mali-Guinée. Les problèmes seraient mieux gérés si les 2 Gouverneurs étaient l’un en face directement de l’autre pour la résolution des conflits et le renforcement du bon voisinage. La distance : Les habitants du Mandé traversent le district de Bamako pour aller régler leurs problèmes administratifs à Kati (15 Km de Bamako) et à Koulikoro (à 192 km du dernier village du cercle de Kangaba). Une autre zone dans cette situation n’existe nulle part au Mali.Il y a une discontinuité avérée dans ce découpage actuel. On a besoin d’un équilibre frontalier. Les cadres du Mandé, qui ont examiné de fond en comble les critères évoqués dans ce projet de loi, ont trouvé que le Mandé répond totalement auxdits critères, à moins de trouver un autre argument pour éviter cette création. Les Mandekas pensent qu’il n’y a pas de développement socio-économique et culturel sans un cadre institutionnel pour le Mandé. C’est pourquoi les sages et les élus du mandé tiennent à cela depuis 2012.Dans la région de Ménaka, il y a des Tamasheqs et des Peuls Bororo, qui sont en conflit permanent.Les sages du Mandé pensent que la gestion harmonieuse d’un pays passe par l’équilibre des zones. Un équilibre qui respecte l’éthique et l’éthiquité. Il est temps selon les sages du Mandé de corriger cette insuffisance du découpage administratif au Mali. Seydou DIARRA Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here